Installations pour bovins de boucherie

Le téléphone sonne et la question posée est « Je veux construire une nouvelle étable pour mes vaches de boucherie. Y a-t-il de nouveaux modèles? Les plans du Service de plans du Canada remontent à plus de 30 ans ».

Le constat que la conception des étables à bœufs n'a pas beaucoup changé est en partie vrai. Il y a de nouvelles étables de tissu et de nouvelles réflexions sur les revêtements de sol, mais les principes de base restent les mêmes.

On pourrait peut-être commencer avec une meilleure question : « Si je démarre un élevage de bovins de boucherie, de quelles installations aurais-je besoin pour m'occuper de mes animaux? » En connaissant le type de ferme que vous souhaitez et le système de production, vous serez en mesure de déterminer les installations requises.

Le Beef Farmers of Ontario a mené une vaste étude l'an dernier portant sur les besoins de démarrage d'une exploitation de bovins de boucherie. Ils ont examiné les besoins en terre, machineries et installations. À la suite de longues discussions avec les agriculteurs, le personnel consultatif et les économistes, une gamme très large d'options fut considérée.

Dans les élevages vaches-veaux, trois points de soins critiques sont facilement identifiables : le vêlage, les soins de santé et de sevrage. En Ontario, c'est le climat qui détermine la complexité de nos installations de vêlage. Le vêlage traditionnel pendant les mois d'hiver nécessite un certain type d'étable pour protéger les veaux nouveau-nés contre les éléments et comprend généralement une certaine source de chaleur. Le modèle du BFO cherche à travailler avec la nature et les saisons, avec des vêlages dans le pré pendant les mois d'été. Ceci élimine le besoin d'avoir une source de chaleur et une étable de vêlage spécifique.

Le traitement des animaux pour des raisons de santé nécessite un excellent système de manipulation. En vertu du Code de pratique du bovin de boucherie, il est essentiel de manipuler le bétail en toute sécurité et sans cruauté. Le modèle du BFO présente des installations pour la manipulation sécuritaire des animaux.

Au moment du sevrage, les veaux sont stressés, car ils sont séparés de leur mère. Ce stress peut être atténué en utilisant une clôture et la méthode de sevrage en deux étapes, tel que décrit dans des articles précédents du Bœuf virtuel.

Le modèle du BFO a révélé que le nombre optimal de vaches était d'environ 250 et qu'elles nécessitent environ 2500 acres de terre. Quelles sont les exigences absolues des installations d'élevage selon le modèle du BFO?

Le premier bâtiment est un simple hangar sur poteaux à façade ouverte de 30' X 100' ou dans cette gamme de grandeurs, qui servirait principalement à stoker le foin de grande qualité. Le foin sec stocké à l'extérieur sans aucun abri peut se gaspiller considérablement. Garder une certaine quantité de foin sec de qualité dans un abri permet de préserver de la qualité et permet d'avoir accès à du foin en plein hiver en cas de tempête. Une fois le foin consommé, cette installation peut servir en deuxième lieu d'enclos pour le bétail malade ou comme zone de sevrage. Voir le schéma 1 ou suivez ce lien pour les plans d'un tel bâtiment.

Le second bâtiment serait une installation couverte d'environ 30 'X 30' pour la manipulation des animaux. Il abriterait l'enclos de rassemblement, le couloir de service et le dispositif de contention pour retenir les bêtes à des fins de traitement.

À quel endroit les vaches passent-elles l'hiver s'il n'y a pas d'étable? Le modèle du BFO comprend l'utilisation de brise-vents et d'aires d'élevage avec litière accumulé pour le logement des vaches. Les vaches doivent être protégées du vent encore plus que de la pluie ou de la neige. En utilisant des rangées d'arbres et des bosquets comme protection, les vaches peuvent être à l'abri du vent. Quand elles sont à l'abri du vent, le métabolisme interne de l'animal peut gérer le froid.

L'option la moins chère pour garder les vaches à l'abri des éléments est d'utiliser les arbres existants ou de planter des arbres pour constituer un brise-vent. L'affouragement de balles de foin et l'alimentation au pâturage permettent d'épandre le fumier à mesure que les vaches se nourrissent, fournissant ainsi au sol des nutriments et de la matière organique. En l'absence d'arbres, des brise-vents portables pourraient être utilisés. Quelques exemples sont représentés.

Les parcs d'élevage plus traditionnels, comme les parcs de l'ouest du Canada et du nord-ouest du Québec utilisent des brise-vents en bois pour protéger leurs sites d'hivernage du vent.

Points à considérer lors de la localisation du parc d'élevage :

  • une zone surélevée pour la litière accumulée;
  • une pente suffisante pour diriger le ruissellement vers un endroit approprié;
  • un brise-vent à des fins de protection;
  • une aire d'alimentation (pavée de préférence)
  • des allées adjacentes (pour le triage du bétail selon les différentes zones, la nourriture et le matériel de manutention du fumier, etc.);
  • une distance suffisante par rapport à l'eau de surface, aux puits, aux voisins, etc.;
  • la préparation appropriée du site afin que l'eau provenant des toitures des bâtiments adjacents et les eaux de ruissellement ne pénètrent pas dans le parc d'élevage.

*tiré de la fiche technique 720/400, Gestion des zones de confinement extérieures et des aires d'exercice par Christoph Wand et Peter Doris

Tableau 1. Espace requis pour l'élevage des bovins de boucherie1,2

Type de logement
Espace par animal (pieds carrés/tête)
Vaches et taures saillies
Bœufs à l'engrais
(750 lb)
Veaux
(500 lb)
Parc en terre sans amoncellement
600
500
400
arc en terre avec amoncellement (zone d'amoncellement de la litière)
300 (35)
250 (30)
150 (25)
Aire pavée
80
50
40

1 Beef Housing and Equipment Handbook, Midwest Plan Service.
2 Beef Cattle Housing and Feedlot Facilities.

Gardez les amoncellements de litière loin des aires d'alimentation et d'abreuvement. Les amoncellements de formes rectangulaires sont plus faciles à gérer. Un drainage adéquat autour des amoncellements est requis. Il est aussi essentiel que le matériau de base du sol soit bien compacté. Le sommet doit être arrondi avec une hauteur minimale de 5 pi (1,5 m) au centre. Les pentes latérales doivent être assez planes pour que les bovins puissent facilement marcher vers le haut de la butte. La pente latérale maximale recommandée est de 1:4.

Les copeaux de bois et la paille sont des matériaux qui peuvent être utilisés pour la litière.

  • Copeaux de bois : 12,5 lb/1000 lb de poids animal (1,25 kg/100 kg) épandu une fois par semaine. Ne pas utiliser des produits de bois traité avec des agents de préservation pour la litière.
  • Paille : 25 lb/1000 lb de poids animal (2,5 kg/100 kg) épandu au moins trois fois par semaine (chaque jour de préférence)

Les remises à machines s'avèrent importantes dans le cadre du modèle du BFO pour garder les équipements à l'abri des éléments... les bovins se gardent vraiment mieux à l'extérieur que les tracteurs.

Les installations discutées dans cet article conviennent à la production extensive de bovins de boucherie où les vêlages ont lieu l'été et où les besoins en installations sont minimes.

Référence

Les brise-vents pour abriter le bétail. Harold House. 2009.

Gestion des zones de confinement extérieures et des aires d'exercice. Wand et Doris. 2004


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca