Évaluation des peuplements de luzerne

Table des matières

  1. Introduction
  2. Évaluation du potentiel de rendement de la luzerne

Introduction

L'évaluation des peuplements de luzerne est devenue préoccupante parce que depuis les trois ou quatre dernières années la destruction par l'hiver a affecté la plus grande partie de l'Ontario. Les producteurs doivent prendre une décision, de conserver et de gérer un peuplement réduit, ou de remplacer celui-ci par une autre culture. La luzerne est détruite par l'hiver quand le plant est privé d'oxygène à cause d'une inondation ou parfois de la couche de glace. Des couches de glace peuvent empêcher une partie de l'oxygène d'atteindre les collets de luzerne en dormance, mais il est plutôt rare que d'importantes pertes de peuplement s'ensuivent. Il y a en général assez de chaumes qui percent la couche de glace, ce qui permet à une certaine quantité d'oxygène de parvenir aux collets. S'il y a une forte accumulation de glace les pertes de peuplement surviennent d'ordinaire par plaques au champ. Ces plaques apparaissent surtout si les plants sont déjà stressés ou que la glace est si épaisse qu'elle isole complètement la zone. C'est le plus souvent dans les dépressions où l'eau s'accumule; la glace y est plus profonde et elle peut y rester d'une à trois semaines. Les cycles continus de gel et de dégel auxquels la plus grande partie des cultures de luzerne ont été soumises pendant tout l'hiver sont beaucoup plus menaçants. Dans des régions avec des sols qui avaient une bonne teneur en humidité, cette alternance constante de gel et de dégel peut causer le déchaussement. Quand les plants sont déchaussés leur collet se retrouve au dessus de la ligne du sol. Un déchaussement sévère peut blesser la racine pivotante, provoquant le dessèchement du collet et les chances de survie du plant seront minces. Les plants légèrement déchaussés peuvent survivre mais leur longévité et leur productivité sont moindres. Garder un peuplement réduit ou le remplacer, c'est l'une des décisions les plus difficiles à prendre chaque année pour les producteurs de luzerne. Pour bien évaluer les peuplements de fourrages, il faut inspecter le champ en plusieurs endroits; il faut aussi dire déterrer des plants pour évaluer la vigueur des feuilles et des boutons, la résistance de l'écorce au décollement et vérifier si la racine est d'une bonne couleur interne (de blanc à crème). Selon les recherches, la résistance de la racine à la pression et la présence visible d'excroissance fongique à la surface des racines ne peuvent donner une idée aussi exacte de la capacité de survie du plant de luzerne ni de son potentiel de rendement à venir. Des plants aux racines latérales brisées auront peu de chances de survie, surtout si le printemps est chaud et sec comme en 1998 et en 1999.

la résistance de la racine à la pression et la présence visible d'excroissance fongique à la surface des racines ne peuvent donner une idée aussi exacte de la capacité de survie du plant de luzerne ni de son potentiel de rendement à venir.

Évaluation du potentiel de rendement de la luzerne

La luzerne possède la capacité d'atteindre son rendement potentiel maximal dans toute une gamme de densité de peuplement des plants. Par conséquent la densité des peuplements n'est pas un indicateur efficace pour prédire le rendement parce que la quantité de tiges par plants est très différente de l'un à l'autre. La densité des tiges est un meilleur indice du potentiel de rendement d'un peuplement. Le tableau suivant illustre le rendement potentiel estimatif d'un peuplement de luzerne en relation au nombre de tiges en présumant qu'aucun élément supplémentaire ne contribue au rendement, par exemple d'autres plants comme des graminées.

Le tableau suivant illustre le rendement potentiel estimatif d'un peuplement de luzerne en relation au nombre de tiges en présumant qu'aucun élément supplémentaire ne contribue au rendement, par exemple d'autres plants comme des graminées.

Le tableau suivant donne le potentiel de rendement selon le nombre de tiges au pied carré:

Tableau 1. Nombre de tiges (au pied carré)
Tiges au pied carré % de rendement maximal
55 et plus
100 %
40 à 50
75 % à 92 %
Moins de 40
Peuplement trop faible pour être conservé

Le tableau qui suit donne le nombre minimal de plants sains au pied carré d'un peuplement de luzerne à conserver :

Table 2. Nombre de plants (au pied carré)
Nouveau semis
20 + plants/pi2
1ère année
12 à 20 plants/ pi2
2e année
8 à 12 plants/ pi2
3e année et plus
5 plants/ pi2

Pour évaluer si l'on veut conserver ou non un peuplement de luzerne il faut commencer au printemps, avant que les plants aient pu produire des tiges. C'est le moment de compter le nombre de plants pour évaluer la densité du peuplement. C'est le meilleur moment pour compter les plants après que ces derniers soient sortis de la dormance, pour évaluer si les plants qui forment le peuplement sont sains.

Les facteurs suivants entrent aussi en ligne de compte pour savoir si l'on garde un peuplement ou non :

  • les autres espèces de fourrages dans le peuplement;
  • les besoins en fourrages au cours de l'été, de l'automne et de l'hiver;
  • les autres cultures fourragères possibles;
  • la rotation des cultures;
  • la disponibilité d'équipement ou de sous-traitants pour effectuer le travail sur commande dans la région.

Auteur : Scott Banks - Emerging Crops Specialist/MAAARO
Date de création : avril 2000
Dernière révision : juillet 2003

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca