Des vaches qui creusent des étangs?

L'eau c'est la vie; c'est l'élément nutritif le plus essentiel pour le bétail mais en Ontario, où on la trouve en abondance, on risque de la prendre pour acquise. Les bovins de boucherie en consomment de grandes quantités. Ils ne l'utilisent pas de façon très efficace (moins que certains autres animaux comme les moutons) et doivent donc boire de grandes quantités tous les jours. Les vaches de boucherie en lactation consomment environ 115 litres (25 gallons) d'eau par jour pendant l'été, et les bovins de long engraissement d'environ 70 litres (15 gallons).1 Ne pas oublier qu'au pâturage, comme dans un parc d'engraissement, le rendement des bovins peut être limité par l'accès à une source d'eau propre et abondante. Dans un pâturage situé trop loin d'un puits ou d'un point d'eau naturel, il est souvent difficile d'offrir au troupeau un bon accès accès à l'eau; pour ce faire, on peut aménager un étang, c'est à dire un plan d'eau artificiel.

Avez vous besoin d'un étang?

Les bovins de boucherie aiment boire de trois à cinq fois par jour. Dans de nombreux cas, les troupeaux en pâture doivent parcourir de longues distances pour atteindre un point d'eau, ce qui réduit le temps passé à brouter et représente une dépense d'énergie. La distance à parcourir jusqu'au point d'eau peut également avoir pour effet de limiter la superficie de pâturage que les animaux brouteront réellement. Les distances maximales recommandées varient selon le degré d'intensité du système de pâturage.

Dans les systèmes de haute intensité, si les animaux doivent marcher plus de 250 m (820 pi) pour atteindre le point d'eau, cela peut avoir un effet néfaste sur la distribution des superficies broutées. En plus d'exploiter moins efficacement le fourrage, les bovins passent davantage de temps dans la zone adjacente au point d'eau, et les éléments nutritifs du fumier se trouvent en plus grande quantité à cet endroit au lieu d'être uniformément répartis sur l'ensemble du pâturage.2

Dans les systèmes de pâturage plus extensifs, la distance à parcourir jusqu'au point d'eau peut avoir pour effet de réduire de façon importante la superficie broutée. Dans les parcours naturels en milieu aride, les bovins paissent rarement à plus de 1 100 m (3 600 pi) d'un point d'eau; lorsqu'il s'agit d'un réservoir transportable qu'on déplace, ils établissent une nouvelle zone de pacage de rayon comparable autour de celui ci.3

Conception de l'étang

Les étangs sont des plans d'eau artificiels; en Ontario, généralement, ils captent et retiennent l'eau souterraine. (Le ruissellement de surface peut aussi les alimenter partiellement, mais cela n'est pas souhaitable à moins qu'il soit exempt de toute contamination.) Les étangs artificiels peuvent représenter une bonne option lorsque les autres points d'eau sont trop éloignés, mais ils doivent être traités avec le même soin que les rivières, les ruisseaux et les mares naturelles; nous devons assurer une gestion durable de l'approvisionnement en eau et du troupeau.

Dans la mesure du possible, placer l'étang au milieu du pâturage, de préférence là où l'herbe reste la plus verte pendant tout l'été. En cas de doute, creuser des trous d'essai à plusieurs endroits. Les dimensions de l'étang dépendent de la quantité d'eau qu'il doit fournir et des caractéristiques hydrauliques du sol dans lequel il est creusé. Pour un même volume d'eau, il est préférable de construire un étang profond peu étendu plutôt qu'un étang peu profond et étendu; il sera ainsi moins exposé aux pertes par évaporation, et la clôture nécessaire pour le protéger du bétail sera moins longue. Sa profondeur sera limitée par la taille et le type d'équipement employé pour le creuser, la profondeur de la nappe phréatique et la profondeur de la roche mère. Dans des sols à texture moyenne à lourde, les pentes terminales devraient être de 4 pour 1 (4 longueurs horizontales pour 1 longueur verticale), et les pentes latérales de 1,5 pour 1. Dans les sols à texture plus plus légère, les pentes latérales doivent être moins accentuées (2 pour 1).4

Gestion de l'étang

Il faut absolument empêcher les animaux d'accéder au plan d'eau. Avec le passage du bétail sur les rives, le sol s'érode et tombe dans l'eau, provoquant l'envasement et le remplissage de l'étang. De plus, le fumier des bovins contamine l'eau par la libération d'éléments nutritifs tels que l'azote et le phosphore; il contient également des organismes pathogènes qui peuvent se multiplier et propager des maladies dans le troupeau. L'excès d'éléments nutritifs favorise la croissance des algues et crée les conditions propices à l'apparition des cyanobactéries (algues bleu vert) toxiques. En outre, les bovins préfèrent boire de l'eau propre, de sorte que la construction d'un système d'abreuvoir extérieur à l'étang maximisera la consommation d'eau et donc le rendement du troupeau.4

Pour empêcher le bétail d'accéder à l'étang, entourer celui ci d'une clôture qui doit être séparée de la rive par une bande tampon gazonnée d'au moins 30 m (100 pi). Le système d'abreuvoir à installer dépend de la taille du troupeau. Pour l'essentiel, une pompe amène l'eau propre de l'étang soit directement à un abreuvoir, soit à un réservoir. La pompe peut être actionnée par un système électrique à énergie solaire, par un moteur à essence ou même par le bétail lui même (pompe actionnée par le museau de l'animal). Placer la prise d'eau à environ un pied sous la surface, attachée à un flotteur. La pompe peut alimenter un réservoir surélevé, qui se déverse à son tour dans un abreuvoir par gravité, l'écoulement étant limité par un robinet à flotteur ordinaire.

En cas de prolifération d'algues, on peut installer un aérateur (alimenté à l'énergie solaire ou éolienne) qui maintient l'eau en mouvement et évite ainsi les proliférations d'algues. Dans les cas extrêmes, on peut devoir enrayer les algues au moyen de produits chimiques.

Remarque sur la réglementation : En Ontario, aucun permis n'est requis pour le prélèvement d'eau destinée au bétail.5

Références :

1 National Research Council. Nutrient Requirements of Beef Cattle. 7th Rev. Ed. Update 2000. Accès février 2011

2 Gerrish, J.R., P.R Peterson, and F.A Martz. Proximity of Water Affects Grazing Distribution and Soil Nutrient Cycling. International Grasslands Symposium 2007. Accès février 2011.

3 Walter D. Willms, Orin R. Kenzie, Tim A. McAllister, Doug Colwell, Doug Veira, John F. Wilmshurst, Toby Entz, and Merle E. Olson Effects of water quality on cattle performance. Journal of Range Management. Sept 2002. Accès février 2011.

4 AAC, Administration du rétablissement agricole des Prairies. Thinking About Constructing a Dugout? . Accès février2011.

5 Ministère de l'Environnement de l'Ontario. Éco Info : Le permis de prélèvement d'eau. Accès février 2011

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca