Renseignements généraux sur la biosécurité

Table des matières

  1. Introduction
  2. Animal + Agent infectieux + Environnement = Maladie
  3. Vaccination stratégique
  4. Comment empêcher l'introduction et la propagation des maladies infectieuses
    1. Maintien d'un troupeau fermé
    2. Achat de nouveau bétail
    3. Troupeau résident
    4. Source du bétail acheté
    5. Introduction de nouveaux arrivages
    6. Procédez à des tests sur le bétail acheté pour détecter la présence des infections suivantes
    7. Contrôle de la circulation sur l'exploitation
  5. Pour de plus amples renseignements...

Les renseignements qui suivent portent sur les pratiques générales en matière de biosécurité et ne concernent pas uniquement la fièvre aphteuse.

Introduction

L'éclosion de diarrhée virale bovine (BVD) en Ontario démontre qu'il vaut la peine d'être méticuleux en matière de prévention et de contrôle des maladies infectieuses. Cet épisode a également fait ressortir l'importance de la vaccination comme première étape du contrôle des maladies infectieuses, mais il faut se rappeler que les vaccins ne sont efficaces que s'ils sont administrés adéquatement. Et même lorsqu'ils sont utilisés adéquatement, les vaccins comportent des limites. Les producteurs ne doivent pas de contenter de la vaccination; ils doivent empêcher leurs troupeaux d'être en contact avec les maladies infectieuses. Ce concept porte le nom de biosécurité, soit la mise en place de pratiques de gestion qui atténuent les risques que les maladies infectieuses soient transportées sur les exploitations et qui freinent la propagation des maladies infectieuses déjà installées.

Animal + Agent infectieux + Environnement = Maladie

Toutes les maladies infectieuses des bovins résultent de l'interaction entre l'animal et sa capacité de résister à la maladie (son immunité), un agent infectieux (bactéries, virus et parasites) et l'environnement. C'est en tenant compte de cette interaction qu'il faut déterminer les façons de prévenir les maladies infectieuses. Ainsi, les producteurs peuvent éviter certaines maladies en utilisant la vaccination pour accroître l'immunité. Les producteurs peuvent également éviter la maladie en empêchant l'introduction d'agent infectieux sur leur exploitation. Si un agent infectieux est déjà installé sur la ferme, les producteurs peuvent tenter de l'éradiquer ou d'en contrôler la propagation.

Vaccination stratégique

La vaccination est un volet essentiel de tout plan de prévention des maladies. L'efficacité de la vaccination s'accroît lorsqu'elle est planifiée en vue de répondre aux besoins précis d'une exploitation. Un programme de vaccination sert à choisir contre quelles maladies des vaccins seront administrés, à identifier les sujets qui bénéficieront davantage de la vaccination et à établir à quel moment la vaccination sera le plus propice.

En Ontario, il est important de faire vacciner la plupart des troupeaux contre le BDV et l'IBR. L'objectif est de protéger les vaches et les génisses en gestation contre les avortements et les autres problèmes de reproduction attribuables à ces deux virus. Pour assurer la protection des bêtes tout au long de la gestation, elles devraient être vaccinées avant la reproduction. Comme la protection est la plus élevés peu après la vaccination, les génisses et les vaches obtiennent alors la meilleure protection si elles sont vaccinées environ un mois avant la reproduction.
Votre vétérinaire peut vous recommander d'inclure d'autres maladies dans votre programme de vaccination des troupeaux en fonction des besoins propres à votre troupeau et des maladies présentes localement.

Comment empêcher l'introduction et la propagation des maladies infectieuses

  1. Maintien d'un troupeau fermé
    Le maintien d'un troupeau fermé est l'une des façons de protéger le bétail des maladies infectieuses. Dans un troupeau fermé, aucun bétail n'entre dans l'exploitation, que ce soit par achat ou emprunt, et le bétail résident n'est mis en contact avec aucune autre bête des exploitations avoisinantes. Un troupeau n'est pas fermé lorsque :
  • du bétail est acheté ou hébergé;
  • du bétail revient au troupeau après être allé à des expositions, dans des pâturages collectifs ou dans des centres d'évaluation de la performance;
  • du bétail utilise un pâturage dont la clôture est commune au pâturage de l'exploitation adjacente;
  • des taureaux sont achetés, empruntés ou prêtés;
  • des bovins du troupeau sont transportés par quelqu'un d'autre ou dans le véhicule de quelqu'un d'autre.

    C'est une bonne pratique de maintenir le troupeau le plus fermé possible. Mais le maintien d'un troupeau fermé ne doit pas être la seule protection contre l'introduction de maladies infectieuses. Vous devrez aussi préparer un plan visant à réduire les risques qu'une maladie infectieuse grave ne pénètre dans votre exploitation.

  1. Achat de nouveau bétail
    Un jour ou l'autre, la plupart des propriétaires ajouteront du bétail dans leurs troupeaux. Lorsque c'est possible, élaborez des plans afin de minimiser les risques qu'une maladie soit introduite par ces nouvelles bêtes. Trois facteurs sont importants pour réduire les risques d'introduire une maladie infectieuse lorsque vous acquérez des bêtes.

    La protection que vous donnez à votre troupeau actuel grâce à une vaccination appropriée.

    La source du bétail acheté ainsi que les modalités de transport.

    La méthode que vous utiliserez pour introduire le nouveau bétail dans le reste du troupeau.

  2. Troupeau résident
    Veillez à faire vacciner votre bétail avant d'amener du nouveau bétail dans votre troupeau. Si la vaccination a eu lieu, il vaut la peine de revoir les registres de vaccination pour vérifier si le bétail a été vacciné au moins autant de fois que ne le préconise l'étiquette du vaccin. Étudiez la possibilité de vacciner les veaux qui ont moins de six mois même s'il faudra les vacciner de nouveau lorsqu'ils atteindront six mois.

  3. Source du bétail acheté

  • n'introduisez que des animaux provenant de troupeaux dont vous connaissez l'état sanitaire;
  • n'introduisez que des animaux provenant de troupeaux dotés d'un programme de vaccination efficace reconnu. Procurez-vous de l'information sur la vaccination : quels vaccins ont été administrés et quand. Si on a utilisé des vaccins à virus tué, assurez-vous qu'il s'agissait d'une primo-vaccination (deux doses administrées à quelques semaines d'intervalle);
  • évitez d'acheter des animaux dont vous ne connaissez pas la provenance ou qui ont été mélangés avec un grand nombre d'autres bêtes avant la vente;
  • achetez des génisses lorsque vous achetez un groupe d'animaux. Comme elles ne sont pas en période de lactation, il est plus facile de les placer en quarantaine, et il est moins risqué qu'elles soient atteintes de mammite contagieuse.

    Essayez d'acheter des génisses non saillies de façon à ce que vous puissiez vous assurer d'une vaccination adéquate avant la reproduction.

  • demandez de l'information sur la santé du bétail acheté. Demandez de l'information sur le dénombrement des cellules somatiques des vaches en lactation (programme d'amélioration des troupeaux laitiers). Vérifiez les signes de mammite contagieuse dans les lactations actuelles et antérieures;
  • transportez les bestiaux achetés ou les animaux de concours dans votre propre véhicule. Partez avec un camion ou une remorque propre et procédez à un nettoyage complet après avoir transporté des animaux nouvellement achetés.
  1. Introduction de nouveaux arrivages
  • mettez les nouveaux animaux en quarantaine pendant 30 jours avant de les mettre en contact avec les autres animaux de la ferme.
  • désignez une zone de quarantaine. Cette zone doit être bien séparée du reste du bétail. Le degré d'isolement est proportionnel à l'efficacité de la protection en matière de transmission des maladies. Pour éviter la propagation des maladies respiratoires, les animaux en quarantaine ne doivent pas partager le même air que le bétail résident. Pour éviter la dissémination de la diarrhée virale bovine, les animaux en quarantaine ne doivent pas pouvoir toucher les animaux résidents.
  • le bétail en quarantaine ne doit pas utiliser les mêmes mangeoires, abreuvoirs ou équipement d'entretien que le bétail résident;
  • utilisez un bain désinfectant pour les pattes avant de permettre aux bestiaux achetés d'entrer dans le troupeau. Il est à noter que l'Agence canadienne d'inspection des aliments recommande l'usage du Virkon aux fins de désinfection contre la fièvre aphteuse. Ce produit est déjà disponible dans les magasins de fournitures agricoles.
  • prévenez la propagation de la mammite contagieuse en utilisant des mesures sanitaires strictes lors de la traite (utiliser des serviettes distinctes; traire les nouvelles vaches à la fin; nettoyer l'équipement de traite après avoir trait des nouvelles vaches)
  • prenez la température des animaux isolés tous les jours ou au moins tous les deux jours pour vérifier s'ils n'ont pas de fièvre. Si un animal est fiévreux, demandez à votre vétérinaire de l'examiner; ne supposez pas qu'il s'agit de quelque chose de normal.
  • vaccinez les bovins pendant qu'ils sont en quarantaine pour vous assurer de les intégrer dans le programme de vaccination de votre exploitation.
  1. Procédez à des tests sur le bétail acheté pour détecter la présence des infections suivantes :
  • diarrhée virale bovine (BVD)
  • mammite causée par Staphylococcus aureus et Streptococcus agalactiae.
  • néosporose (infection à Neospora caninum
  • leucose (virus leucémogène bovin) (facultatif)
  • paratuberculose ou maladie de Johne (facultatif)

    Il faut parfois compter jusqu'à trois semaines pour obtenir les résultats des tests. Il faut donc prélever les échantillons et les faire analyser aussitôt que l'animal arrive. La quarantaine seule ne peut protéger votre bétail contre la leucose ou la maladie de Johne. Au cours de la quarantaine, vous devez effectuer des tests pour détecter la présence de ces maladies sur le bétail acheté. Il est utile de connaître les antécédents du troupeau dont proviennent les animaux que vous avez achetés.

  1. Contrôle de la circulation sur l'exploitation
    Les maladies infectieuses peuvent être transportées par les personnes ainsi que par l'équipement. Certaines maladies se propagent par les vêtements ou les chaussures. C'est le cas de Staphylococcus aureus et de Mycoplasma bovis, qui sont des causes de la mammite contagieuse. Si vous empruntez de l'équipement d'autres exploitations, assurez-vous de le nettoyer et de le désinfecter avant de l'utiliser. Certaines maladies des bovins, notamment la fièvre aphteuse, peuvent même être transmises par des animaux autres que des bovins. Pour cette raison, les producteurs doivent donc se préoccuper de contrôler la circulation des personnes et des animaux sur l'exploitation.

Quelques mesures destinées à réduire les risques d'introduction de maladies infectieuses :

  • assurez-vous que les visiteurs portent des bottes et une combinaison dans l'étable. Cette mesure est particulièrement importante si les visiteurs ont déjà été dans d'autres .étables. Conservez dans l'étable des combinaisons de grande taille et des bottes que vous pourrez demander aux visiteurs de porter. On peut utiliser des bottes de plastique jetables, mais celles-ci se percent facilement si les gens se traînent les pieds en marchant.
    Utilisez le Virkon pour désinfecter les chaussures. L'Agence canadienne de protection des aliments recommande d'utiliser le Virkon en poudre, solution à 2 %, au taux de dilution de 20 grammes par litre d'eau. La durée d'exposition devrait être de 10 minutes.
  • lorsque vous achetez des taurillons ou d'autres animaux, ne permettez pas au vendeur ou au transporteur d'entrer dans l'étable.
  • tenez un registre des visiteurs.
  • utilisez vos propres licous et cordes.

Il n'est pas facile de contrôler toute la circulation sur l'exploitation, mais vous pouvez déterminer ce qui comporte les risques les plus élevés, que ce soit les personnes qui ne se soucient pas du contrôle des maladies infectieuses, les personnes qui visitent fréquemment d'autres fermes, les visiteurs provenant de pays où des cas de fièvre aphteuse ont été détectés et les personnes qui ont visité d'autres fermes le jour où elles visitent votre ferme.

 


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 21 mars 2001
Dernière révision : 16 juillet 2009

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca