Alimentation des cervidés

Le docteur Lyle Renecker, de Stratford, a effectué une présentation lors de la récente " journée d'exposition " de l'" Association canadienne des cerfs rouges ", tenue près d'Alfred. Le docteur Renecker est chercheur en matière de cervidés, commerçant de suppléments alimentaires et propriétaire d'un ranch d'élan. Vous trouverez ci-dessous trois sujets liés à l'alimentation abordés au cours de la journée :

Mangeoire mobile

Le docteur Renecker constate qu'il est avantageux d'avoir une mangeoire pour ses veaux. Les mangeoires mobiles conçues en acier tubulaire carré peuvent être déplacées comme des roulottes. Un toit en contre-plaqué fournit de l'ombre pour les veaux et les encourage à entrer dans la mangeoire. Le contre-plaqué empêche les vaches d'y entrer. Au cas où la vache persiste, la mangeoire mobile est dotée d'une barrière à ressorts, qui permettra tout de même à la vache de s'échapper sans blessure. Les mouches en sont chassées, maintenues à l'écart par un applicateur d'insecticide attaché à la mangeoire mobile. Le docteur Renecker met la nourriture dans la mangeoire mobile chaque jour ou deux. Les veaux le voient entrer et vont examiner après sa sortie.

Nourriture pour la croissance des bois

Au moment de nourrir les mâles adultes pour la production de velours, le docteur Renecker recommande d'augmenter la quantité de nourriture en mars quand les boutons tombent. On dispose de 3 mois et demi d'alimentation pour développer les meilleurs bois. En mars, les cervidés préparent naturellement leurs corps pour le printemps quand, traditionnellement, la meilleure nourriture est disponible. La consommation d'aliments est nulle à la fin de mars au moment du solstice du printemps. Ce phénomène se produit aussi deux autres fois, à la fin d'avril et à la fin de mai. Si vous planifiez vendre des mâles dans les fermes de chasse, donnez-leur un supplément d'aliments jusqu'à ce que leurs bois soient durs.

Alimentation en hiver

À l'automne et à l'hiver, le métabolisme des cervidés baisse naturellement. Ils n'utilisent pas beaucoup d'énergie. Les surplus énergétiques dans le régime peuvent causer des maladies, comme la fourbure, la laminite et l'acidose. Dans ces cas, le docteur a observé la formation d'abcès et la perte des sabots.

Le surplus en protéines entraîne une concentration de l'urine. L'acide urique peut causer des brûlures dans la vulve et le vagin de la femelle. Les brûlures mènent à des ulcères et à des infections secondaires. Les mâles peuvent aussi souffrir de sensations de brûlure, développer des inflammations ainsi que des infections. La tension en urinant peut entraîner la gaine du mâle à s'inverser. Si les blessures sont assez sérieuses, une chirurgie peut s'avérer nécessaire. La suralimentation en protéines pourrait affecter la capacité de procréation ainsi que la qualité du sperme.

Les cervidés adaptent naturellement leur consommation et leur métabolisme pendant l'hiver à cause du traditionnel manque de nourriture. La suralimentation ne change pas ce cycle. Les fermiers doivent les nourrir avec le meilleur équilibre de substances nutritives à chaque étape de leur cycle de vie.


Auteur : Craig Richardson - Spécialiste des soins aux animaux/MAAARO
Date de création : 01 Juillet 2000
Dernière révision : 08 Juillet 2003

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca