Pour un passage en douceur au parc d'engraissement

Connaissez-vous la dernière nouvelle? Il existe une nouvelle manière de réduire considérablement le taux de réforme des jeunes veaux dans les parcs d'engraissement et de diminuer aussi le taux de mortalité. Mais songez à comment les parcs d'engraissement pourraient évaluer vos animaux et quels prix ils pourraient vous offrir avec des taux de réforme de moins de 3 % et des veaux qui sont déjà habitués de se nourrir à même la mangeoire.

Cette nouvelle méthode demande toutefois qu'on planifie le sevrage des veaux au moins un moins avant la vente, comme pour la mise en condition exigée dans le cadre du programme des viandes rouges dans les années 1980.

Des études sur le marché ontarien des veaux, réalisées par Ken Bateman et son équipe, de l'Université de Guelph en 1999, portaient sur les taux de réforme des veaux vaccinés, des veaux vaccinés en présevrage et des veaux réguliers sur le marché ontarien (voir le tableau ci-dessous).

Tableau 1: Étude de l'Université de Guelph, ventes de veaux en Ontario, 1999 Ontario

 
Traitements avant la vente
Pré-vaccinés
Pré-vaccinés/présevrage
Réguliers
Nombre de veaux
2 902
428
4 520
Taux de réforme
16 %
3 %
23 %

Ces résultats sont intéressants, mais la première chose qu'on entend des producteurs quand on leur parle de sevrage se résume ainsi : « C'est difficile, ou impossible, de faire ça sur ma ferme. » On entend aussi : « Les gars du parc d'engraissement me disent qu'on gâche le veau en le sevrant. » Ce serait vrai si vous retiriez brusquement le veau de la mère pour le mettre dans une étable obscure, froide, humide et mal aérée avec très peu de litière et trop de grains.

Toutefois, l'utilisation d'une barrière (fig. 1) et le sevrage en deux étapes (fig. 2) sont deux méthodes plus récentes qui peuvent donner des veaux plus lourds, en meilleure santé et qui sont habitués à manger dans des auges. Ces veaux perdent aussi moins de poids lorsqu'ils sont transportés à l'abattoir ou au parc d'engraissement. Ces méthodes de sevrage n'exigent pas de nouveaux bâtiments, mais peut-être faut-il penser autrement et planifier davantage. De bons pâturages ou une alimentation équilibrée à la dérobée aideront les veaux à atteindre leur plein potentiel sans ruiner leur rumen ou les rendre trop lourds, et cela vous permettra aussi de les préparer pour le parc d'engraissement.

Photo de vaches et veaux le long d'une clôture
Figure 1. L'utilisation de clôture au cours du sevrage réduit le stress chez les veaux et facilite leur passage au parc d'engraissement.

Photo de veaux avec des antisuceus dans leurs naseaux
Figure 2. Les antisuceurs placés dans les naseaux des veaux permettent aussi de réduire le stress au sevrage.

Les veaux tombent malades lorsque leur système immunitaire ne fonctionne pas normalement. En effet, le système immunitaire se dérègle lorsqu'il est surchargé, ou si l'alimentation ne permet pas de soutenir son fonctionnement. Lorsque le stress subit par le veau est trop important en raison du trop grand nombre de changements simultanés, il arrête de manger alors que son système immunitaire a besoin de plus de nourriture pour se défendre contre toutes les nouveautés qui se présentent. On est donc alors en présence d'un cercle vicieux néfaste pour le veau et pour la production.

Ces méthodes de sevrage permettent de maîtriser la quantité de stress imposée au veau à un moment donné. Les veaux passent alors à travers le sevrage et l'engraissement avec un taux de réforme inférieur, moins de maladies et des coûts de médicaments inférieurs. Pour les deux méthodes de sevrage, on modifie d'abord le régime alimentaire, puis la structure sociale ensuite et enfin, l'environnement.

Lorsqu'on utilise une barrière pour le sevrage, il est nécessaire d'avoir un pâturage de qualité et une bonne clôture électrique, à grillage ou de perche. Idéalement, on place tout le troupeau dans le pâturage pour une journée afin que les veaux s'habituent au champ, puis on amène les vaches dans le pâturage voisin de celui des veaux. Pendant les deux premiers jours environ, les deux groupes vont se tenir près de la clôture. Les veaux vont s'éloigner pour brouter, pour revenir ensuite à la clôture. Les vaches feront la même chose et vont sûrement beugler. Durant la semaine, les veaux vont commencer à se désintéresser des vaches et pourront alors être placés dans un autre pâturage, avec ou sans aliments additionnels selon la qualité de la prairie.

La première étape du sevrage en deux étapes consiste à poser un antisuceur en plastique léger dans les naseaux des veaux pour les empêcher de téter. Ensuite, les veaux retournent avec leur mère pendant quatre à sept jours. Le veau ne peut pas téter, mais il peut brouter ou se nourrir en compagnie de sa mère. Son régime alimentaire change, mais sa mère est encore à ses côtés. Après quelques jours, les veaux n'essaieront plus de téter. Puis, on éloigne les veaux de leur mère en les amenant dans un nouveau pâturage ou au parc d'engraissement et l'antisuceur est retiré.

Dans les deux cas, si les veaux ont la possibilité de manger de l'ensilage préfané emballé avec leur mère, ils vont passer facilement à l'ensilage dans le parc d'engraissement. Puisque les veaux n'engraissent pas autant durant le sevrage, le producteur doit prévoir le sevrage au moins un mois avant leur départ et il doit bien les nourrir pour qu'ils puissent gagner du poids. De même, certains veaux peuvent commencer à manifester des signes de maladie, habituellement 10 jours après le sevrage. Demandez à n'importe quel exploitant de parc d'engraissement, à quoi ressemblent ces charmantes petites bêtes fraîchement sevrées 10 jours plus tard dans le parc. C'est dans ces circonstances qu'on entend souvent le mot « gâchis ». À la ferme, les effets ne seront pas aussi marqués puisque les veaux n'ont pas autant de stress à surmonter en même temps. Selon un producteur qui a utilisé les antisuceurs pendant deux ans : « Nous avons utilisé les antisuceurs sur tous nos veaux cette année et nous avons eu d'excellents résultats. Le sevrage a eu lieu pendant la PIRE SEMAINE DE LA SAISON. Le temps était affreux et il a plu tout le temps. On avait de grosses bouteilles de médicaments toutes prêtes, mais on a dû en traiter seulement quelques-uns, soit à peine 1 % du groupe! »

Photo de veaux au parc d'engraissement
Figure 3. Le passage au parc d'engraissement se fait plus facilement pour les veaux présevrés et vaccinés.

Il est déjà temps de planifier la mise en marché des veaux afin d'obtenir une rentabilité optimale et le meilleur rendement possible. Optez pour les clôtures de séparation ou le sevrage en deux étapes afin que les veaux soient un peu plus lourds et soient en pleine forme, ce qui facilitera le passage à l'engraissement.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca