Parasites et cerfs

Les parasites internes des cerfs et leur biologie

Divers rapports indiquent que les espèces suivantes de parasite affecte le cerf. La période de prépatence, tel qu'indiqué, représente la durée entre l'ingestion des larves infectées et la première apparition des œufs ou des larves fécaux. (2)

Parasite Période de prépatence (jours)
Cooperia 17
Ostertagia 20
Trichostrongylus 21
Oesophagostomum  

Dictyocaulus viviparus
(ver parasite du poumon)

24-25

Une étude datant de 1996, réalisée dans le sud de l'Angleterre, qui portait sur le cerf rouge, a établi la preuve que les infections d'ostertagia mixte étaient dominantes, et qu'il n'y avait très peu d'infections des espèces Trichostrongylus axei, Cooperia punctata et Oesophagostomum. Il y a une augmentation très répandue du compte d'oeuf chez les biches à l'été ce qui peut être analogue aux augmentations post parturientes (par exemple, après la mise bas) observées chez le mouton et autres espèces d'hôte. Ces infections ont atteint leur sommet de septembre à novembre. Beaucoup de faons présentaient des infections évidentes avant septembre. Le traitement au vermifuge des cerfs adultes, lors de leur attroupement en mai, a retardé le début de la hausse estivale du compte d'œuf, mais n'a eu que peu d'effet sur les comptes de larves subséquents dans les pâturages. Le déplacement vers d'autres pâturages en juillet a, cependant, réduit l'infection à laquelle les faons ont été exposés. Les infections à ostertagia semblent être semblables aux infections chez le bétail, où les L3 et les L4 hypobiotiques sont continuellement prêtes à remplacer les vers d'adulte dont l'espérance de vie est d'environ 30 jours. L'Hypobiose se produit lorsque les larves sont maintenues dans un état inhibé, mûrissent puis remplacent les adultes quand celles-ci sont enlevées ou meurent. Les effets du traitement avec administration de fenbendazole et d'ivermectin chez les adultes en mai ont été décevants, vraisemblablement en raison de la présence constante de larves hypobiotiques.

Les auteurs en ont conclu que le parasitisme n'avait aucun effet défavorable sur les femelles du cerf adultes et que les faons devraient être sevrés, traités et déplacés vers un pâturage désinfecté ou logé avant le rut de septembre. Le déplacement de masses vers les nouveaux pâturages à la mi juillet pourrait aider à retarder l'exposition des faons à la grande quantité de larves parasitaires. (3)

Waldrup et al. suggèrent qu'il semble exister une variation de la prédisposition aux parasites entre le cerf rouge et l'élan bien qu'ils soient seulement des sous-espèces différentes de Cervus elaphus. Le parasitisme avait un effet plus grand sur le poids des hybrides d'élan et de cerf rouge sevrés femelles vivants que chez le cerf rouge sevré femelle. (4)

Les chercheurs indiquent que l'utilisation de vermifuge oral à dose recommandée pour le bétail entraînait des résultats médiocres pour le traitement du cerf. Les auteurs indiquent que l'efficacité peut être affectée par l'acidité de la caillette. Donc, ils suggèrent que des produits injectables ou à enduire soient utilisés pour régler ce problème. (5)

Traitements opportuns

Lancaster, à partir de ses études sur le cerf rouge au Royaume-Uni, indique que les animaux adultes doivent être traités avec une dose simple de vermifuge administré à la fin d'avril à moins que le ver parasite du poumon ne devienne un problème ou que le troupeau présente une grande quantité de vers à l'automne.
Les animaux d'un an doivent être traités comme des adultes.
Les faons doivent être traités après le sevrage à l'automne et relocalisés sur un pâturage propre ou dans une étable. Cela les protégera contre le dernier sommet de parasites en fin d'été, début d'automne. (6)

Les vétérinaires doivent jouer un rôle significatif. Ces derniers doivent conseiller quel programme antiparasite à utiliser, y compris l'utilisation stratégique de vermifuges et l'observation des niveaux de parasites. Un bon programme pour un troupeau entraînera : une réduction des dépenses, une réduction des risques de résistance et une réduction des résidus de médicaments.

References

  1. Wright R.G., Tapscott B., 1995 Alternative Livestock Survey of Ontario Deer Producers. (1995) Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs.
  2. Mackintosh C.G., Qureshi T., Waldrup K., Labes R.E., Taylor M., Murphy A., Johnstone P., Persistence of Moxidectin Activity Against Nematodes in Red Deer. NZVA Deer Branch Conference Proceedings . (1997)p.149-154.
  3. Connan R.M., Observations on the Epidemiology of Gastrointestinal Nematodes of Red Deer in Central Southern England.. Veterinary Record (1996) 139: p.228-232
  4. Waldrup K.A., Mackintosh P.D., Johnstone P.D., Labes R.E., The Effects of Parasitism on Weaner Deer: Parallel Studies with Red Deer Hinds and Wapiti Hybrid Hinds. Proceedings of a Deer Course for Veterinarians (1994) No.11, p.193-202.
  5. Waldrup K.A., Mackintosh C.G., Fading Elk: Syndrome Research. Proceedings of a Deer Course for Veterinarians (1992) No.9, p.170-174.
  6. Lancaster M.B., Andrews S.J., Observations on the Output of Nematode Eggs in Faeces and on the Subsequent Pasture Infestation with Third Stage Larvae Produced by a Herd of Farmed Red Deer (Cervus elaphus). Veterinary Record Dec 21/28, (1991) p.549-551.


Auteur : Dr. Bob Wright - scientifique vétérinaire, chevaux et animaux non traditionnels/MAAARO
Date de création : 01 février 2000
Dernière révision : 01 juillet 2003

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca