La ventilation pour les bovins de boucherie, notions de base

Principes de ventilation

Une bonne ventilation influe beaucoup sur la santé et la rentabilité des bovins de boucherie. Au cours de leur croissance, ces animaux produisent de la chaleur et de l'humidité, et cela est particulièrement vrai des bovins d'engraissement qui reçoivent des rations à forte teneur en énergie. Leur fumier et leur urine ajoutent encore à l'humidité ambiante et dégagent de l'ammoniac. Il est donc important d'évacuer l'air vicié contenant un excès d'humidité et de gaz, et de le remplacer par de l'air frais pour éviter les problèmes respiratoires. Par temps chaud, pour assurer le bien être des animaux, il faut également évacuer la chaleur qu'ils produisent. Pour ce faire, on doit donc disposer d'un bon système de ventilation.

L'isolation permet d'améliorer la ventilation. Elle réduit le flux de chaleur ou de froid dans l'étable. Par temps froid, sous un toit en acier, une petite couche d'isolant permet d'éviter la condensation qui est produite par le contact de l'air chaud et humide sur la surface froide. Par temps chaud, l'isolation a aussi pour effet de maintenir l'intérieur de l'étable plus frais en réduisant le flux de chaleur provenant de l'extérieur. Sous le toit en acier d'une étable à un seul niveau, il est bon de placer une isolation d'une valeur R de 5 à 10 pour réduire la condensation et garder la fraîcheur à l'intérieur.

Tous les systèmes de ventilation doivent comporter trois éléments de base :

  1. un système d'entrée qui amène l'air frais à l'intérieur du bâtiment;
  2. un système d'évacuation qui amène l'air vicié à l'extérieur;
  3. un système de commande permettant d'ajuster le volume d'air qui entre dans le bâtiment ou qui en sort.

Dans le cas des bovins de boucherie, la quantité d'air frais requise dépend de la taille des animaux et de la saison. Le Tableau 1 montre les débits de renouvellement d'air recommandés.

Tableau 1. Débits de renouvellement d'air recommandés pour les bovins de boucherie

Type d'animal
Débits de renouvellement d'air, pi3/min*
Temps froid
Temps chaud
Veaux de boucherie (bœuf) < 3 mois
10
120
Veaux de boucherie (veau)
12
175
Veaux d'engraissement
15
300
Vaches de boucherie (1 000 lb)
20
400

* pi3/min : pieds cubes par minute

Ventilation naturelle

La ventilation naturelle a pour fonction de laisser le vent aérer le bâtiment et de permettre à l'air chaud d'en sortir grâce à sa tendance à s'élever. Dans ce cas, il est préférable que l'étable soit orientée à angle droit par rapport aux vents d'été, de sorte que ceux ci la traversent dans le sens de la largeur. En Ontario, en général, la plupart des vents d'été viennent de l'ouest ou du sud ouest, et les étables doivent donc être orientées avec le faîte du toit orienté nord sud. Pour que la ventilation soit efficace, l'étable devra être pourvue de grandes ouvertures sur les deux faces pour permettre l'entrée de l'air frais d'un côté et l'évacuation de l'air vicié de l'autre (Figure 1). Par temps froid, la ventilation naturelle est plutôt assurée par la montée de l'air chaud; ainsi l'air qui entre dans l'étable est chauffé par le corps des animaux, puis il doit pouvoir ressortir par une cheminée ou un faîtage ouvert.

Sous leur forme la plus simple, les entrées d'air peuvent être des fenêtres à châssis ajustables ou amovibles. Cependant, dans la majorité des vieilles étables reposant sur des fondations de pierre ou de béton, l'espace réservé aux fenêtres est insuffisant ou il est occupé par le dispositif d'accès au fourrage. Dans la mesure du possible, les entrées d'air devraient être des ouvertures d'un seul tenant d'au moins quatre pieds que l'on peut fermer à l'aide de rideaux ajustables.

Ventilation naturelle
Figure 1. Ventilation naturelle

Dans une étable à un seul niveau, l'évacuation peut être assurée par un faîtage ouvert. La taille de l'ouverture du faîtage dépend de la largeur du bâtiment. On compte habituellement 1 à 2 pouces par 10 pieds de largeur de l'étable (Figure 2). On peut couvrir le faîtage pour empêcher la pénétration de la pluie et de la neige, dans la mesure où la couverture ne gêne pas l'évacuation de l'air. L'ouverture du faîtage devrait se terminer à 8 ou 12 pieds de l'extrémité de l'étable pour éviter les courants d'air.

Faitage ouvert
Figure 2. Faîtage ouvert

L'évacuation de l'air vicié peut également être assurée par des cheminées. Celles ci limitent la pénétration de la pluie et de la neige, et elles conviennent également aux étables à deux niveaux. Pour déterminer la taille des cheminées, suivre les règles suivantes :

  • Dans une étable à un seul niveau, prévoir 1/2 pi2 d'ouverture de cheminée par 100 pi2 de superficie;
  • Dans une étable à deux niveaux, prévoir 1 pi2 d'ouverture de cheminée par 100 pi2 de superficie;
  • Toujours prévoir au moins deux cheminées;
  • Leur taille ne devrait jamais dépasser 4 pi x 4 pi, pour éviter les courants d'air descendants;
  • Dans les cheminées des étables à deux niveaux, on peut installer des registres pour contrôler l'évacuation de l'air; ils doivent se trouver près du sommet du conduit pour garder la chaleur à l'intérieur et faciliter le tirage;
  • Prévoir une cheminée par 2 000 pi2;
  • Dans les étables larges, les cheminées ne doivent pas être espacées de plus de 20 à 24 pi.

Les commandes constituent le troisième volet d'un système de ventilation naturelle. Les ouvertures des murs doivent être ajustées selon la direction du vent, les conditions météorologiques et la taille des animaux. La plupart des ouvertures à rideaux s'ajustent au moyen de manivelles. Il existe des systèmes de commande automatiques, mais leur installation ne se justifie que dans le cas d'animaux sensibles.

Ventilateurs

La plupart des structures d'hébergement de bovins de boucherie ont une ventilation naturelle, mais certaines nécessitent l'installation de ventilateurs d'évacuation, notamment les vieilles granges à deux étages avec peu de fenêtres. Dans ce cas, la ventilation n'est plus assurée par la force du vent, mais par un dispositif électrique. Il faut encore des ouvertures pour permettre l'entrée de l'air frais, mais ce sont des ventilateurs qui le font circuler. Ils ont pour fonction de réduire la pression de l'air qui se trouve à l'intérieur de l'étable, et ils le tirent vers l'extérieur. Leur mise en marche et leur arrêt sont commandés par un thermostat.

Dans les étables à bovins, on préfère généralement la ventilation naturelle pour sa simplicité et ses coûts de fonctionnement minimes; cependant on se sert parfois de ventilateurs pour assurer l'évacuation de l'air vicié dans les vieilles étables à deux niveaux où la ventilation naturelle est impossible. Le Tableau 1 permet de calculer le débit minimal de renouvellement d'air en hiver. Pour maintenir la qualité de l'air par temps froid, il peut être nécessaire de porter ce débit minimal à quatre changements à l'heure. Pour assurer le débit minimal, il est préférable d'installer deux ventilateurs convenablement espacés plutôt qu'un seul ventilateur plus gros. Les ventilateurs déplacent l'air qu'ils peuvent aspirer le plus facilement; ainsi, s'ils sont installés dans une vieille grange trop fissurée, ou s'ils se trouvent près d'une fenêtre qui a des fuites, ils n'évacueront pas l'air vicié aussi efficacement. Il est préférable de bien les espacer.

Fonctionnement du système de ventilation

La fonction du système de ventilation est d'assurer un apport d'air frais pour éliminer l'excès d'humidité et de chaleur ainsi que les gaz, sans provoquer de courants d'air. Il est plus sain de maintenir le bétail au froid et au sec que de fermer l'étable pour le garder au chaud. En retenant l'humidité et les gaz, on augmente aussi les risques de problèmes respiratoires.

Il est important d'assurer un bon apport d'air frais sans créer de courants d'air. Les bovins perçoivent les courants d'air lorsque ceux ci sont trop rapides par rapport à la température ambiante, ou lorsqu'ils sont beaucoup plus froids que l'air ambiant. Par temps froid, il est important de faire entrer l'air frais aussi haut que possible sur un mur pour lui permettre de se mélanger à l'air intérieur avant d'atteindre les animaux. Autant que possible, éviter d'amener de l'air frais au niveau du sol. En hiver, il est donc important de bien boucher les espaces au bas des portes; dans certains cas, il peut être nécessaire de couvrir les barrières avec du contreplaqué pour empêcher l'air de s'écouler à la surface du sol. Parfois, on peut se servir de toile d'ombrage (employée dans les serres) pour permettre l'apport d'air frais tout en ralentissant son mouvement. La toile d'ombrage est un matériau tissé qui est offert à différents degrés de porosité (p. ex. 80 pour cent de tissu et 20 pour cent de vide).

Manuel de ventilation

Récemment, le MAAARO a publié le Manuel de ventilation des installations d'élevage de bétail et de volaille, publication numéro 833F (voir Figure 3).

Manuel de ventilation
Figure 3. Manuel de ventilation du MAAARO

Cet ouvrage traite de la conception, de l'installation et de l'entretien des systèmes de ventilation, et il s'adresse aux producteurs et concepteurs de tels systèmes. Il explique les principes fondamentaux en matière de conception, les exigences opérationnelles et l'entretien des appareils de ventilation dans les structures abritant du bétail ou des volailles en Ontario. Dans l'ensemble du manuel, on trouvera des exemples des relations entre les divers principes et les diverses composantes dans des étables qui existent réellement.

On peut le commander en s'adressant à ServiceOntario. Son prix est de 50 dollars.
En ligne : ServiceOntario Publications
Par téléphone, à InfoCentre ServiceOntario
1 800 668 9938, sans frais, de tout le Canada
1 800 268 7095, téléimprimeur, de tout l'Ontario.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca