Où va l'argent consacré au troupeau de vaches?

Tout le monde sait que les coûts des intrants n'ont pas cessé d'augmenter ces dernières années. Alors, de nombreux producteurs nous demandent à quel endroit et de quelle manière ils pourraient réduire leurs coûts.

L'examen des postes de dépenses nous fournit une piste pour trouver à quel endroit il serait possible de réaliser des économies. Le diagramme 1 illustre la ventilation des principaux postes de dépenses pour un troupeau de bovins de boucherie. On peut facilement conclure que si vous souhaitez vous concentrer sur un poste budgétaire qui vous permettra de réaliser de grosses économies, alors ce serait celui de l'alimentation. Les coûts d'aliments qui représentent presque 60 % des coûts de production devraient attirer grandement notre attention et le font probablement déjà.

Il est facile de dire qu'on va surveiller les coûts d'alimentation, mais comment s'y prendre? Il faut d'abord examiner les aliments qu'on donne actuellement. Non seulement les différentes composantes de la ration, mais les quantités respectives de chacune de ces composantes. Combien parmi vous peuvent dire avec précision les quantités que vous donnez à votre troupeau bovin chaque année? Beaucoup d'entre vous, espérons-le. Mais il reste que nombreux sont ceux dont les registres ne sont pas suffisamment bien tenus pour qu'on puisse y trouver cette information.

Diagramme qui démontre les coûts d'élevage

Les quantités de matière sèche données aux bovins de boucherie, signalées par les producteurs participant à l'analyse comparative sur le bœuf de boucherie réalisée par l'Université de Guelph, étaient très variables. En moyenne, on rapporte 4,0 tonnes de matière sèche (grains et fourrages) par vache par année. Les quantités déclarées se situaient entre 1,0 tonne et 6,0 tonnes. On peut toutefois affirmer sans crainte que les registres de la ferme qui a déclaré avoir donné seulement 1,0 tonne de matière sèche par vache par année n'étaient pas tenus avec exactitude. Un écart de 5,0 tonnes est énorme et il est important de savoir où l'exploitation se situe entre ces valeurs.

Une bonne tenue de registres est indispensable pour avoir accès à des données précises qui permettent de prendre des décisions judicieuses. De nos jours, avec les appareils portables, il n'est pas trop compliqué de consigner les données à mesure. Il peut même y avoir une application pour ça. Même la méthode éprouvée du papier et crayon peut être efficace du moment qu'on transcrit soigneusement les données dans des registres bien tenus. Il peut être très profitable de savoir où se produisent les maladresses ou les gaspillages pour vérifier si la gestion de l'alimentation est réellement efficace. Avec le début de la saison culturale, commencez dès maintenant à consigner vos données pour ne pas tenter de vous les rappeler de mémoire l'hiver prochain.

Pour ceux qui envisagent de se procurer un logiciel de gestion agricole à cette fin, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural de l'Alberta offre un grand nombre de logiciels de registres financiers et de production.
Liste de logiciels en agriculture : http://www.agric.gov.ab.ca/app68/agsoft (en anglais seulement). Vous pouvez aussi lancer une recherche pour les applications offertes dans la plate-forme des téléphones intelligents pour vous procurer des outils utiles.

Le diagramme 1 a été établi d'après les coûts estimés dans l'outil de calcul des coûts de production des exploitations de bovins de boucherie qui a été mis à jour récemment et que l'on peut consulter sur le site Web des budgets de production de l'Ontario à : http://www.omafra.gov.on.ca/french/busdev/bear2000/Budgets/oeb.htm.

Utilisez l'outil de calcul pour estimer vos coûts. L'outil vous permet aussi de faire des analyses en fonction des fluctuations possibles pour différentes productions et variables de dépenses afin de vérifier quelles variables auraient le plus d'impact sur vos revenus.

L'alimentation est la plus grosse dépense. Il faut donc commencer par savoir les quantités d'aliments que vous donnez à vos animaux. Cela ne veut pas dire de ne pas tenir compte des autres coûts, mais de consacrer plus de temps au départ aux postes de dépenses qui risquent d'avoir le plus d'impact sur les revenus.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca