Nouveaux porte-greffes pour les pommiers Honeycrisp - Aperçu des sélections spéciales de Vineland et de Cornell

Lorsqu'ils pensent à établir de nouveaux vergers, les pomiculteurs doivent tenir compte de la combinaison cultivar/porte-greffes un ou deux ans avant la plantation, en fonction du mode de propagation et des porte-greffes offerts. Le choix des porte-greffes est important, en raison des répercussions économiques de ces derniers et des effets qu'ils exercent sur la conduite du verger. Un grand nombre de porte-greffes font actuellement l'objet de promotion (dans plusieurs cas, il y a des listes d'attente de deux ans ou plus). Toutefois, bon nombre d'entre eux ne conviennent pas à notre climat, à nos cultivars et à nos systèmes de conduite de vergers.

Dans le cadre du programme de recherche en pomologie à l'Université de Guelph, à Simcoe, de nombreuses études à long terme ont été réalisées sur un certain nombre de porte-greffes d'un peu partout dans le monde en ce qui a trait à leur taille, les maladies qui les attaquent et leur adaptabilité. Les données recueillies au cours de ces essais, certains relevant du comité technique NC-140, sont extrêmement utiles pour établir les facteurs environnementaux et génétiques des porte-greffes qui influent sur les rendements, la précocité, la productivité de l'arbre, sa longévité, sa résistance aux maladies et aux dommages hivernaux et son aptitude à produire des drageons. Le présent article présente un bilan de certains des résultats les plus récents des études réalisées avec le cultivar Honeycrisp.

Méthodes

Dix arbres du cultivar Honeycrisp sur 16 porte-greffes différents (B.10, G.11, G.202, G.214, G.30, G.41, G.5890, G.935, G.969, M.26 EMLA, M.7, MM.106, M.9 T337, V.5, V.6 et V.7) ont été plantés au printemps de 2014 à la station expérimentale horticole de Simcoe de l'Université de Guelph. Les pommiers ont été plantés selon le système de conduite à fuseau élevé avec un espacement de 1,2 x 3,6 m (2342 arbres/ha). Un système d'irrigation goutte-à-goutte est utilisé avec des goutteurs à compensation de pression ayant un débit de 2 L/h et calibrés pour libérer environ 25 mm d'eau par semaine. Les arbres ont été plantés selon un modèle complètement aléatoire et chaque arbre individuel constitue une unité expérimentale. Les arbres pollinisateurs ont été répartis uniformément dans chaque plantation. À la plantation, le diamètre initial des troncs a été mesuré à 30 cm au-dessus du point de greffe; on a aussi compté le nombre de branches latérales >10 cm. Les mesures suivantes sont relevées chaque année : circonférence du tronc à l'automne de chaque année pour évaluer la vigueur de l'arbre, état de l'arbre à la fin de chaque saison de croissance, nombre de drageons par arbre, nombre total de fruits cueillis et leur poids.

Les arbres se sont bien établis, toutefois les dimensions initiales des arbres variaient selon les porte-greffes, puisque certains arbres étaient plus feuillus et possédaient des systèmes racinaires plus développés que d'autres. À la plantation, il y avait beaucoup plus de branches sur les porte-greffes V.5, V.6 et V.7, ainsi que sur le G.214. Il se peut que cela soit davantage attribuable aux techniques de propagation en pépinière (culture de tissus comparativement au marcottage) qu'aux porte-greffes comme tels.

Figure 1 : Vigueur de pommiers Honeycrisp sur divers porte-greffes après trois saisons de croissance au site de Simcoe, Université de Guelph.

Figure 2. Rendement cumulatif du cultivar Honeycrisp sur divers porte-greffes au stade de la troisième feuille (2016). Site de Simcoe, Université de Guelph

Figure 3. Plantation de porte-greffes sur Honeycrisp au stade de la troisième feuille (août 2016). L'irrigation se fait au goutte-à-goutte et les arbres sont soutenus par des treillis métalliques?; l'espacement est de 3,7 x 1,2 m (4 x 12 pi). Site de Simcoe, Université de Guelph, [Photo : J. Cline].

Figure 3. Plantation de porte-greffes sur Honeycrisp au stade de la troisième feuille (août 2016). L'irrigation se fait au goutte-à-goutte et les arbres sont soutenus par des treillis métalliques; l'espacement est de 3,7 x 1,2 m (4 x 12 pi). Site de Simcoe, Université de Guelph, [Photo : J. Cline].

Résultats

Vigueur : La circonférence des troncs de Honeycrisp/V.5, V.7 et V.6 était la plus élevée et la circonférence des troncs de G.202, G.11 et G.41 était la plus petite. Honeycrisp/G.41 présentait le plus haut taux de croissance relative depuis la plantation, ce qui signifie que c'est combinaison qui a poussé le plus vite. M.26, M.7, MM.106, G.969 et B.10 présentaient une vigueur intermédiaire (figure 1).

Rendement : G.935 présentait la charge en fruits et le rendement les plus élevés à la cueillette, suivi de G.969 (figure 2). Les arbres greffés sur G.202, G.41 et M.7 sont ceux qui ont donné le moins de fruits et le rendement cumulatif le plus faible jusqu'à maintenant.

Production de drageons : La production de drageons sur les porte-greffes a été minimale sur les pommiers Honeycrisp.

Taux de mortalité des arbres : À la fin de la saison de croissance 2014, l'année de la plantation, le taux de mortalité des arbres était de 20 % pour G.41, 10 % pour G.935 et de 12 % pour V.7. Aucun arbre n'est mort dans le cas des autres porte-greffes.

Autres remarques : En août 2016, plusieurs pommiers Honeycrisp sur G.202 ont montré des signes de stress, leurs feuilles étant jaune pâle et d'apparence flétrie. Irrigation goutte-à-goutte. Les pommiers Honeycrisp sur les autres porte-greffes semblaient normaux.

Résumé

Les pomiculteurs disposent d'un grand choix de porte-greffes. Le choix d'un porte-greffes dépend d'un certain nombre de facteurs, dont l'offre croissante d'arbres certifiés exempts de virus (porte-greffes et greffon), la région de croissance (zone de rusticité), la fertilité du sol, le système de conduite du verger, le cultivar, l'espacement entre les arbres, la présence de la maladie de la replantation et la prévalence de la maladie. La maladie de la replantation du pommier est une maladie « silencieuse » que bon nombre estiment maintenant plus néfaste pour le rendement et la production qu'on le croyait auparavant. La plantation de porte-greffes plus vigoureux ayant démontré un bon rendement dans des sites atteints de la maladie de la replantation constitue une bonne stratégie, étant donné que peu de fumigants du sol sont maintenant offerts. Nos résultats préliminaires indiquent que G.935 est un porte-greffes très hâtif pour les calibres de type M.9. Les porte-greffes V.5, V.6 et V.7 semblent plus vigoureux et leur rendement un peu moins élevé, mais ils présentent une tolérance au froid et une résistance au feu bactérien (résistance du porte-greffes et non du greffon). M.9 et M.26 demeurent des porte-greffes à dimension limitée productifs qui offrent plusieurs caractéristiques souhaitables, mais leur principale faiblesse est leur grande vulnérabilité au feu bactérien et leur faible rusticité. De plus, M.26 est vulnérable aux champignons du genre Phytophthora qui s'attaque aux racines et peut les faire mourir.

Remerciements

Nous remercions grandement Amanda Gunter et Cathy Bakker pour leur soutien technique dans la réalisation de ce projet.

Ce projet a été généreusement financé par la Grappe agroscientifique canadienne pour l'horticulture 2, en partenariat avec le programme Agro-innovation d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, une initiative de Cultivons l'avenir 2, ainsi que de concert avec le Conseil canadien de l'horticulture, et les partenaires de l'industrie, dont l'Ontario Apple Growers.

Agriculture and Agri-Food Canada


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca