Planifier une nouvelle installation de logement pour les bouvillons : caractéristiques importantes à considérer

L'élevage de bovins de boucherie s'opère principalement dans trois types d'exploitations : le vache-veaux, la semi-finition et la finition. La semi-finition et la finition se déroulent généralement dans des zones confinées qui peuvent être une aire ouverte, une aire ouverte avec une étable (abri) ou une aire totalement confinée (une étable).

Sélection d'un site pour l'installation

De nombreuses études démontrent que les installations d'élevage confinées avec des aires ouvertes présentent un risque environnemental pour le sol et l'eau. Les eaux de ruissellement et les eaux de lessivage qui proviennent des tas de fumier en plein air s'écoulent dans le sol et dans l'eau si elles ne sont pas retenues adéquatement. Les drains et les cours d'eau à proximité de l'exploitation bovine peuvent agir comme des canaux pour transporter ces nutriments. Pour réduire les risques environnementaux, les producteurs devraient choisir un site d'élevage loin des systèmes de drainage et des cours d'eau. En Ontario, toute installation d'élevage qui contient des éléments nutritifs (fumier) devrait être pourvue d'une voie d'écoulement située à une distance minimale de 50 mètres de l'eau de surface la plus rapprochée (Règl. de l'Ont. 267/03). De plus, tous les drains souterrains à moins de 15 mètres de l'installation doivent être enlevés (Règl. de l'Ont. 267/03).

Les installations d'élevage devraient être situées dans une zone où le potentiel d'eau stagnante est nul. Pour faciliter un bon écoulement, choisissez une zone dont la pente se situe entre 2 % et 6 %. Il faut éviter des pentes supérieures à 6 %, car le contrôle de l'écoulement devient difficile et des polluants pourraient être libérés dans les plans d'eau à proximité. Évitez les zones avec des sols très poreux. Les cartes de sols devraient être utilisées pour examiner les propriétés des sols. En outre, les zones avec une nappe phréatique élevée doivent être évitées.

Orientation de l'installation

Les problèmes météorologiques propres au site (également appelés microclimats), tels que le vent dominant et le rayonnement solaire sont d'autres facteurs critiques qui doivent être pris en compte lors de la planification d'une installation d'élevage pour bétail. Les bovins peuvent supporter le froid extrême, mais pas la chaleur combinée à une humidité élevée. Les installations de logement pour bovins devraient être orientées de manière à fournir une protection contre le rayonnement solaire en été. En Ontario, l'orientation recommandée des installations de logement pour animaux avec ventilation naturelle est nord-sud. En été, cette orientation permet aux vents dominants de l'ouest d'entrer par les murs latéraux pour traverser l'étable (est-ouest). Cependant, certains constructeurs soutiennent que les installations dont les murs latéraux sont ouverts d'est en ouest permettent une plus grande pénétration du soleil le matin et le soir. Si la pénétration de la lumière solaire est un problème, les installations peuvent être orientées en fonction des conditions locales du site, afin d'éviter une exposition prolongée au rayonnement solaire pendant l'été.

L'extrémité ouverte d'un bâtiment mono-pente doit être protégée de l'hiver, du vent et de la neige. Étant donné qu'en Ontario, les vents dominants ont tendance à changer vers le nord-ouest en hiver, des ouvertures plus petites devraient faire face au côté nord. Les bâtiments avec une ouverture vers le sud maximiseront la brise d'été, permettront la pénétration du soleil en hiver et contrôleront les vents d'hiver. Situez les bâtiments à l'écart des grands arbres ou des grandes structures pour éviter les courants d'air dans le bâtiment et les charges de neige sur le toit.

Conception de l'installation

Les installations d'élevage modernes pour les bovins de boucherie sont généralement des bâtiments à ossature de bois ou de métal avec des toitures métalliques. La toiture peut avoir un seul versant (mono pente) ou deux versants (à pignon). Les bâtiments modulaires couverts de tissu sont également courants pour l'élevage des bovins de boucherie.

Pour assurer une ventilation naturelle adéquate dans les bâtiments allant jusqu'à 30 mètres de largeur, la pente d'une toiture mono-pente devrait être de 1,5:12 ou de 2,5:12 dans le cas d'une toiture à deux versants, avec des ouvertures latérales libres de 3 mètres (Mid-West Plan Service - MWPS, 2013). Les bâtiments mono-pentes avec une ouverture du côté sud ont l'avantage de permettre une bonne pénétration de la lumière solaire en hiver, ce qui aide à maintenir des conditions de litière sèche.

Le plancher des bâtiments d'élevage peut être plein ou latté avec une structure d'entreposage sous-jacente pour le fumier liquide. La base pour un plancher plein peut être du béton, de l'argile compactée ou du calcaire. Le type de plancher joue un rôle important dans le fonctionnement quotidien de l'installation. Les producteurs devraient tenir compte d'un certain nombre de facteurs avant de déterminer le type de plancher qui répond le mieux à leurs besoins :

  • Les étables avec des planchers pleins sont généralement plus larges que les étables avec des planchers lattés, car les bovins ont besoin d'une plus grande surface de plancher : 13 à 15 mètres carrés par tête comparativement à 6 à 8 mètres carrés par tête pour un plancher totalement latté.
  • Les planchers pleins requièrent l'utilisation de matériaux comme de la paille, de la sciure de bois, des copeaux de bois ou du fumier. Le coût de la litière représente un coût supplémentaire.
  • L'étable à litière accumulée nécessite des heures de travail supplémentaires pour enlever la litière et nettoyer les allées. La manutention du fumier est plus simple dans une étable à lattes.
  • Dans les étables à lattes, le fumier est entreposé sous l'étable. Dans le cas d'une étable à plancher plein, une aire distincte sera nécessaire pour entreposer le fumier solide.
  • L'investissement initial pour une étable à lattes est élevé et ce type de bâtiment a tendance à avoir des coûts d'équipement plus élevés.
  • La valeur nutritive du fumier provenant des étables à lattes est plus élevée.

La disposition typique implique une allée d'alimentation d'un côté de l'étable avec une allée pour distribuer les aliments. Une deuxième allée d'alimentation est recommandée si la largeur de l'étable dépasse 12 mètres. Les allées doivent avoir une pente (de 6 % à 8 %) à partir de la mangeoire, afin que la nourriture reste au sec (MWPS, 2013). On recommande une largeur de 3,5 à 4 mètres pour l'allée d'alimentation et d'au moins 6 mètres pour l'allée de distribution, afin de pouvoir circuler avec l'équipement.

Le système d'approvisionnement en eau devrait être conçu pour répondre à la demande maximale. Les besoins quotidiens en eau sont de 34 L pour 1000 livres de poids vif en hiver et de 68 L en été (MWPS, 2013). L'espace linéaire d'abreuvoir par animal est de 2,5 à 7 cm. Dans les étables à planchers lattés, les abreuvoirs devraient être situés à une certaine distance des mangeoires, de sorte que la circulation des animaux améliore le passage du fumier à travers les lattes et pour réduire l'accumulation d'aliments dans les abreuvoirs. Dans une étable à litière accumulée, l'abreuvoir devrait être installé sur une dalle de béton rugueuse et inclinée en sens inverse, afin de réduire au minimum le glissement des animaux. Les abreuvoirs peuvent être situés sur une cloison pour desservir deux enclos adjacents. Dans les étables à lattes, les abreuvoirs peuvent également être situés au centre de l'enclos, pour permettre à un plus grand nombre d'animaux d'y avoir accès tout autour.

Si l'on utilise un râtelier à balles, l'espacement entre les barreaux doit être de 20 cm à 30 cm, en fonction de la taille des bovins. Si les bovins pèsent plus de 350 kilogrammes, un espacement de 25 cm (espacement plus grand) est recommandé. Si l'on utilise des mangeoires, l'espace linéaire requis pour le bétail dépend de la fréquence d'alimentation. Le tableau suivant donne l'espace linéaire de mangeoire recommandé pour des bovins de différentes tailles.

Tableau : Espace de mangeoire recommandé pour des animaux nourris deux fois par jour*

 
Veaux (poids <600 lb)
Finition (poids 600 - marché)
Vaches (poids >1100)
Espace linéaire de mangeoire minimal en pouces
Alimentation restreinte
14
18
24
Il y a de la nourriture la plupart du temps
6
8 - 10
12
Minimum avec alimentation ad libitum*
6
6
>6

Source : MWPS Publication AED 60

* Les animaux nourris seulement une fois par jour ou nourris avec une ration comprenant beaucoup de fourrage peuvent nécessiter plus d'espace de mangeoire.

Résumé

Les producteurs doivent adopter une approche holistique lorsqu'ils planifient la construction d'une nouvelle étable pour des bovins de boucherie. Investir dans une nouvelle installation est une décision économique importante. Consultez des professionnels compétents et d'autres producteurs avant de vous engager.

Références :

  1. Higgins, S., Wightman, S., Lehmkuhler, J. Feedlot Design and Environmental Management for Backgrounding and Stocker Operations. in: ID-202. Univ. Kentucky Coop. Ext. Serv., Lexington; 2013.
  2. Jones D., Lemenager R., Foster K., Doran B., Euken R., Shouse S. Cattle Feeding in Monoslope and Gable Roof Buildings (revised 2013). In: MWPS Publication AED 60.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca