Vous et votre mélangeur : s'agit-il d'un mélange approprié?

La qualité du mélange revêt une importance!

Il importe de prêter une attention particulière à la qualité du mélange d'aliments pour animaux destiné aux bovins, particulièrement si l'on utilise des médicaments ou de l'urée. Le fait de préserver la qualité du mélange assure un dosage adéquat, ce qui s'avère important pour assurer l'efficacité du traitement et pour éviter une toxicité dans certaines portions du même lot. Ceci s'applique à tous les producteurs utilisant des rations totales mélangées (RTM), des rations partiellement mélangées ou des concentrés mélangés à la ferme.

En février 2000, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a proposé une nouvelle réglementation en vertu de la Loi sur la santé des animaux - Règlement sur la fabrication des aliments médicamentés. Ces changements rendraient nécessaires des mesures d'homologation ainsi que la mise à niveau des mesures de contrôle pour les fabricants d'aliments médicamentés pour animaux au Canada. Depuis ce temps, l'ACIA a consulté les intervenants et a procédé à des projets pilotes en Ontario et ailleurs au pays. Elle a également remplacé le précédent plan de réglementation par des vérifications à la ferme, dont la responsabilité a été confiée à d'autres instances.

Peu importe les divers aspects réglementaires, il est certainement dans le meilleur intérêt du producteur bovin de veiller à utiliser des RTM ou de recourir adéquatement à une technologie de mélange volumétrique. Une bonne répartition des éléments alimentaires et médicamenteux pourra ainsi être assurée pour l'ensemble des animaux à nourrir. De fait, une procédure adéquate produira un mélange homogène de nature à maximiser les avantages associés aux ingrédients et additifs alimentaires achetés, et ce, tout en minimisant les risques.

Indicateurs de rendement relativement au mélange

Il existe un certain nombre de façons de contrôler la qualité du mélange pour une ration donnée. Chacune vise à estimer si certains échantillons aléatoires de la ration alimentaire distribuée dans les mangeoires correspondent à la ration théorique, c'est-à-dire souhaitée. Pour y parvenir, il faudra procéder aux étapes suivantes :

  • vérification de l'équipement
    Cette catégorie englobe les instruments de mesure, les balances et les mélangeurs utilisés. Au moment de vous procurer de nouveaux équipements (y compris les mélangeurs de RTM), informez-vous au sujet des caractéristiques de rendement du mélange applicables au modèle qui vous intéresse. Assurez-vous de l'exactitude de toutes les balances en utilisant un poids spécifique connu à l'égard d'un produit donné, qui soit approprié à la taille de la balance.
  • analyse séquentielle des aliments pour animaux
    Cette analyse permet d'établir le degré de variation entre les échantillons d'un mélange de provende (coefficient de variation, ou c.v.). Quelques échantillons sont prélevés et sont analysés comme suit :
  1. déterminer la concentration de substances médicatrices réellement présentes une fois le mélange terminé (coûteux); OU
  2. utiliser des traceurs dans le but d'évaluer la quantité de vitamines, de minéraux et de médicaments, ou la fraction du mélange de provende. Parmi ces traceurs peuvent figurer le sel, l'amidon provenant de sources concentrées ainsi que les oligo-minéraux d'un ensemble de minéraux (faible coût).

Discutez avec votre spécialiste de la nutrition, votre fournisseur de provende ou les représentants du laboratoire pour savoir si une vérification du mélangeur s'avère nécessaire dans votre cas, et pour connaître la meilleure méthode et l'ensemble le plus approprié.

Qu'est-ce qu'une substance médicatrice?

Selon l'ACIA, le terme substance médicatrice désigne :

  • les ionophores et autres additifs alimentaires courants, comme l'acétate de mélengestrol;
  • un produit qui est administré dans le but de prévenir ou de traiter les maladies affectant le bétail;
  • un produit, autre qu'un aliment, qui est destiné à modifier la structure ou l'une ou plusieurs des fonctions du corps des animaux de ferme, et qui porte un numéro d'identification de drogue conformément à la Loi des aliments et drogues.

Qu'est-ce qui constitue un mélange adéquat?

L'ACIA suggère de régler le coefficient de variation (c.v.) des mélangeurs comme suit :

  • 5 % pour les prémélanges (ex. : prémélange minéral du commerce);
  • 10 % pour les suppléments (ex. : suppléments du commerce);
  • 15 % pour les mélanges complets (ex. : RTM, concentrés mélangés à la ferme).

D'après mon expérience, les producteurs qui utilisent de l'équipement de mélange approprié (y compris les mélangeurs de RTM) sont en mesure d'atteindre la barre de 10 % ou plus à la ferme.

Protocole pour la vérification du mélange

Les étapes suivantes constituent un protocole auquel j'ai eu recours à la ferme à l'égard de mélangeurs de RTM. Selon moi, son efficacité tient à ce qu'il donne lieu à de précieux renseignements pour évaluer la durée de mixtion ainsi que l'efficacité associée à l'intégration de prémélanges et de produits médicamenteux dans la ration. Il est par ailleurs possible de l'adapter pour les moulins volumétriques.

  1. Préparer la ration comme à l'habitude (RTM). (Notez l'ordre d'intégration, les taux de provende et les matières sèches associées.)
  2. Intégrer davantage de sel qu'à l'habitude pour faciliter l'analyse et pour favoriser la distinction par rapport aux niveaux de minéraux sous-jacents contenus dans les fourrages et les ensembles de minéraux. Jusqu'ici, les niveaux utilisés avec succès variaient de 1 % à 4,5 % de matières sèches (comme le chlorure de sodium), selon l'usage.
  3. Procéder à la mixtion finale comme à l'habitude.
  4. Disperser la provende, en prélevant de 3 à 12 échantillons aléatoires, et ce, en recourant à l'une des méthodes suivantes :
    • placer des plateaux aléatoirement dans les mangeoires afin d'échantillonner la provende (comme illustré à la figure 1);
    • récolter des échantillons à la sortie du mélangeur, de la vrille ou du convoyeur;
    • Nota : Les échantillons ne doivent pas être prélevés à titre d'échantillon instantané pris directement dans la mangeoire ou dans un tas après la dispersion puisque cette façon de faire remettrait en question l'aspect " aléatoire ".
  5. Soumettre le tout à une analyse de sodium (à compiler en un seul rapport), y compris le c.v. du mélangeur (calculé par le laboratoire).
    • On peut recourir à un protocole semblable pour tester les produits médicamenteux, les oligo-minéraux ou l'amidon.
  6. Si le laboratoire ne fournit pas de c.v., il est possible de le calculer soi-même. On y parvient en soumettant l'ensemble d'échantillons au calcul suivant (auquel on peut facilement procéder à l'aide d'une feuille de calcul électronique) :
    % c.v. = [SD/MA] x 100,
    où SD représente la valeur de l'écart-type (standard deviation) de la concentration de traceur dans l'ensemble d'échantillons, et MA la moyenne arithmétique de la concentration de traceur dans l'ensemble d'échantillons.

Figure 1 - Un plateau placé au fond d'une mangeoire dans le cadre d'une analyse séquentielle du manganèse visant à déterminer le c.v. d'un mélangeur.
Photo des plateaux placés au fond d'une mangeoirePhoto des plateux placé dans le cadre d'une analyse

Et alors?

Un mélange adéquat permet de maximiser le rendement du capital investi par le producteur en ce qui touche aux médicaments, aux prémélanges et aux ingrédients utilisés dans la ration. Il permet par ailleurs de prévenir toute toxicité causée par des ingrédients mal mélangés. Le fait de disposer de données simples et peu coûteuses (comme le calcul du c.v.) permet d'évaluer la durée de mixtion et l'ordre d'intégration des ingrédients. De même, certaines données de base peuvent s'avérer très utiles pour quiconque souhaiterait éventuellement faire la preuve que la diligence requise a été observée relativement à l'utilisation de substances médicatrices.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca