Le lait cru ne vaut pas le risque encouru

Un verre de lait pasteurisé est froid, délicieux... et propre à la consommation.

Mais le lait n'a pas toujours été pasteurisé. Bien que le scientifique français Louis Pasteur ait développé le processus appelé pasteurisation en 1862, la majorité du lait était toujours livrée à la porte non pasteurisée et dans des contenants non couverts, plus de 25 ans plus tard.

En 1889, Adelaide Hunter Hoodless était foudroyée par la mort de son jeune fils, qui résultait du fait d'avoir bu du lait cru contaminé, alors que l'on buvait assez souvent du lait cru, à l'époque.

Déterminée à faire en sorte que d'autres personnes ne vivent pas une telle tragédie, elle a mené une campagne pour la pasteurisation du lait. Ce n'est toutefois qu'en 1938 qu'une loi exigeant la pasteurisation du lait fut adoptée, en Ontario.

Les experts en médecine s'entendent généralement pour dire que le lait cru présente un risque véritable pour la santé humaine, risque qui est minimisé par la pasteurisation. Des cas de maladie attribués à la consommation de lait cru et de produits au lait cru continuent d'être signalés, en Ontario. En fait, entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2012, il y a eu 263 cas confirmés de maladies entériques et zoonotiques pour lesquels on a signalé une exposition à du lait cru et à des produits au lait cru.

Le lait non pasteurisé ou " cru " est considéré comme impropre à la consommation, parce qu'il pourrait contenir des bactéries causant des maladies, dont la salmonelle, le colibacille, la Listeria et la campylobactérie. Ces bactéries peuvent causer de sérieux problèmes de santé allant d'une maladie à une insuffisance rénale extrêmement grave, une fausse couche, et dans certains cas, la mort. Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont particulièrement menacés.

En raison des dangers potentiels que pose le lait cru, le gouvernement de l'Ontario continue d'appuyer la Loi sur la protection et la promotion de la santé, en vertu de laquelle il est illégal de vendre, mettre en vente, livrer ou distribuer du lait non pasteurisé en Ontario, sauf à une usine détenant un permis. Par conséquent, la distribution de lait cru directement aux consommateurs, notamment par l'entremise du partage de lait de chèvre, est illégale, en Ontario. Vous pouvez consulter la Loi sur la protection et la promotion de la santé sur Internet, à l'adresse.

Les lois fédérales et provinciales stipulent qu'il est illégal de vendre du lait cru aux consommateurs, mais les producteurs devraient également être informés du possible préjudice à la réputation. Qu'il s'agisse de lait de vache ou de chèvre, une maladie résultant de la consommation de lait cru peut mener à une publicité négative sur le lait en général et pourrait entacher la réputation en matière de qualité et de salubrité acquise au prix de grands efforts par l'ensemble de l'industrie.

Nous recommandons à toute personne au courant de ventes illégales de lait cru ou de produits laitiers de nous contacter au 519 826-4537 (ligne protégée).

Le lait cru ne vaut pas le risque encouru!

Pour de plus amples renseignements sur le lait pasteurisé, consultez la Fiche Info Protégez la santé de votre famille - Choisissez toujours le lait pasteurisé à ontario.ca/bxe1.


Auteur :

OMAFRA

Date de création : 27 août 2014
Dernière révision : 24 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca