Décoder le Code - Section 1 « Environnement animal »

Pour l'industrie canadienne du bœuf, le Code de pratique national est nouveau. Mais pour les producteurs de viande bovine, s'occuper des questions environnementales n'est rien de nouveau!

La première section du nouveau code national traite de « l'environnement animal ». Elle est suivie des sections suivantes : Aliments et eau, Santé animale, Élevage des animaux, Transport et Euthanasie. Cela constitue une suite logique pour expliquer les pratiques de l'industrie au grand public. Certains producteurs ont été quelque peu effrayés à la suite de certains commentaires sur le Code, tels que « c'est un livre de 60 pages ». Toutefois, si vous jetez un coup d'œil au Code, les 6 sections et les exigences des producteurs sont résumées en 6 pages. Le reste de la publication est une présentation facile à lire où les exigences des producteurs sont mises en évidence dans des encadrés jaunes. Elle contient aussi un glossaire, des ressources additionnelles de l'industrie et quelques-unes des pratiques de gestion optimales recommandées.

Donc, commencez par le début du Code et parcourez-le en lisant une section à la fois.

D'après la section sur l'environnement animal, le producteur doit ...

Exigences

Les bovins doivent avoir accès à des aires, naturelles ou artificielles, qui offrent un refuge contre les conditions météorologiques susceptibles de poser des risques pour leur bien-être.

Aider rapidement tout animal individuel qui donne des signes de mal s'accommoder des conditions météorologiques (voir la liste des signes en 1.1.1 et 1.1.2).

Des vaches de boucherie sur la neige.

Figure 1. Des vaches de boucherie qui mangent du foin sur la neige.

Les bovins semblent généralement plus à l'aise à l'extérieur, mais compte tenu des aléas climatiques des derniers mois, la plupart des producteurs se sont empressés de répondre à cette exigence. Dans de nombreux cas, les producteurs ont installé des brise-vent portables pour protéger les bovins ou ils ont déplacé le bétail en des lieux pouvant les abriter comme un terrain boisé, une étable ou un brise-vent de balles de foin. Pour plus d'informations, voir l'article du Bœuf virtuel paru à l'automne 2009 sur les brise-vent.

Fournir de la litière ou en augmenter la quantité en cas de froid extrême aidera aussi bovins à combattre le froid. Cela peut sembler difficile à imaginer à ce moment-ci de l'année, mais lors de journées d'été vraiment chaudes, les producteurs devront probablement s'affairer à fournir un espace d'accès à l'eau plus grand, de l'ombre et, dans certaines situations, un système d'aspersion ou de brumisation.

La prochaine chose qu'un producteur se doit de faire est ...

Exigences

Fournir plus d'aliments pour répondre aux besoins en énergie accrus aux animaux qui vivent un stress lié au froid.

Des vaches de boucherie qui mangent du foin épandu sur des chaumes de maïs.

Figure 2. Des vaches de boucherie qui mangent du foin épandu sur des chaumes de maïs.

Encore une fois, je pense que de nombreux producteurs ont changé le régime alimentaire offert au cours des derniers mois, en servant des grains ou de l'ensilage, ou tout simplement un foin de meilleure qualité et peut-être en plus grande quantité.

Les installations utilisées pour manipuler, charger et abriter les bovins sont les exigences à venir ...

Exigences

Toutes les exploitations bovines doivent avoir accès à l'équipement ou aux installations nécessaires à la manipulation, à la contention, au traitement, à la ségrégation, au chargement et au déchargement sécuritaires des animaux.

Concevoir ou gérer des installations intérieures et extérieures pour fournir aux bovins des aires de repos bien drainées et confortables.

Assurer une traction dans les aires de manipulation pour minimiser les glissades et les chutes des bovins.

Tous les bovins groupés doivent avoir suffisamment d'espace pour adopter des postures de repos normales en même temps.

Les bovins groupés doivent pouvoir se déplacer librement dans l'enclos et avoir accès à des aliments et de l'eau.

La densité de peuplement doit être gérée de façon à ce que l'entassement ne nuise ni au gain de poids et ni au temps passé couché.

Maintenir en tout temps la qualité de l'air intérieur et la ventilation (niveau d'ammoniac < 25 ppm).

Fournir aux bovins logés à l'intérieur qui n'ont accès à aucune lumière naturelle de la lumière supplémentaire pour permettre les comportements naturels et leur surveillance.

Cela veut dire qu'il faut avoir l'équipement approprié pour assurer la sécurité du bétail lorsque vous les manipulez ou les déplacez. Le point positif de cette exigence est que le fait d'avoir le bon équipement pour déplacer ou manipuler le bétail en toute sécurité signifie généralement que le producteur est également en sécurité. Des aires de repos confortables et sèches, avec des planchers antidérapants, peuvent exiger un peu d'ajustement dans certaines situations, mais vont se traduire par des gains. La qualité de l'air et la densité des animaux vont également se traduire par un confort accru pour les bovins et des gains pour le producteur.

La dernière série d'exigences de la section de l'environnement animal traite du vêlage des vaches et des équipements nécessaires.

Exigences

Fournir pour le vêlage un environnement sécuritaire et propre qui favorise la survie des veaux.

Un troupeau de vaches de boucherie derrière une clôture dans un pâturage enneigé.

Figure 3. Un troupeau de vaches de boucherie derrière une clôture dans un pâturage enneigé.

Encore une fois, cette exigence est tout à fait dans l'intérêt du producteur. Si celui-ci n'a pas de veaux vivants, il n'aura rien à vendre, mais plutôt des factures à payer. Le Code ne dit pas que vous devez avoir un enclos stérilisé, mais plutôt un environnement sûr et propre. Si vos vaches vêlent dans une aire enherbée par une belle journée ensoleillée en mai, alors vous avez largement dépassé les exigences. Toutefois, s'il fait moins de 35 °C et qu'il vente à tout rompre, alors un abri et une litière sont de toute évidence nécessaires.

Dans l'ensemble, quand vous regardez les exigences présentées dans la première section du Code, elles semblent assez raisonnables. Elles visent toutes l'objectif d'accroître le bien-être animal, assurant ainsi un meilleur rendement et de meilleurs revenus pour le producteur. Ce ne sont pas des exigences de nature normative sur votre façon de travailler, mais plutôt des exigences vous permettant d'obtenir les résultats souhaités. Certaines installations seront de courte durée, alors que certains changements peuvent être des solutions de longue durée afin de respecter le Code. Des exemples d'application du Code seraient la protection contre les temps très froids de décembre, janvier et février. À court terme, cette année, vous avez peut-être dû servir du foin en plus grande quantité ou de meilleure qualité. Vous avez peut-être simplement roulé une balle de foin supplémentaire sur la neige. Vous avez peut-être ajouté de la litière ou déplacé le troupeau dans un terrain boisé.

À long terme toutefois, vous devrez peut-être examiner les critères de sélection de vos génisses de remplacement et nouveaux taureaux du troupeau. Sont-ils les bovins les mieux adaptés à votre ferme ou votre région? Qu'en est-il du tempérament de votre bétail? Les animaux sont-ils faciles à mener, calmes, emmagasinent-ils beaucoup de graisse à l'automne, résistent-ils beaucoup mieux au froid? Vous êtes-vous déjà demandé quelle était la valeur d'isolation au froid (R) des vaches qui ont de la neige non fondue sur le dos? Quelle isolation thermique la température corporelle, la couche de graisse, la peau épaisse et le pelage épais procurent-ils à l'animal pour se protéger de la neige qu'il a sur le dos? La saison de vêlage peut être un autre élément à modifier à long terme sur votre ferme. Si vous conservez votre saison de vêlages en hiver afin de pouvoir profiter de la vente de veaux plus gros à l'automne, vous devrez envisager des installations supplémentaires, des brise-vent et une plus grande quantité de litière et d'aliments de qualité. Le passage à des vêlages au printemps peut nécessiter moins d'installations, mais signifie que votre mise en marché devra changer. Toutes ces décisions doivent être étudiées soigneusement selon la situation économique de l'ensemble de la ferme.

Donc, passez à travers le Code une section à la fois. Lorsque vous l'aurez décodé en éléments gérables, il ne vous paraîtra plus aussi imposant. Vous répondez probablement déjà à une grande partie des exigences et une autre partie peut facilement être réalisée. Pour ce qui est du reste, vous pouvez préparer un plan pour le mettre en œuvre. Essayez d'utiliser ces changements pour améliorer vos rendements en réduisant votre coût de production ou en obtenant un meilleur revenu pour un produit de marque préparé de façon à maintenir le bien-être des animaux.

L'industrie de la viande va continuer à changer d'elle-même à mesure que le Code sera mis en œuvre. Les producteurs proactifs vont se servir du Code pour mieux commercialiser leur bœuf auprès des consommateurs, en leur donnant l'assurance de l'importance portée au bien-être de nos animaux et en leur transmettant notre façon de faire.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca