Quoi planter dans les pâturages?

Qu'allez-vous planter cette année dans vos pâturages? Et bien, la première chose à planter, ce sont les piquets de clôture! Les gains les plus importants associés à l'utilisation de pâturages proviennent assurément des systèmes en rotation et les clôtures, dans ce cas, sont efficaces et pratiques. Le troupeau doit être entraîné à éviter les clôtures électriques et une fois dressé, il le fera, ce qui vous permettra de bien gérer vos pâturages. Une clôture électrique à un ou deux fils devrait permettre de garder le troupeau dans l'enclos à la condition que le fourrage soit appétissant et de qualité et qu'il soit présent en quantité suffisante pour répondre à leurs besoins.

Les pâturages bien entretenus donneront beaucoup plus de fourrages durant la saison et vous permettront de réduire au minimum les effets d'un été sec sur la croissance des fourrages. Une fois que vous avez un système de rotation des pâturages, qui est bénéfique pour votre bétail en raison de la productivité accrue des prairies, vous pouvez ensuite passer à d'autres étapes pour améliorer votre programme de pâturage.

Un sursemis de légumineuse dans un pâturage existant contribuera à augmenter la production et la qualité des fourrages. En Ontario, on recommande d'utiliser les trèfles (trèfle blanc 1,12 à 2,24 kg/ha {1-2 lb/acre}), trèfle rouge (3,31 à 5,6 kg/ha {3 -5 lb/acre}) et le lotier corniculé (2,24 à 3,31 kg/ha {2-3 lb/acre}). Ils peuvent être semés à la volée au début du printemps et devraient s'établir assez bien si le contact entre le sol et la semence est adéquat et s'il y a suffisamment d'humidité pour permettre la croissance des jeunes pousses. On peut facilement augmenter la proportion de légumineuses dans le pâturage en mélangeant aussi des semences de lotier dans les blocs de sel ou de minéraux.

Dans le cas d'un nouveau pâturage, il faut tenir compte de la manière dont il sera brouté, du genre de bétail qui y sera placé et du type de pâturage souhaité (pâturage en début de saison, pâturage pour toute la saison ou pâturage pour mises en réserve de fourrages pour la fin de l'automne).

Le dactyle pelotonné et le brome des prés sont d'excellents choix pour les prairies qui seront broutées du début du printemps jusqu'au début de l'automne. L'alpiste roseau est une excellente graminée de pâturage qui pousse mieux que la plupart des autres espèces en sol humide et qui se comporte bien également en sol sec, en raison de son système racinaire très étendu. Si vous souhaitez un pâturage pour la fin de l'automne ou même pour la mise en réserve de fourrages jusqu'en novembre et décembre, il vaut mieux alors semer de la fétuque élevée.

L'inclusion de légumineuses dans les cultures utilisées pour les pâturages est essentielle si l'on veut maximiser la production. La luzerne donne un fourrage de grande qualité et tolère bien la chaleur estivale et les sols secs. Le trèfle blanc est une excellente espèce pour les pâturages et il possède aussi la capacité de se propager dans la prairie. Les trèfles et la luzerne peuvent toutefois causer de la météorisation s'ils représentent plus de la moitié de la ration de l'animal, bien qu' une bonne gestion permette de faire en sorte que ce soit beaucoup moins. S'il est possible de laisser le pâturage au repos pendant une longue période, on peut utiliser le lotier corniculé comme légumineuse. Le lotier contient une concentration élevée de tannins qui préviennent la météorisation. Il n'a pas besoin de fleurir et produit des semences à un moment donné durant l'année si vous le laissez dans la parcelle; pour obtenir les semences, il faut donc laisser le pâturage au repos pendant une longue période.

Les cultures annuelles peuvent avoir leur place dans un programme de pâturage. Selon la période de l'année où vous voulez du pâturage additionnel, choisissez le sorgho-soudan pour juillet à début septembre, de l'avoine semée en été pour du pâturage en septembre/octobre et des navets ou d'autres brassicacées pour le broutage de fin septembre à novembre. Dans certains cas, on peut aussi semer du maïs, qui est très productif et peut être brouté à partir du mois d'août jusqu'au milieu de l'hiver. Le pâturage du maïs devra se faire en bandes et de nouvelles lisières doivent être offertes au bétail tous les jours ou tous les deux jours, car le maïs ne produit pas de repousses.

La fertilité du sol est essentielle à la croissance des plantes. Des analyses de sol devraient être effectuées tous les trois ans pour avoir une idée de la fertilité des champs. Idéalement, le pH devrait être supérieur à 6; s'il est plus bas que 6, suivez les recommandations mentionnées dans le rapport d'analyse pour ajouter les quantités requises de chaux afin de corriger le pH. Les teneurs en phosphore et en potassium devraient être intermédiaires (15-20 ppm pour le P par évaluation au bicarbonate de sodium et 100-120 ppm pour le K).Si les teneurs du sol en P et K sont inférieures à celles-ci, l'apport d'engrais donnera des résultats. Si le pâturage contient surtout des graminées ou contient moins de 30 % de légumineuses, l'apport d'azote aura un effet important sur le rendement. L'apport de 40-50 kg/ha d'azote élémentaire favorisera la croissance des graminées. Cette quantité devrait être appliquée au début juin et de nouveau au début de juillet pour obtenir une hausse maximum de rendement.

La présence de piquets de clôture permettra donc d'augmenter les rendements de vos pâturages cette année et les prochaines saisons. Un système de pâturage comportant suffisamment de prairies ou d'enclos ainsi que des fourrages vivaces et annuels de qualité sera rentable pour le producteur d'animaux d'élevage.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca