Naviguer dans une saison de fenaison pluvieuseâturage

Chaque année comporte des défis. Aux cours des deux dernières années (2017 and 2016), la saison des foins a certainement mis notre patience à rude épreuve, alors que nous essayions de récolter des fourrages de bonne qualité et en quantité suffisante pour le bétail. L'année dernière, nous avons connu des conditions extrêmement sèches et des rendements médiocres dans de nombreuses régions de la province, tandis que cette année nous sommes confrontés à l'autre extrême - trop de précipitations et des préoccupations quant à la qualité du fourrage. Pour de nombreux agriculteurs, les précipitations ont entravé la récolte des cultures de foin. Les producteurs n'avaient guère d'autres choix que de retarder la coupe du fourrage qui mûrissait ou de prendre le risque et tenter de récolter le foin entre les pluies. Malheureusement, les pertes de nutriments dues à des précipitations élevées peuvent survenir à de nombreuses reprises pendant la saison des foins, particulièrement lorsque le foin est exposé à la pluie ou qu'il doit sécher longtemps au champ. La défoliation, l'activité enzymatique des plantes et la lixiviation des nutriments, y compris des hydrates de carbone et des minéraux solubles, contribuent toutes à réduire la qualité du fourrage lorsque le foin coupé est exposé à la pluie. Le taux de décomposition des protéines en azote non protéique est également plus rapide à des taux d'humidité élevés. Le moyen le plus efficace et le plus précis d'avoir une bonne idée de la qualité du fourrage après la récolte consiste à prélever un échantillon représentatif et à procéder à une analyse.

Le risque de détérioration est une autre menace pour la qualité du foin lors d'années humides. Tous les fourrages que l'on récolte contiennent des spores fongiques; cependant, la mesure dans laquelle ces spores se reproduisent et se développent en moisissures dépend des conditions de croissance. L'activité microbienne, y compris l'activité des spores fongiques, augmente quand le foin est récolté et entreposé à des taux d'humidité trop élevés (plus de 15 % d'humidité).

En quoi les moisissures sont-elles une source d'inquiétudes? La réponse comporte plusieurs aspects et est complexe à bien des égards. Nous savons que les moisissures ont un impact sur l'intégrité nutritionnelle des aliments. Étant donné que les moisissures nécessitent des nutriments pour se développer (en plus d'humidité et d'autres conditions environnementales spécifiques), elles utilisent les nutriments présents dans le fourrage pour se multiplier, compromettant ainsi la valeur alimentaire et la digestibilité. La combustion du fourrage, causée par l'activité microbienne accrue, contribue également à diminuer les niveaux d'énergie et de vitamines dans le foin. La valeur alimentaire peut chuter de 5 % à 10 %. De plus, un fourrage moisi affecte la palatabilité et peut entraîner une réduction de la consommation de matière sèche ou même amener le bétail à refuser l'aliment.

Les aliments moisis comportent un autre aspect préoccupant, en ce qu'ils peuvent causer des problèmes de santé chez les bovins, dont des problèmes de reproduction et de respiration. Les spores peuvent irriter les voies respiratoires et causer des maladies respiratoires chez les bovins. Ces mêmes spores sont également responsables de la maladie du poumon du fermier chez l'homme, il faut donc manipuler les aliments moisis avec beaucoup de précautions. Certains aliments moisis peuvent contenir des moisissures capables de causer un avortement mycosique. Le dicoumarol, une toxine produite par certaines moisissures présentes dans du mélilot moisi, a un effet anticoagulant. Il est important de comprendre que les problèmes d'avortement et de santé chez les bovins peuvent avoir plusieurs causes. Si vous rencontrez des problèmes de santé au sein de votre troupeau, revoyez tous les aspects de la gestion et demandez l'aide de votre vétérinaire.

Le défi d'anticiper l'impact du foin moisi sur la santé et la performance réside dans le fait qu'il est difficile d'évaluer le foin à l'œil ou même de le quantifier par une analyse en laboratoire. Bien que les décomptes de spores donnent une bonne idée de l'ampleur de la contamination fongique, ils ne permettent pas de bien saisir la capacité du foin moisi à provoquer des problèmes de santé et de performance. Seules certaines espèces sont toxiques. La capacité des moisissures à produire des mycotoxines ou des métabolites secondaires toxiques dépend des espèces fongiques présentes et des conditions de croissance. Une analyse distincte peut être effectuée en laboratoire pour déterminer les sous-catégories de mycotoxines.

Alors, que pouvons-nous faire quand les années ne sont pas propices à la récolte d'un foin sec de bonne qualité? Cette année, la pluie vous a probablement empêché d'avoir une quantité suffisante de foin. Il est maintenant temps de commencer à dresser l'inventaire de vos réserves d'aliments pour l'hiver, en tenant compte de la qualité et de la quantité. Dans les cas où une pénurie d'aliments est possible, pensez à d'autres types d'aliments et à prolonger la période de pâturage. Un autre aspect auquel il faut penser maintenant est l'entreposage approprié du foin, afin de réduire au minimum les pertes de nutriments et les pertes dues à la détérioration. Étant donné que les pertes de matière sèche dans un foin non couvert peuvent atteindre 20 % ou plus, il est préférable d'entreposer le foin à l'abri des éléments, afin d'en préserver la qualité dans la mesure du possible. Il est également important d'élaborer une stratégie pour le fourrage gâté. Même si l'idéal est de ne pas servir de foin gâté aux animaux, cette pratique n'est pas toujours possible, c'est pourquoi il est important de gérer la quantité de nourriture distribuée. Priorisez les vaches et les taures gestantes, en excluant le foin moisi de leur ration, lorsque c'est possible. Sinon, la dilution est la solution pour minimiser les risques de mauvaises performances et de problèmes de santé. Si le foin moisi doit être servi, mélangez-le à faible taux avec du foin de bonne qualité. Faites attention à la façon dont le fourrage est mélangé, car les vaches dominantes peuvent concurrencer les vaches soumises pour le foin de bonne qualité. Surveillez toujours les refus de nourriture et les indices d'état corporel des bovins et prévenez les chutes de performance en complémentant le foin de mauvaise qualité. Contactez votre nutritionniste ou votre représentant d'aliment commercial pour des conseils sur une ration équilibrée et pour vous aider à interpréter les résultats des analyses de laboratoire.

Pour de plus amples renseignements sur les aliments de remplacement, consultez le site du MAAARO.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca