Il est important de vérifier les fourrages

Faites-vous analyser vos fourrages tous les ans? Connaître la valeur nutritive de votre foin ou de votre ensilage préfané facilite la gestion d'une ferme de diverses façons. Premièrement, cela vous aide à déterminer si vous répondez aux besoins alimentaires de vos animaux, ou encore si vous devez apporter des compléments ou éviter de les suralimenter.

Deuxièmement, les analyses de base des fourrages servent à produire un profil de la fertilité des champs de votre ferme. Elles s'ajoutent aux analyses du sol et indiquent ainsi, par exemple, si vous avez suffisamment de potassium ou de phosphore dans vos champs.

Mais les agriculteurs font-ils analyser régulièrement leurs fourrages? Un sondage récent auprès des agriculteurs du Nord de l'Ontario et du Nord du Québec a indiqué que seulement 16 % des répondants en Ontario et 43 % des répondants au Québec faisaient analyser régulièrement leurs fourrages1. Presque 100 % des répondants de l'Ontario qui font analyser leurs fourrages équilibrent par la suite leurs programmes alimentaires en fonction des résultats des analyses des fourrages tandis que seulement la moitié des répondants québécois le font. Il est intéressant de noter que parmi les agriculteurs sondés, 20 % des agriculteurs ontariens ont indiqué ne pas donner de minéraux à leurs vaches et taureaux adultes. Dans les situations où il n'y a pas suffisamment de renseignements sur les attributs nutritionnels des aliments disponibles ni aucune supplémentation, il existe un risque de problèmes causés par une carence en minéraux.

Est-ce bien important? Pourquoi prendre la peine d'analyser les fourrages? Que pouvez-vous faire avec les résultats des analyses des fourrages si vous devez de toute façon nourrir vos animaux avec ce que vous avez?

Il existe de nombreuses raisons de faire analyser les fourrages :

  • Donner aux animaux qui en ont le plus besoin les meilleurs fourrages, notamment les animaux d'un an, les génisses portantes et les vaches maigres.
  • Équilibrer le dosage des minéraux suivant les besoins des animaux.
  • Apporter suffisamment de protéine et d'énergie aux divers groupes de bovins.

Quand devriez-vous faire analyser vos fourrages?

Le foin sec peut être analysé immédiatement après la récolte. Il faut environ un mois après la récolte pour le processus de « marinage » (conversion des sucres végétaux en des acides organiques) produisant des ensilages préfanés ou non. À ce moment, des échantillons peuvent être prélevés. Une différence majeure entre un ensilage préfané ou non qui a été fraîchement récolté et un ensilage préfané ou non qui a été complètement ensilé est la quantité de protéines disponibles dans le fourrage. La protéine peut se dégrader si le fourrage n'est pas entreposé correctement.

En ce qui concerne l'équilibrage des rations, la quantité d'humidité dans les aliments est le premier paramètre à prendre en compte. Les résultats sont présentés sous la forme telle quelle ou matière sèche (MS). Si vous comparez des aliments, vous devez les comparer en tant que matière sèche. Cela permet de tenir compte des différences d'humidité dans les divers aliments. Pour illustrer la différence entre les résultats sous la forme matière sèche comparativement à la forme telle quelle, voici un exemple. Un kilo de foin sec contient 15 % d'humidité. Un kilo d'ensilage préfané contient 50 % d'humidité. L'analyse des deux aliments peut donner 15 % de protéine sous la forme matière sèche, mais, sous la forme telle quelle, l'analyse du foin sec donnerait 12,75 % de protéine (ou 127,5 grammes de protéine par kg) et l'ensilage préfané donnerait 7,5 % de protéine (ou 75 grammes de protéine par kg). Par conséquent, comme les éléments nutritifs dans les portions de matière sèche et les niveaux d'humidité dans les aliments peuvent être très variables, les nutritionnistes équilibrent les rations en fonction de la matière sèche afin de déterminer plus exactement les apports des éléments nutritifs.

Comment procédons-nous pour échantillonner le foin sec comparativement à l'ensilage préfané?

Quel que soit le fourrage, nous essayons d'obtenir un échantillon (environ 200 grammes) représentatif de la récolte dans un champ ou d'un groupe de balles. Les tranches de balles de foin sec ne constituent pas des échantillons adéquats, et il est donc essentiel d'utiliser une sonde d'échantillonnage. Il existe de nombreux types de sondes d'échantillonnage commerciales. Celles que l'on pousse doivent être extrêmement coupantes, et les sondes foreuses utilisées avec soit un vilebrequin ou une perceuse électrique sont plus courantes. Beaucoup de nouvelles sondes sont dotées d'une chambre de prélèvement des carottes. On doit s'assurer que l'extrémité de la sonde d'échantillonnage est coupante. Les bords peuvent être striés ou droits à condition de couper nettement et de ne pas pousser des particules de tiges vers l'extérieur. Les sondes émoussées poussent la matière à l'extérieur de la carotte. Beaucoup de sondes peuvent être aiguisées manuellement. Le bord coupant devrait être à angle droit avec la sonde. Le diamètre intérieur devrait être compris entre 3/8 et 3/4 po. Si le diamètre est plus petit, les feuilles et les tiges risquent de ne pas être bien coupés. Une sonde de trop grand diamètre peut produire un échantillon dont les dimensions sont trop grandes pour le laboratoire. Évitez d'utiliser des vis ouvertes, car des particules de feuille se détachent lorsque l'échantillon est sorti de la balle. Les sondes d'échantillonnage devraient pouvoir pénétrer dans les balles sur une longueur de 12 à 22 po. Les recherches indiquent qu'une sonde très longue n'est probablement pas nécessaire pour les grandes balles carrées ou rondes. On doit prélever environ 20 carottes et les mélanger. On doit ensuite prendre un petit échantillon composite (entre 200 et 500 g) et l'envoyer au laboratoire.

Dans le cas des ensilages préfanés broyés, on doit prendre environ 20 poignées en divers endroits d'une pile déchargée provenant d'un silo, d'un distributeur de fourrage (le fourrage doit être fraîchement distribué) ou de la paroi d'un silo couloir (on doit procéder avec soin lorsqu'on prélève des échantillons de la paroi d'un silo couloir). On doit ensuite bien mélanger les échantillons, prélever un petit échantillon du mélange (entre 200 et 500 g) et l'envoyer au laboratoire. Il est important de s'assurer que les échantillons sont maintenus frais et secs et sont envoyés au laboratoire le plus rapidement possible. On peut congeler les échantillons dont la teneur en humidité est élevée s'ils ne peuvent pas être expédiés immédiatement.

Les autres paramètres qui sont les plus importants en ce qui concerne l'analyse des fourrages, sont l'énergie, les protéines et les macrominéraux. Bien que l'énergie puisse être l'ingrédient le plus limitatif, les éléments nutritifs agissent conjointement. Si la quantité requise de l'un d'entre eux n'est pas présente, les autres n'agiront pas conjointement pour répondre aux besoins alimentaires de l'animal.

Pour de plus amples renseignements sur ce que vous pouvez trouver dans un échantillon de fourrage, consultez la page du lien suivant : Explications des rapports d'analyse des aliments pour animaux.

L'analyse des fourrages représente une feuille de route claire grâce à laquelle vos bovins obtiennent les éléments nutritifs dont ils ont besoin.

Figure 2 : balles de foin rondes dans un champ

Figure 2 : balles de foin rondes dans un champ


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca