Alimentation des bovins de finition

L'objectif de tout programme de finition des bovins dans un parc d'engraissement est d'optimiser le gain et l'efficacité de l'alimentation au cours de la période de finition tout en maintenant les bovins en bonne santé. Les bovins deviennent de plus en plus lourds, et, en même temps, les classes des carcasses s'améliorent. Un grand nombre de producteurs cherchent à obtenir des poids du marché pour optimiser la valeur des carcasses en fonction du temps passé dans les parcs d'engraissement et de l'efficacité et du rendement associés des animaux. Une finition excessive peut grandement accroître le risque de mauvaise santé des bovins et provoquer une « stagnation » au cours de laquelle les taux du gain plafonnent.

Toutefois, des perturbations du marché peuvent rapidement faire avorter des plans de commercialisation et d'alimentation. Le COVID-19 a provoqué des perturbations dans l'industrie du conditionnement, qui ont été ressenties dans l'industrie des bovins. Ces perturbations brusques du marché peuvent nécessiter que des engraisseurs de bovins engraissent les bovins pendant une période plus longue que prévue. Heureusement, il est possible de ralentir la croissance des espèces ruminantes en modifiant les proportions de fourrage et la formulation des rations par réduction des densités énergétiques, ou en limitant les rations d'alimentation existantes. Dans le cas de perturbations importantes et prolongées du marché, des modifications plus draconiennes du programme d'engraissement sont nécessaires. Comment votre programme d'engraissement peut-il être ajusté pour éviter un engraissement excessif important des bovins?

Engraissement des bovins d'abattage

En temps normal, un aspect important de la planification d'un programme d'engraissement est de comprendre ce que sont vos objectifs, c'est-à-dire de savoir quand les bovins d'engraissement seront envoyés à l'abattoir ou sur le marché, et les taux de gain recherchés. L'efficacité de l'alimentation des bovins d'engraissement diminue lorsque les bovins sont alimentés au-delà des poids optimaux. La compréhension de vos objectifs finals est importante pour être efficace et éviter les rabais des conditionneurs en cas de bovins dont la finition est excessive. Il est ainsi possible de calculer le gain quotidien moyen recherché et de formuler les rations en fonction des résultats obtenus. Cela devient plus difficile en cas de perturbations abruptes du marché et d'incertitudes au sujet du moment où le bétail peut être commercialisé. Bien qu'il ne soit pas financièrement souhaitable de poursuivre l'engraissement des bovins, il existe divers facteurs devant être pris en compte lorsqu'il est nécessaire d'engraisser des bovins durant des perturbations du marché, afin de ralentir le taux de gain, de prévenir des troubles digestifs et de maintenir les carcasses à une taille raisonnable.

Dans quelle mesure le gain devrait-il être ralenti?

Étant donné les fluctuations de la commercialisation des bovins d'engraissement et la difficulté résultante de déterminer des objectifs finals, il est compliqué de déterminer jusqu'à tel point le taux de gain devrait être ralenti. Les ajustements apportés aux programmes d'engraissement pour ralentir le taux du gain dépendront de divers facteurs, notamment le stade de la production, les programmes d'implants et la disponibilité des aliments. Le but devrait être de toujours maintenir un certain gain (dans la mesure du possible >2 lb/jour), car les rations d'entretien véritables (pour lesquelles le gain de poids est nul) peuvent avoir des répercussions importantes sur la croissance future et les caractéristiques des carcasses, et ne devraient donc être adoptées qu'en dernier recours.

Il est important de se rappeler que des perturbations dans le secteur du conditionnement peuvent éventuellement causer des retards prolongés pour les bovins et les engraisseurs de bovins à n'importe quelle étape de la production, et on devrait se tenir prêt à modifier les programmes d'engraissement en fonction des conditions du marché. On dispose d'une plus grande souplesse au début des programmes d'engraissement, lorsque le poids peut augmenter, tandis qu'il y a moins de possibilités pour les bovins dont le poids est proche de celui du marché.

De plus, la poursuite de l'engraissement de bovins lourds accroît le risque de troubles digestifs si les rations ne sont pas ajustées, car des périodes d'engraissement prolongées avec des rations à teneur élevée en concentrés augmentent le risque d'acidose et de troubles associés, notamment d'abcès au foie et de fourbures chroniques. Envisagez de modifier les rations et de mettre en œuvre des stratégies d'engraissement pour réduire les fluctuations de la consommation de matières sèches et maintenir les intestins en bonne santé.

Les fourrages - un moyen pour ralentir le gain

L'objectif de cette méthode est de réduire les niveaux des apports énergétiques alimentaires pour ralentir le gain. Bien qu'il soit optimal de procéder graduellement lorsque l'on augmente l'énergie dans les rations, ceci est moins critique dans le cas d'une diminution, et les transitions peuvent alors être plus abruptes. Bien que la plupart des rations de finition comprennent au moins un peu de fourrage pour le développement du rumen (habituellement 7 à 15 % de matières sèches), l'augmentation de cette proportion d'environ 10 % (sur la base des matières sèches) provoque habituellement une réduction du gain quotidien moyen d'environ 3/4 lb par jour. Les fourrages dans les rations des parcs d'engraissement peuvent inclure des ensilages de maïs, des ensilages préfanés, du foin sec et de la paille. N'oubliez pas que les ensilages de maïs contiennent environ 40 % de grain, ce qui signifie que l'augmentation de la proportion d'ensilage de maïs dans une ration « décroissante » peut correspondre à plus de 10 % du taux d'inclusion futur. Une autre méthode peut consister à revenir à l'une des étapes antérieures d'une ration d'engraissement utilisée pour avoir des proportions élevées de grains dans la nourriture des bovins. Suivant le programme d'engraissement, les premières étapes de réduction d'une ration d'engraissement consisteront habituellement à inclure des proportions plus élevées de fibres, ce qui convient pour une croissance plus lente d'environ 0,5 à 1 lb par jour.

Les exploitants des parcs d'engraissement cultivent, récoltent et stockent suffisamment de fourrages grossiers pour répondre aux besoins de leur programme d'engraissement durant toute l'année. Lorsque l'on augmente les taux d'inclusion de fourrages dans les rations, la quantité de fourrage stocké et le coût d'achat du fourrage doivent être pris en compte dans la détermination des rations. N'oubliez pas que d'autres ingrédients à faible rendement énergétique et à teneur élevée en fibres, tels que les écales d'avoine et de soja, sont aussi efficaces pour réduire la densité énergétique des rations mais possèdent une moindre capacité de « remplir le rumen ».

Les exploitants de parc d'engraissement qui utilisent des distributeurs à la demande et des rations de maïs avec suppléments peuvent moins facilement alimenter les bovins avec des fourrages selon des méthodes de distribution traditionnelles et peuvent avoir besoin d'envisager d'autres solutions pour alimenter les bovins avec des fourrages et des ingrédients à teneur élevée en fibres dans le but de ralentir la croissance.

Limitation de l'alimentation pour contrôler le gain

Si des bovins sont lourds (> environ 1 600 lb) et ont un poids proche de celui recherché pour le marché, ou encore si l'on ne dispose pas de fourrages, la limitation de l'alimentation peut être un bon moyen pour ralentir le gain. La limitation de l'alimentation permet de réduire les pertes d'aliments, tout particulièrement si l'on dispose de peu de fourrages grossiers supplémentaires. Toutefois, cette stratégie nécessite que l'on procède « avec prudence », car elle suppose une excellente gestion et ne fonctionne efficacement que dans les situations où il y a suffisamment de place pour les distributeurs de fourrages (c.-à-d. au moins 18 po/tête) et où l'agression est minimale à proximité des distributeurs. Cette stratégie est optimale pour toute perturbation du marché prévisible à court terme, et est moins souhaitable en tant que solution à long terme. En cas d'engraissement limité médiocrement géré, une consommation en dents de scie, un manque d'uniformité dans la finition des bovins et des troubles digestifs sont possibles.

Autres considérations

  • Réévaluez votre programme d'implants. Si des implants sont employés, les résultats des programmes d'engraissement dépendront du programme d'implants adopté. Il peut être nécessaire de réduire les programmes d'implants pour diminuer le taux du gain.
  • Maintenez des pratiques exemplaires en ce qui a trait à la gestion des tables d'alimentation. Des pratiques saines de gestion des tables d'alimentation contribuent à maintenir l'engraissement des bovins et l'uniformité dans les lots, et à réduire les troubles digestifs, tout particulièrement chez les bovins de finition en cours d'engraissement.
  • Tenez compte de la grosseur des particules des grains. La grosseur des particules des grains est un autre facteur qui a une incidence sur le risque de troubles digestifs, car des grains trop finement moulus provoquent un accroissement du risque de troubles digestifs, particulièrement dans les rations de finition. N'oubliez pas non plus que le risque de troubles acidosiques augmente aussi lorsque l'on alimente les bovins avec des petites céréales, telles que du blé.
  • Établissez un budget pour la période de transition lorsque vous recommencez à augmenter la densité énergétique des rations. Si les marchés imposent un autre changement de cap dans votre programme d'engraissement tel qu'un autre accroissement de la densité énergétique, adoptez à nouveau des pratiques exemplaires lorsque vous augmentez la densité énergétique des rations, notamment en procédant de façon graduelle et en surveillant les apports.

Conclusions

Il est possible de ralentir la croissance des bovins des parcs d'engraissement durant des perturbations du marché en réduisant la densité énergétique des rations. Bien qu'il ne soit pas généralement rentable de diminuer l'alimentation des bovins au-delà de points limites, il existe des stratégies permettant de limiter les conséquences de cette réduction en ce qui a trait à la qualité des carcasses, la santé des bovins et le coût de la production. Travaillez étroitement avec votre nutritionniste afin d'équilibrer les rations d'entretien convenant à vos bovins en fonction des conditions du marché.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca