Le pâturage intermittent peut réduire les dommages aux cultures en conditions humides

Le pâturage du printemps implique souvent la gestion de conditions humides. Le piétinement du sol (aussi appelé défoncement) est un dommage causé par les sabots, qui crée des touffes de gazon et expose les racines de l'herbe et le sol nu. Ce type de dommage peut réduire les rendements des pâturages, et la surface inégale peut compliquer les moissons. Il est possible de ne pas laisser les animaux brouter en présence de ces conditions humides, mais avec la croissance rapide de l'herbe au printemps, différer le pâturage rend encore plus difficile la gestion de la qualité de l'herbe. Des recherches en Irlande ont montré que le bétail ayant un accès non restreint au pâturage passait seulement 37 % de son temps à brouter (Kennedy et coll., 2012). Le bétail fait relativement peu de dommages en piétinant le sol d'un champ lorsqu'il broute. D'autres activités, telles que les visites à l'abreuvoir ou à la source de minéraux, se coucher par terre ou socialiser causent plus de dommages.

Des chercheurs ont étudié la limitation de la quantité de temps que le bétail passe dans les pâturages comme moyen d'essayer de réduire les dommages par piétinement. Ils ont constaté que les vaches peuvent manger leurs prises quotidiennes de matières sèches fourragères durant deux périodes de trois heures par jour, et passer 98 % de leur temps à brouter selon ce type de gestion (Kennedy et coll., 2012). Ceci a donné lieu à l'élaboration d'une technique de gestion appelée pâturage intermittent, selon laquelle on laisse sortir le bétail pour paître pendant trois heures le matin, et on le ramène dans l'étable ou l'enclos, puis on le laisse sortir pour paître pendant trois heures de plus au cours de l'après-midi ou de la soirée.

Pour chaque période de pâturage, le troupeau a seulement accès à la quantité d'herbes qu'il peut manger durant cette période, et il s'agit donc d'une forme modifiée de pâturage rationné ou en blocs. L'étude irlandaise a montré que lorsque l'on ne limitait pas la durée pendant laquelle les vaches pouvaient brouter, les dommages par piétinement donnaient lieu à une production d'herbe de 20 % inférieure comparativement au pâturage intermittent.

Une autre façon de minimiser les dommages aux pâtures est d'utiliser plusieurs barrières. Si le troupeau entre dans l'enclos à travers une barrière et en sort à travers une autre, la circulation à travers chaque zone des barrières est réduite de moitié. Cela diminue la quantité de piétinement et de compactage du sol autour des barrières. Laisser plus d'herbe résiduelle peut aussi aider à protéger le champ contre les dommages par piétinement. Dans les prairies artificielles, laisser 10 à 15 cm (4 à 6 po) peut être approprié en cas de conditions humides.

Références

Kennedy, E., O'Donovan, M., Delaby, L. et Boland, T., Strategies to increase the length of the grazing season for spring and autumn calving cows, Teagasc Technology Updates, 2012.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424 1300
Courriel :ag.info.omafra@ontario.ca