On peut sûrement faire mieux!

J'ai eu l'occasion, au cours de mes voyages, d'observer bon nombre de systèmes d'alimentation pour bovins. Il y a plusieurs manières d'améliorer la main-d'œuvre, l'efficacité alimentaire et les coûts en modifiant les systèmes d'alimentation utilisés dans l'industrie vache-veaux en Ontario.

Le défi des systèmes d'alimentation

L'alimentation au pâturage représente la méthode la plus économique et la plus rapide, mais elle exige qu'on prévoie aussi des installations hivernales en plus des installations estivales. Il peut être intéressant, lorsqu'une exploitation utilise vraiment au maximum les pâturages (et minimise ainsi ses coûts d'alimentation annuels), d'évaluer les sommes d'argent maximales et les efforts qu'il serait justifié de fournir pour mettre en place des infrastructures hivernales destinées à l'alimentation des animaux. Certains éléments sont à considérer, dont le coût des rations, les économies de main-d'œuvre, le gaspillage d'aliments et la sécurité. Ainsi, dans un numéro antérieur du bulletin « Le bœuf VIRTUEL », on a abordé, l'hiver dernier, les rations composées de différentes sortes de grains en vue de réduire l'utilisation de foin. Comment utiliser ces produits si différents les uns des autres et de la ration type des bovins de boucherie? En ayant recours à un système d'alimentation flexible.

L'utilité des couloirs d'affouragement

La distribution des aliments par couloirs d'affourragement représente la méthode la moins exigeante en temps et en main-d'œuvre pour de grandes quantités d'aliments en vrac (ce que sont les rations pour vaches). Quelle que soit la manière de mettre en place ce genre de système, il offre toujours une grande flexibilité. On peut l'utiliser pour tout type de fourrage, lequel constitue l'ingrédient de base des rations. Le fourrage peut être sous forme de grosses balles rondes ou carrées, humide ou sec, en ensilage ou sous forme de foin sec. Le désavantage est l'investissement en capital et peut-être les contraintes en matière d'emplacement, en fonction du site utilisé en hiver.

Comparaison avec votre système d'alimentation

  • La durée des repas comprenant des fourrages ne doit pas dépasser quinze secondes par vaches par jour.
  • Une seule personne doit être en mesure d'approvisionner le système en fourrage, sans aide.
  • Les concentrés doivent être donnés encore plus rapidement que le fourrage (préférablement avec le fourrage).
  • L'aménagement du système comporte-t-il des risques que les animaux soient en contact avec la machinerie au cours de l'approvisionnement? Ce type de système présente des risques pour la sécurité des animaux et prend plus de temps à utiliser.
  • Le système d'alimentation exige-t-il que des gens soient en contact avec les animaux pour les nourrir? De tels systèmes posent des risques pour la sécurité des personnes, surtout lorsque les aliments sont servis à la dernière minute!

En conclusion

Les systèmes les plus simples sont les plus efficaces. Bien que d'autres systèmes puissent aussi bien fonctionner, les couloirs d'affouragement offrant beaucoup d'espace pour les mangeoires et un maximum de flexibilité permettent d'utiliser différents types de fourrages (ensilage versus foin sec, vrac versus balles), différents choix de grains et des programmes d'alimentation restreinte (grains ou foin limités). De plus, ces systèmes sont sécuritaires et pour le producteur et pour les vaches affamées!

 


For more information:
Toll Free: 1-877-424-1300
E-mail: ag.info.omafra@ontario.ca