Points à considérer avant d'envoyer des chèvres à l'abattoir

Les décisions relatives à la réforme et au transport des animaux font partie des activités agricoles. Cependant, ces décisions impliquent des défis. Les agriculteurs doivent décider s'ils doivent : traiter l'animal et attendre les délais prescrits avant d'expédier la viande ou le lait; envoyer l'animal directement à un abattoir local; réformer l'animal à un encan de bétail, ou euthanasier l'animal à la ferme pour des raisons de santé/bien-être. Un des plus grands défis est de savoir à quel moment l'animal doit être retiré du troupeau. Les animaux sont réformés lorsque leur valeur économique est inférieure aux objectifs du troupeau. Cependant, la mauvaise production ou reproduction peut être le résultat d'une maladie sous-jacente. Prendre les décisions de réforme en temps opportun est préférable pour le bien-être de l'animal. Si l'on attend trop longtemps, l'animal peut devenir inapte au transport ou être condamné à l'abattage.

Le transport est stressant pour les chèvres, car il implique un changement : le camion qui circule, le bruit et l'environnement à l'encan ou à l'abattoir lorsque l'animal y arrive. Les animaux fragiles sont moins aptes à surmonter ces situations. Le bien-être des animaux pendant le transport est toujours primordial. Il y a un certain nombre de choses à considérer avant d'embarquer un animal pour le transport. Le Groupe de travail de l'Ontario sur le transport sans cruauté des animaux a développé les Lignes directrices pour le transport des bovins, moutons et chèvres - Cet animal est-il apte au transport? (Guidelines for Transporting Cattle, Sheep & Goats: Should this Animal be Loaded?) (en anglais seulement) (voir les lignes directrices séparées dans ce numéro). La lecture de ces lignes directrices vous aidera à prendre des décisions éclairées avant d'expédier des chèvres de la ferme.

Au moment d'expédier des chèvres à la réforme, les agriculteurs devraient avoir une idée de la durée du déplacement nécessaire à l'animal pour arriver à sa destination finale, que cette destination soit une autre ferme ou un abattoir. Le transport peut inclure des arrêts fréquents (incluant des débarquements et des embarquements), ainsi que des périodes prolongées sans accès à de la nourriture ou à de l'eau. Quand les chèvres sont expédiées à un encan de bétail, cela n'est pas leur destination finale. Elles seront transportées au moins une fois, sinon plusieurs fois avant d'atteindre leur destination finale. Les chèvres destinées aux marchés de la viande peuvent se retrouver dans la chaîne de commercialisation pendant plusieurs jours. Les chèvres qui vont à l'abattage sont nombreuses et les agriculteurs sont nombreux à ignorer que le réseau de négociation des chèvres est très actif en Ontario, et que beaucoup d'entre elles peuvent être achetées, puis revendues aux enchères un peu plus tard, et achetées de nouveau par des commerçants pour être revendues, ou rassemblées pour des commandes d'abattoirs plus importantes. Quelques chèvres peuvent être achetées pour être expédiées vers une autre ferme de l'Ontario. Selon plusieurs retraçages en amont de chèvres réformées à des encans, les inspecteurs du MAAARO ont déterminé que les agriculteurs ignorent le temps que les chèvres passent dans la chaîne de commercialisation avant l'abattage, tandis que d'autres retraçages en amont ont montré qu'un même groupe de chèvres a été vendu à quatre reprises à des encans séparés. Dans certains cas, les chèvres peuvent être achetées aux enchères et y rester pendant plusieurs jours avant d'être chargées et conduites à leur destination finale.

Quelle est la meilleure option pour la vente des chèvres? Les animaux faibles ou malades ne doivent pas être chargés et transportés aux encans de bétail ou à un lieu de rassemblement. Ces types de chèvres, si elles sont aptes au transport en vertu des règlements provinciaux et fédéraux sur le transport des animaux (voir les lignes directrices) et propres à la consommation humaine, devraient être vendus directement à un abattoir. On peut trouver dans le site Web du MAAARO la liste des abattoirs provinciaux. Contactez l'abattoir directement et informez-vous si on y achète des chèvres et quelles sont les journées prévues à cet effet. S'il n'y a pas d'abattoir dans votre région, expédiez l'animal à un encan de bétail et demandez qu'il soit « directement envoyé à l'abattoir ». Ces animaux seront vendus selon le classement à l'abattage après l'inspection du vétérinaire dans un abattoir désigné, et la ferme sera payée si ces animaux passent l'inspection post mortem à l'abattoir.

En règle générale, les animaux sont condamnés à l'abattage pour deux raisons : un transport qui inflige des souffrances prolongées et des maladies infectieuses qui impliquent un risque pour la sécurité alimentaire. Une carcasse peut également être condamnée si elle ne subit pas les changements biochimiques qui transforment le muscle en viande. Comparativement à d'autres espèces, les chèvres sont moins souvent condamnées à cause d'un transport inadéquat, mais il arrive parfois de recevoir une chèvre boiteuse sur trois pattes à l'un de nos abattoirs. Il faut envoyer les chèvres à l'abattoir avant que la boiterie n'atteigne ce stade. Les principales raisons de la condamnation des chèvres sont les risques pour la sécurité alimentaire. Beaucoup de bactéries responsables de maladies respiratoires ou d'une maladie qui cause des abcès dans les organes et les articulations chez les chèvres sont de loin la raison la plus commune pour condamner une carcasse. Ces maladies infectieuses sont très fréquentes dans les troupeaux de chèvres de l'Ontario, et des animaux qui semblent normaux peuvent être très infectés. Les chèvres sont aussi souvent condamnées pour cause de maigreur et d'une insuffisance à se transformer en viande. Les chèvres, en particulier les chèvres laitières, sont souvent très minces à l'abattage, pour diverses raisons : fin de lactation, maladie de Johne, arthrite encéphalite caprine (CAE), âge et érosion dentaire, boiterie, ainsi que des maladies infectieuses comme la lymphadénite caséeuse. Les carcasses peuvent être condamnées immédiatement dans les cas graves, ou quand la carcasse ne dispose pas de réserves d'énergie suffisantes pour se transformer en viande. Bien que les carcasses de chèvres très minces soient primées sur certains marchés approvisionnés par les abattoirs provinciaux, une carcasse inadéquate pour la viande se détériore rapidement et présente un risque pour la santé humaine, de sorte que nous devons nous assurer que la viande des cas limites est adéquate avant d'être approuvée pour la consommation humaine. Bon nombre des animaux décrits ci-dessus étaient des candidats probables pour l'euthanasie à la ferme. Si vous avez des questions quant à savoir si une chèvre doit être expédiée à l'abattoir, parlez-en à votre vétérinaire pour obtenir des conseils.

Le transport et l'abattage sont de plus en plus sous surveillance. Prendre des décisions éclairées et judicieuses avant d'envoyer des caprins à l'abattage contribue à maintenir et à renforcer l'intégrité de cette industrie en pleine croissance.


Auteur : Jocelyn Jansen - Direction de la santé et du bien-être des animaux - MAAARO; Mike Draper, Direction de la santé et du bien-être des animaux - MAAARO; Alexandra Reid - Direction de l'inspection des aliments - MAAARO
Date de création : 29 juillet 2015
Dernière révision : 10 août 2015

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca