Faites cesser la douleur. Pour une maîtrise de la douleur chez le veau

La recherche indique que les veaux de boucherie de tous les âges ressentent du stress quand ils sont manipulés ou lors des pratiques de gestion que l'on doit administrer. Certaines de ces procédures peuvent causer de la douleur. Le récent Canadian Code of Practice for Beef Cattle recommande fortement aux producteurs d'intervenir pour maîtriser la douleur, par exemple avec l'anesthésie, lors de l'écornage des animaux de plus de quatre mois ou la castration d'animaux de plus de neuf mois. Ces âges représentent un compromis entre ce qui est faisable à la ferme en rapport avec la quantité de douleur de l'animal. Pouvons-nous faire quelque chose pour réduire la couleur chez nos animaux? Est-ce que ça en vaut la peine du point de vue de la gestion? Est-ce la bonne chose à faire?

Considérons l'incidence de soulager la douleur au moment de la castration. Certains affirment que l'impact de la castration est si rapide que l'animal s'en remet sans aucune perte de poids. Toutefois, on a noté chez les veaux qui avaient reçu un anesthésique local avant la castration un poids supérieur de 15,9 kg (35 lb) à la fin de l'essai, par rapport aux veaux castrés sans maîtrise de la douleur.

Souvent, ces répercussions sur la production sont difficiles à mesurer. De nouvelles méthodes de mesure de l'impact neurologique sur les veaux du stress produit par l'écornage ou la castration montrent que nous pouvons réduire la douleur ressentie par les animaux lors de ces interventions effractives.

Des recherches récentes à l'Université Iowa State ont étudié l'effet de l'aspirine sur la réduction du cortisol, une mesure du stress chez les veaux. On a séparé les veaux en groupe, non castrés, non traités et castrés, ou traités et castrés. Lors de l'essai, les veaux qui n'avaient pas reçu d'aspirine ont montré des niveaux de cortisol plus élevés.

Récemment, dans une conférence sur le bien-être des bovins laitiers à Guelph, Hans Coetzee, de l'Université Iowa State, a parlé de l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour réduire la douleur lors de l'écornage des veaux. Il a présenté des recherches qui indiquaient l'effet de l'usage de ces drogues. Dans Heinrich et al. (2009), on a démontré que 0,5 mg/ kg de méloxicam intramusculaire (i.m.) combiné au blocage nerveux de la cornée, a réduit la réaction de cortisol pendant six heures chez les veaux âgés de 6 à 12 semaines, comparés aux veaux ne recevant qu'une anesthésie locale avant l'écornage par cautérisation. De plus, les veaux ayant reçu du méloxicam avaient des fréquences cardiaque et respiratoire plus lentes que les sujets du groupe de contrôle ayant reçu un placebo, plus de 24 heures après l'écornage. Dans Stewart et al. (2009), on a indiqué que le méloxicam administré par intraveineuse (i.v.) à 0,5 mg/kg avait atténué l'apparition des réactions à la douleur associées à l'écornage au fer chaud chez des veaux de 5 semaines comparés au seul blocage nerveux de la cornée, selon la mesure de la variabilité de la fréquence cardiaque et de la température de l'œil. Ces résultats indiquent que l'administration du méloxicam à 0,5 mg/kg (i.v. ou i.m.) diminue les réactions physiologiques pouvant être liées à la douleur et à la détresse associées à l'écornage par cautérisation chez les veaux avant sevrage.

Le méloxicam est un produit injectable (Metacam) approuvé pour utilisation chez les veaux au Canada. Les directives de l'étiquette sont assez précises: « comme aide pour améliorer l'appétit et le gain de poids si administré au début de la diarrhée, en combinaison avec une thérapie de réhydratation orale, chez les veaux âgés de plus d'une semaine. Pour le soulagement de la douleur à la suite de l'écornage en enlevant le bourgeon de la corne chez les veaux de moins de trois mois ». Quand nous pouvons écorner avant l'âge de trois mois, Metacam peut être utile pour réduire la douleur chez les veaux.

Il est possible d'anesthésier localement pour réduire la douleur immédiate de l'écornage. Travaillez avec votre vétérinaire pour savoir comment bloquer correctement les nerfs de la zone qui entoure la corne. Il y a une " vallée " ou du tissu mou, sur le côté de la tête du veau, entre les yeux et la corne. En insérant lentement une aiguille là et en étalant l'anesthésique en éventail dans cette zone, les nerfs de la douleur sont bloqués. Les veaux peuvent être écornés avec beaucoup moins de stress que sans anesthésique contre la douleur. Peu importe l'âge, les veaux peuvent bénéficier du recours à des analgésiques lors d'interventions effractives.

Le recours à un anesthésique local et à des analgésiques aide à abaisser le taux de cortisol ou les niveaux de stress des veaux. Les avantages sont multiples pour le producteur : les veaux sont plus dociles s'ils ne ressentent pas de douleur, ils développent moins de maladies, ils récupèrent plus vite et ils gagnent plus de poids que les animaux qui n'ont pas reçu de médicaments contre la douleur. Le Code de pratique vétérinaire recommande de les utiliser lors de l'écornage et de la castration chez les animaux d'un certain âge. La recherche indique un avantage pour les animaux à tout âge. Parlez à votre vétérinaire et mettez au point un programme qui convient à la fois à vos animaux et à vous.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca