Lutte contre les mauvaises herbes dans le pâturage

Les mauvaises herbes constituent un défi dans toutes les cultures et peuvent s'avérer un problème majeur dans les pâturages. Il existe différentes approches pour détruire les mauvaises herbes dans les pâturages et la méthode la plus efficace est souvent une combinaison des méthodes de lutte.

Identifier le problème

Identifiez d'abord les mauvaises herbes qui représentent les problèmes les plus importants dans vos pâturages, puis décidez de la stratégie la plus efficace pour éliminer ces espèces. Dans les champs de pâturage, nous pouvons trouver des mauvaises herbes annuelles comme le chénopode blanc et l'amarante; des mauvaises herbes bisannuelles comme le chardon penché, le chardon vulgaire, l'acanthe sauvage, la carotte sauvage et la vipérine; et des mauvaises herbes vivaces comme le chardon des champs et la renoncule. Pour ajouter à la complexité, certaines de ces mauvaises herbes se propagent par graines, d'autres par le système racinaire et certaines par graines et racines. Une bonne référence pour l'identification des mauvaises herbes est la Galerie de mauvaises herbes de l'Ontario au lien suivant : http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/facts/ontweeds/weedgal.htm

Garder le peuplement fourrager en santé

Un peuplement sain et dense constitué d'espèces fourragères désirables est la première étape pour minimiser la pression des mauvaises herbes dans un pâturage. Une stratégie de broutage qui permet une densité animale optimale et une période de repos et de récupération suffisante est cruciale. Si la densité animale dans un enclos est faible, le bétail va délaisser les espèces moins appétissantes et paître à l'excès les espèces désirables. Ce surpâturage mettra le sol à nu et offrira aux mauvaises herbes la possibilité de germer et de pousser. Avec une densité animale adéquate, les bêtes consomment (ou écrasent) tout le fourrage disponible, y compris les mauvaises herbes. Il est également essentiel que les espèces fourragères désirables profitent d'une période de repos et de récupération suffisante entre les broutages. La durée de repos et de récupération dépend de la période de l'année et des conditions d'humidité. La plupart des gestionnaires de pâturage trouvent que 3-4 semaines constituent une période de repos suffisante au début de la saison (mai). Après la mi-juin, et plus tard, une repousse optimale exige 40 jours ou plus, pourvu que l'humidité soit adéquate. Si nous pensons aux champs de foin et à la durée qui s'écoule entre les coupes, ces chiffres conviennent assez bien au système de pâturage. La seule différence entre un champ de foin et un champ de pâturage est le matériel de récolte.

Coupe

Couper les mauvaises herbes dès qu'elles commencent à fleurir et avant qu'elles ne produisent des graines peut être efficace pour gérer un tant soit peu la pression qu'elles exercent. Faucher le pâturage pour supprimer les épis de graines des herbes désirables va stimuler la croissance de nouvelles feuilles. Le fauchage représente un coût supplémentaire, mais permettra de réduire la pression des mauvaises herbes, notamment de celles qui sont de grande taille comme les chardons, et améliorera l'aspect du pâturage. Si les mauvaises herbes sont peu nombreuses (chardons en particulier), l'utilisation d'une bêche pour les couper à environ 2-3 cm (1 pouce) en dessous de la surface du sol est un moyen efficace de réduire leur propagation.

Utilisation d'herbicides

La pulvérisation est une mesure de lutte efficace contre les mauvaises herbes en place. Toutefois, une fois les mauvaises herbes éliminées, vous devez gérer le pâturage d'une manière qui va dissuader leur réapparition. Les produits phénoxy (2,4-D, MCPA, dicamba) détruisent la plupart des mauvaises herbes. Dans le cas de certaines vivaces très coriaces, il peut être nécessaire d'utiliser un produit contenant de l'aminopyralide (va également tuer les légumineuses). Les lignes directrices pour la pulvérisation des pâturages figurent dans le Guide de lutte contre les mauvaises herbes, Publication 75F du MAAARO aux pages 215 à 219. L'époque du traitement est importante et dépend des espèces de mauvaises herbes visées. Les applications d'herbicides en juin et septembre peuvent être nécessaires dans le cas des mauvaises herbes bisannuelles et vivaces. Gardez à l'esprit que la plupart des herbicides vont détruire, ou à tout le moins, réduire les peuplements de légumineuses dans votre pâturage. Lors du choix d'un herbicide, notez les restrictions relatives aux pâturages qui figurent sur l'étiquette.

Maintenir la santé du pâturage

Le meilleur programme de lutte contre les mauvaises herbes est un pâturage dense constitué au minimum de 40 % de légumineuses, et qui est pâturé pendant de courtes périodes et entrecoupé de périodes de repos assez longues pour permettre aux plantes de se rétablir pleinement et de repousser entre les sessions de pâturage. Cette pratique stimule la croissance adéquate des légumineuses et des graminées souhaitées et réduit au minimum la quantité d'herbe triée par le bétail qui pâture. Cette même pratique contribue à assurer qu'il n'y a pas de sol dénudé pour l'établissement des mauvaises herbes.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca