Lignes directrices et critères d'admissibilité pour le Projet ontarien de dépistage volontaire de la maladie débilitante chronique des cervidés d'élevage

Q1- Pourquoi le gouvernement de l'Ontario effectue-t-il des tests de dépistage de la maladie débilitante chronique (MDC) chez les cervidés d'élevage?

R1- Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation et des affaires rurales (MAAARO), en partenariat avec les producteurs, les vétérinaires et les transformateurs de viande, a mis en œuvre le Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC (le projet) qui vise les cervidés d'élevage (cerfs et wapitis). Il est important de tester un nombre suffisant d'animaux pour s'assurer que la MDC n'est pas présente en Ontario ou, dans le cas contraire, pour pouvoir prendre sans tarder des mesures de lutte. De plus, pour l'importation d'animaux vivants, un nombre croissant de juridictions exigent la participation à un programme de certification volontaire des troupeaux pour la MDC et (ou) l'exécution de tests sur 100 p. 100 des cervidés adultes d'abattage et morts à la ferme.

Q2- Les producteurs peuvent ils bénéficier d'une aide financière pour couvrir le prix des prélèvements et des tests de MDC? Le cas échéant, quels coûts sont admissibles aux fins du projet et dans quels délais les indemnités relatives au prix des tests et de l'échantillonnage seront-elles versées?

R2- Oui. D'avril 2006 à octobre 2009, MAAARO a engagé environ 130 000 dollars aux fins du projet, et ce financement est arrivé à épuisement le 30 octobre 2009. MAAARO a accordé un financement additionnel de 100 000 dollars prenant effet le 22 avril 2010.
Les coûts admissibles sont 100 p. 100 du prix des tests de laboratoire et de prélèvement d'échantillons payés au Laboratoire d'hygiène vétérinaire (LHV) de l'Université de Guelph. L'administrateur du projet (voir Q3) paiera directement les tests au laboratoire, ce qui évitera aux producteurs de devoir se faire rembourser après avoir versé ces sommes. Pour chaque échantillon, ils recevront automatiquement un remboursement de 45 dollars par animal mort à la ferme et de 35 dollars par animal d'abattage; on vise ainsi à encourager le dépistage et à couvrir les coûts de prélèvement et d'expédition des échantillons. L'administrateur du projet traitera les remboursements de frais d'échantillonnage aux producteurs tous les trois mois environ.

Q3- Qui administre le projet?

R3- C'est la Fédération canadienne du mouton qui administre le projet au nom du MAAARO et qui remboursera aux producteurs les frais d'échantillonnage (35 ou 45 dollars par échantillon). La FCM est également l'organisme administrateur, à l'échelle régionale, du programme national de certification volontaire pour le secteur ontarien de l'élevage des cervidés. Chaque fois qu'ils le pourront, Brian Tapscott et d'autres employés du MAAARO aideront les producteurs pour ce qui est de la coordination des abattoirs, des dates d'abattage, du prélèvement des échantillons et des dates des tests.

Q4- Quand le projet commencera-t-il et combien de temps le financement durera-t-il?

R4- Le projet a démarré le 1er avril 2006 et a continué jusqu'au 30 octobre 2009, lorsque les fonds alloués ont été dépensés. Le montant de $ 100 000 de financement annoncé le 22 avril 2010, servira à payer environ 900 échantillons de CWD supplémentaires et sera disponible jusqu'à ce que les fonds auront été dépensés. En janvier 2017, il reste encore suffisamment de fonds pour tester environ 117 échantillons supplémentaires. Les producteurs qui souhaitent tester des échantillons ou qui veulent plus d'information sur l'état du projet doivent communiquer avec Brian Tapscott AVANT de soumettre leurs échantillons.

Q5- Comment les producteurs sauront ils la date de la fin du financement?

R5- Vous trouverez sur le site Web du MAAARO les renseignements les plus à jour sur l'état du projet et de son financement. Les producteurs qui souhaitent avoir des mises à jour précises sur l'état du financement devront communiquer avec Brian Tapscott, MAAARO, AVANT de soumettre leurs échantillons. Cependant ils doivent envoyer ceux-ci au laboratoire le plus tôt possible pour avoir de meilleures chances de bénéficier du financement prévu au projet.

Q6- Selon les prévisions, combien de cervidés d'élevage le projet permettra-t-il de tester? Combien d'animaux ont été testés jusqu'à ce jour?

R6- D'après le financement disponible actuellement, l'objectif est de tester un total de 2 230 cervidés d'élevage. Au 31 décembre 2015, 2 112 échantillons ont été testés, et tous les résultats étaient négatifs.

Q7- La participation au Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC est elle volontaire ou obligatoire?

R7- La participation au projet est volontaire.

Q8- Qui peut participer au projet?

R8- Le projet est ouvert à tous les éleveurs de cerfs ou de wapitis qui résident en Ontario.

Q9- Quelles sont les espèces de cervidés qui sont couvertes par le projet?

R9- Le wapiti, le cerf commun, les hybrides de ces deux espèces, le daim, le cerf de Virginie, le renne et toute autre espèce de cervidé d'élevage ou captif peuvent être couverts par le projet.

Q10- Quels sont les types d'animaux de surveillance qui sont testés?

R10- Le projet couvrira les animaux morts à la ferme et les animaux d'abattage condamnés. Il couvrira également les animaux d'abattage sains dont les carcasses ONT ÉTÉ « retenues » en attendant les résultats des tests. Le projet ne COUVRIRA PAS et ne financera pas les tests ni les prélèvements provenant de carcasses d'animaux d'abattage sains qui N'ONT PAS été « retenues » par le Service d'inspection des viandes du MAAARO.

Q11- Quel âge les animaux doivent-ils avoir pour pouvoir être admissibles aux tests et au financement subséquent?

R11- Tous les animaux testés doivent avoir au moins 12 mois, cet âge étant celui qui est actuellement utilisé aux fins du Programme de certification volontaire des troupeaux pour la MDC (national).

Q12- Quelles sont les formes d'identification de l'animal qui sont obligatoires?

R12- Toute l'identification de l'animal doit être consignée sur le formulaire de soumission du LHV pour la MDC. Lorsqu'une tête doit être remise au LHV, à un vétérinaire ou à un fonctionnaire pour un prélèvement de tissus, toutes les pièces d'identification doivent rester attachées à celle ci. Cet aspect revêt une importance particulière dans le cas des troupeaux qui sont couverts par le programme national de certification volontaire.

Pour ce qui est des animaux d'abattage sains dont des tissus ont été prélevés par un fonctionnaire ou un vétérinaire désigné, on n'aura pas besoin d'expédier les étiquettes d'oreille avec les échantillons, mais on DEVRA inscrire les formes d'identification suivantes :

  • numéro d'étiquette de l'inspection des viandes du MAAARO;
  • numéro d'étiquette d'oreille en métal de Santé des animaux de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) (p. ex. 34435X7);
  • numéro d'étiquette de l'exploitation (p. ex. jaune 013).

Pour ce qui est des animaux morts à la ferme et des animaux d'abattage condamnés, on devra inscrire les formes d'identification suivantes :

  • numéro d'étiquette d'oreille en métal de Santé des animaux de l'ACIA (p. ex. 34435X7);
  • numéro d'étiquette de l'exploitation (p. ex. jaune 013).

Q13- Y a-t-il une limite au nombre d'échantillons que les producteurs peuvent soumettre en vertu du projet?

R13- Étant donné que le secteur de l'élevage des cervidés en Ontario est en recul, il n'y a actuellement aucune limite de cette nature. Cette politique sera réexaminée annuellement.

Q14- Le Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC est-il identique au Programme de certification volontaire des troupeaux pour la MDC (national)?

R14- Non. Le projet de dépistage est différent du programme de certification des troupeaux. Les objectifs du projet sont d'intensifier le dépistage de la MDC chez les cervidés d'élevage en Ontario et d'encourager la participation au programme national de certification volontaire. L'objectif du programme de certification des troupeaux est de permettre aux propriétaires de faire identifier leurs troupeaux comme « élite » en matière de MDC. L'inscription à ce programme garantit aux acheteurs potentiels d'animaux que dans les troupeaux d'une catégorie donnée, le risque d'infection par la MDC est le même.

Q15- En matière de dépistage, y a-t-il des lignes directrices que les producteurs devraient connaître?

R15- Oui. En ce qui concerne les troupeaux inscrits au Programme de certification volontaire des troupeaux (national), c'est le producteur qui a la responsabilité de s'assurer de la conformité aux normes nationales. Les producteurs qui ont des questions concernant ce programme peuvent les adresser à :

Fédération canadienne du mouton
Téléphone : 1 866 534-1301
Courriel : admin@scrapiecanada.ca

Les producteurs qui répondent aux exigences d'admissibilité du Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC peuvent ne pas être en conformité avec les normes du programme national de certification volontaire des troupeaux.

Q16- Pour pouvoir participer au Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC, les producteurs doivent-ils être inscrits au Programme de certification volontaire des troupeaux pour la MDC (national)?

R16- Non. Bien que le MAAARO encourage les producteurs à s'inscrire au programme de certification des troupeaux, cette inscription n'est pas obligatoire aux fins de l'admissibilité au Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC.

Q17 - À quels abattoirs inspectés par la province les producteurs peuvent-ils s'adresser pour pouvoir soumettre des échantillons provenant d'animaux d'abattage sains?

R17 - Une liste complète des abattoirs titulaires d'un permis provincial est affichée sur le site Web du MAAARO.

À noter que les abattoirs choisissent de participer volontairement au projet, ce qui est le cas de 26 d'entre eux actuellement. On augmentera graduellement leur nombre dans le but de fournir un accès plus large au projet et d'améliorer le dépistage dans l'ensemble de l'Ontario. Pour connaître les choix possibles, s'adresser à Brian Tapscott.

Q18- Quels sont les formulaires et les documents obligatoires et comment puis-je me les procurer?

R18- Pour pouvoir être couverts par le projet, tous les échantillons doivent être accompagnés de la dernière version du formulaire de soumission au LHV pour le Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC. En employant le formulaire approprié, les producteurs seront certains de ne pas être facturés. Les formulaires de soumission du LHV ont été modifiés, veuillez donc détruire ou supprimer toutes les versions précédentes. À noter qu'il existe deux formulaires de soumission différents : l'un pour les animaux d'abattage et l'autre pour les animaux morts à la ferme. On peut en demander des exemplaires en s'adressant à Brian Tapscott (MAAARO).

Q19- Comment dois-je soumettre les échantillons provenant d'ANIMAUX D'ABATTAGE?

R19 - La soumission d'échantillons provenant d'animaux d'abattage doit suivre les étapes suivantes :

  • Étape 1 - Le producteur communique avec l'abattoir pour réserver une date et une heure d'abattage. Les producteurs qui participent au programme national de certification volontaire doivent prendre les dispositions en vue de l'abattage (permis de transport de l'ACIA ou lettre de l'abattoir, ou les deux) au moins deux semaines avant la date de l'abattage pour pouvoir être en conformité avec les normes de ce programme. En faisant votre réservation, assurez-vous de bien indiquer à l'abattoir que vous souhaitez participer au Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC et que les carcasses d'animaux d'abattage sains visés par les tests DOIVENT être « retenues » en attendant le résultat du test.
  • Étape 2 - Pour les animaux d'abattage, les producteurs doivent communiquer avec Brian Tapscott au moins deux semaines avant la date de l'abattage pour que l'abattoir connaisse les exigences du projet (c'est à dire que les carcasses doivent être « retenues » quelques jours en attendant les résultats des tests et qu'ils doivent donc disposer d'une capacité de réfrigération adéquate pour ce faire).
  • Étape 3 - Le producteur doit communiquer avec le bureau de district de l'ACIA pour demander un permis de déplacement de cervidés (anciennement appelé permis de transport).
  • Étape 4 - Le MAAARO communique avec le LHV pour demander et planifier l'exécution des tests sur les échantillons et pour faire en sorte que les carcasses soient libérées le plus tôt possible. Le LHV n'effectue des tests de MDC qu'un jour par semaine. Plus les producteurs informeront le personnel du MAAARO longtemps à l'avance de leur intention de faire tester des animaux d'abattage, plus il sera facile pour le LHV de planifier les tests pour limiter le délai pendant lequel les carcasses seront « retenues ».
  • Étape 5 - Le personnel du MAAARO ou un vétérinaire nommé par le Ministère prend des dispositions en vue du prélèvement et du transport des échantillons de tissus des animaux d'abattage sains seulement.
  • Étape 6 - Le producteur remplit la version la plus récente du formulaire de soumission au LHV (version pour les animaux d'abattage) pour le Projet ontarien de dépistage volontaire de la maladie débilitante chronique (MDC).
  • Étape 7 - Le LHV teste les échantillons et communique les résultats au MAAARO (Section de l'inspection des viandes). Il les transmet également au producteur par courriel, fax ou courrier.
  • Étape 8 - Le personnel du Service d'inspection des viandes du MAAARO prend des dispositions pour l'estampillage et la « libération » des carcasses pour lesquelles le test de MDC est négatif.
  • Étape 9 - Le producteur communique avec l'abattoir pour confirmer quand il peut aller chercher la carcasse ou la viande.

Q20 - Les tests de MDC effectués sur les animaux d'abattage sains retarderont-ils la libération des carcasses? Le cas échéant, quel sera le délai?

R20 - Oui, les carcasses qui seront testées pour la MDC DEVRONT être « retenues » en attendant les résultats. Le LHV n'effectue les tests de MDC qu'un jour par semaine, et il est donc important de planifier de façon que le test ait lieu le plus tôt possible après la date d'abattage pour réduire le délai pendant lequel les carcasses devront être « retenues ». Il faut compter le délai de transport ou de livraison par messager au LHV parce que les producteurs NE PEUVENT PAS acheminer eux mêmes au laboratoire les échantillons d'animaux abattus. Le laboratoire doit avoir reçu les échantillons avant 16 h la veille du jour où le test est prévu. Les résultats seront normalement disponibles à la fin de la journée des tests, mais en cas de difficultés techniques ils pourront n'être publiés que l'après midi du lendemain. Le Service d'inspection des viandes du MAAARO devra alors prendre des dispositions pour qu'un représentant désigné se rende à l'abattoir pour estampiller et libérer les carcasses « retenues » avant qu'elles puissent être emmenées. Les carcasses ne peuvent être remises au producteur que lorsqu'elles ont été estampillées et libérées par un inspecteur des viandes ou un représentant désigné. Le délai pendant lequel les carcasses seront effectivement retenues dépendra du jour de la semaine pendant lequel l'abattage a eu lieu, de la durée du transport de l'échantillon, du délai d'obtention des résultats et de la disponibilité du personnel chargé de les libérer.

Q21- Comment fautil remettre les échantillons provenant d'animaux morts à la ferme?

R21- Les échantillons d'animaux morts à la ferme peuvent être apportés directement au LHV par le producteur ou par un vétérinaire, ou envoyés par un service de messagerie (sans intervention du MAAARO); en effet dans ce cas aucune carcasse ne doit être retenue et par conséquent le délai de communication des résultats est moins critique que pour les animaux d'abattage sains. Pour que l'échantillon puisse être couvert par le Projet ontarien de dépistage volontaire de la MDC, on doit soumettre un formulaire de soumission au VHL (version pour les animaux morts à la ferme) pour le projet.

Q22- Quels sont les tissus dont il faut fournir les échantillons?

R22 - Pour toutes les espèces de cervidés, une partie du tronc cérébral (obex) ET les ganglions lymphatiques rétropharyngiens. Pour le wapiti (Cervus canadensis, toutes les sous-espèces), le cerf commun (Cervus elaphus, toutes les sous-espèces) et le daim (Dama dama, toutes les sous espèces), le LHV effectuera le test en premier lieu sur le tronc cérébral (obex), et il retiendra les ganglions lymphatiques rétropharyngiens pour pouvoir effectuer d'autres tests au besoin. Pour le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus, toutes les sous espèces), le laboratoire testera en premier lieu les ganglions lymphatiques rétropharyngiens, et il retiendra l'obex pour pouvoir effectuer d'autres tests au besoin.

Q23- Qui peut prélever les échantillons?

R23- Manipulation et prélèvement d'échantillons provenant d'animaux d'abattage et d'animaux morts à la ferme :

  • Les échantillons provenant d'animaux d'abattage sains doivent être prélevés par un vétérinaire que le MAAARO a désigné ou par un fonctionnaire nommé en vertu de la Loi sur la qualité et la salubrité des aliments. Le LHV peut effectuer le prélèvement si la tête (portant les pièces d'identification) a été livrée au laboratoire par un fonctionnaire.
  • Les producteurs peuvent remettre les têtes des animaux d'abattage condamnés ou des animaux morts à la ferme à un vétérinaire ou directement au LHV. Les étiquettes d'oreilles doivent être laissées en place. Les têtes doivent être placées à l'état frais sur des sacs de glace si possible, à défaut de quoi elles doivent être congelées.
  • Les échantillons de tissus (obex et ganglions lymphatiques rétropharyngiens) provenant des animaux morts à la ferme qui sont prélevés par un vétérinaire doivent être remis au LHV avec les pièces d'identification appropriées et avec le formulaire de soumission (à la ferme la version décès) au laboratoire pour les tests de MDC. Si l'échantillon est à l'état frais, le placer sur des sacs de glace; sinon, le congeler.

Q24- Qui peut acheminer ou transporter les échantillons?

R24- Transport des échantillons :

  • Comme la « chaîne de possession » doit être maintenue, les producteurs ne peuvent pas transporter eux mêmes les échantillons (tissus ou têtes) provenant d'animaux d'abattage sains. Pour l'envoi au LHV, ces échantillons doivent être expédiés par messagerie ou transportés par un fonctionnaire.
  • Les producteurs peuvent transporter les échantillons (tissus ou têtes) d'animaux morts à la ferme ou d'animaux d'abattage condamnés pour les remettre à un vétérinaire ou directement au LHV. Ils peuvent également les envoyer par un service de messagerie.

Q25- Comment doit-on expédier les échantillons?

R25- L'expéditeur peut envoyer gratuitement les échantillons congelés ou frais et placés sur des sacs de glace au LVH par Purolator si le bordereau porte la mention « Purolator U of G incoming account # 0966901 "». Les producteurs qui souhaitent soumettre des têtes d'animaux morts à la ferme peuvent les apporter directement au laboratoire ou les expédier par messagerie. Les instructions détaillées sur l'expédition sont décrites sur les formulaires de soumission et affichées sur le site Web du LHV.

Ne pas oublier de joindre la dernière version du formulaire de soumission pour la MDC.

Q26- Quand et où doit-on expédier les échantillons pour les tests de MDC?

R26-L'horaire du service de réception des échantillons du LHV de Guelph est le suivant : de 8 h à 18 h du lundi au vendredi; de 9 h à 17 h le samedi, le dimanche et les jours fériés. Ne pas expédier d'échantillons périssables qui arriveront au laboratoire un jour férié ou pendant la fin de semaine. Il y a également une boîte de dépôt et un réfrigérateur disponibles en dehors des heures ouvrables au poste de réception des échantillons. Tous les échantillons qui sont placés dans la boîte de dépôt doivent être emballés avec des sacs de glace.

Expédier ou remettre les échantillons au LHV de Guelph à l'adresse suivante :

Animal Health Laboratory Guelph
Laboratory Services Division, University of Guelph
Building 489, NW Corner Gordon/McGilvray Guelph, Ontario N1G 2W1

Q27- Peut-on remettre les échantillons au LHV de Kemptville?

R27- Oui, mais ils devront ensuite être envoyés au LHV de Guelph pour les tests de MDC, ce qui pourra retarder l'exécution des tests et par conséquent la libération des carcasses des animaux d'abattage. Si le temps est un facteur critique (p. ex. animaux d'abattage sains), envoyer les échantillons directement au LHV de Guelph. Dans le cas contraire (animaux morts à la ferme), les échantillons peuvent être envoyés au LHV de Kemptville :

Animal Health Laboratory Kemptville
Laboratory Services Division, University of Guelph
À partir de Concession Rd, entrer à Kemptville College; à partir de Campus Rd, tourner à droite sur la rue McPhail, Kemptville, Ontario K0G 1J0

Q28 - Quels sont les résultats du projet de dépistage de la MDC depuis son lancement en avril 2006?

R28- Le tableau ci-dessous montre dans quelle mesure le projet a permis à maintenir le dépistage de la MDC pendant une période de recul du secteur.

Nombre d'échantillons testés par an

Année Nombre d'échantillons
2002

121

2003
241
2004
234
2005
110
2006 (project launched April 1)
316
2007
375
2008
347
2009*
278
2010*
300
2011
207
2012
108
2013
58
2014
46
2015
69
2016
33

* Du 31 octobre 2009 au 21 avril 2010, le projet n'a reçu aucun financement, ce qui explique la diminution notable du nombre d'échantillons soumis pendant cette période.

Voici un sommaire des résultats au 31 décembre 2016 :

  • 2 112 échantillons ont été testés et se sont révélés négatifs pour l'encéphalopathie des cervidés.
  • 1 429 animaux de boucherie (68% du total) et 683 morts à la ferme (32% du total) ont été testés et ont tous été confirmés négatifs.
  • 1 039 wapitis (49,2% du totaltesté), 552 cerfs à queue blanche (26,1%), 430 cerfs (20,4%), 73 daims (3,5%) et 18 rennes (0,7%) ont été testés.
  • 64 troupeaux étaient couverts par le projet de dépistage de la MDC. On peut les classer comme suit:
    • # Troupeaux par espèce - 25 wapitis, 15 cerfs de Virginie, 17 cerfs, 4 daims et 3 rennes);
    • # Troupeaux par type de surveillance - 39 abattages, 47 décès à la ferme et 21 fois abattage et décès à la ferme.
  • À ce jour, 26 abattoirs inspectés par la province ont participé au volet de dépistage chez les animaux d'abattage;
  • Au total, on a effectué 244 abattages de cervidés pour lesquels un prélèvement d'échantillons était prévu sur des carcasses d'animaux d'abattage, et on a testé en moyenne 6 animaux par abattage;
  • En outre, lors du prélèvement de tissus (obex tronc cérébral et ganglions lymphatiques) pour le dépistage de la MDC, personnel du MAAARO a également recueilli sur les cervidés d'élevage abattus environ 676 échantillons de sang qui ont ensuite été testés aux fins du dépistage de la brucellose effectué par l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Q29- Si je souhaite participer au projet, comment puis-je trouver l'information et la documentation pertinentes?

R29- Communiquer avec l'employé du MAAARO ci dessous :

Brian Tapscott, spécialiste de l'élevage d'animaux non traditionnels
Téléphone : 519 846 3400 Télécopieur : 519 846 8178
Courriel : brian.tapscott@ontario.ca


Auteur : Brian Tapscott - Spécialiste de l'élevage d'animaux non traditionnels/MAAARO
Date de création : avril 2010
Dernière révision : février 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca