La cryptorchidie chez le cheval

Table des matières

  1. Causes de la cryptorchidie
  2. Techniques chirurgicales pour l'étalon chryptorchide
  3. Complications
  4. Que faire dans les cas de comportement d'étalon
  5. Références

On parle de cryptorchidie dans le cas d'un cheval dont l'un des testicules n'est pas descendu dans le scrotum (ou les deux). Il s'agit d'un défaut du développement qui peut toucher les animaux et les humains. Chez le cheval, la cryptorchidie revêt une certaine gravité parce que le testicule en question ne produit aucun spermatozoïde fonctionnel mais secrète de la testostérone, qui détermine le comportement d'étalon; de plus, le testicule non descendu est plus exposé aux tumeurs que le testicule normal, et la castration est plus coûteuse.

Au cours de la vie fœtale, les testicules, qui se trouvent d'abord dans la cavité abdominale, passent dans un espace appelé canal inguinal. Lorsque le poulain atteint l'âge de deux semaines, ce processus est terminé. Les testicules traversent l'anneau inguinal, puis atteignent le scrotum sous l'effet de la contraction du gubernaculum testis, un ligament, et de la pression provenant de l'intérieur de l'abdomen; de plus, à ce stade, les testicules sont mous (1). Lorsqu'on examine un poulain qui vient de naître, il ne faut pas oublier que le gubernaculum testis est volumineux à la naissance et qu'il se trouve devant le testicule, avec l'épididyme (1); on risque donc de confondre ces deux structures avec les testicules (2). Chez les chevaux, on observe trois formes de cryptorchidie : sous la peau de la région inguinale, dans l'abdomen et dans le canal inguinal (qui relie l'anneau inguinal superficiel et l'anneau inguinal profond). Selon une étude effectuée sur les chevaux, l'absence de descente dans le scrotum se produit presque à la même fréquence pour le testicule gauche et pour le testicule droit. Cependant le testicule gauche se retrouve dans l'abdomen chez 75 % des chevaux cryptorchides, contre 42 % pour le testicule droit. Les cas de cryptorchidie bilatérale (deux testicules non descendus) et de monorchidie (un testicule normal) sont peu communs (1). Dans la plupart des cas de cryptorchidie bilatérale, les deux testicules se trouvent dans l'abdomen.

Causes de la cryptorchidie

La non-descente des testicules est un phénomène complexe et mal compris pouvant résulter de facteurs génétiques, hormonaux et mécaniques. Chez les chiens, on croit qu'elle est due à un gène autosome récessif lié au sexe (3).

Techniques chirurgicales pour l'étalon chryptorchide

Jusqu'à une date récente, la seule technique chirurgicale d'ablation ayant été décrite pour les cas de testicules non descendus était la laparotomie sous anesthésie générale. Plus récemment, on a traité des chevaux souffrant de cryptorchidie par laparoscopie sous anesthésie générale et par laparoscopie en position debout.

La laparotomie consiste à ouvrir l'abdomen sous anesthésie générale; pour ce faire, il existe plusieurs techniques chirurgicales dont l'approche inguinale (avec ou sans récupération de la partie inguinale du gubernaculum testis), l'approche para-inguinale (par le côté de l'anneau inguinal), et l'approche par le flanc, qui est moins commune (1). Les approches inguinale et para-inguinale se font par incision de la peau, puis dissection simple jusqu'à l'anneau inguinal. On identifie tout d'abord le passage vaginal, l'épididyme ou le ligament du scrotum (ou tous à la fois), on ouvre le passage vaginal et on retire le testicule pour l'enlever (émasculation). S'il est impossible d'identifier ces structures, il devient nécessaire de procéder à une dissection plus profonde. Il faut porter une attention particulière à la fermeture de l'incision parce qu'il peut se produire une éviscération de l'intestin par le passage vaginal.

La laparoscopie est une procédure endoscopique qui consiste à introduire dans l'abdomen, par une petite incision, des instruments chirurgicaux et une petite caméra à fibres optiques. Cette technique permet d'observer l'intérieur de la cavité abdominale et d'y effectuer des opérations chirurgicales sans faire de grande incision. Parmi les principaux avantages qu'elle offre, on note la petite taille des incisions, la réduction de la douleur post-opératoire et la possibilité pour l'animal de reprendre ses activités dans un délai très court. La laparoscopie peut servir à l'ablation des testicules ABDOMINAUX chez les chevaux. Un certain nombre de centres de référence dont le Collège de médecine vétérinaire de l'Ontario pratiquent actuellement cette procédure. La chirurgie par laparoscopie peut être effectuée en position debout, ou couchée sous anesthésie générale, selon le tempérament de l'animal et les préférences du chirurgien. La laparoscopie en position debout se déroule sous anesthésie locale et sous tranquillisant, l'animal étant entravé. C'est une opération relativement indolore et peu invasive. Après administration d'un calmant, on injecte au cheval un anesthésiant local pour insensibiliser la région du flanc. Puis, dans la couche de muscles du flanc, on effectue trois incisions d'un centimètre permettant d'insérer la caméra et les instruments chirurgicaux dans la cavité abdominale. Pendant l'opération, on gonfle la cavité abdominale avec du dioxyde de carbone pour rendre les structures plus visibles. À l'aide du dispositif de laparoscopie, le testicule est ligaturé, amputé et enlevé.

Pour une laparoscopie sous anesthésie générale, on administre un anesthésiant général et on place l'animal en décubitus dorsal (sur le dos). Lorsque l'anesthésie est stabilisée, on effectue de petites incisions dans la paroi abdominale. Comme pour la laparoscopie en position debout, on gonfle l'abdomen, puis on repère le testicule non descendu et on l'enlève. Les petites incisions sont ensuite refermées et l'anesthésie prend fin. Les deux méthodes par laparoscopie sont peu invasives et peu douloureuses, mais elles exigent un matériel plus complexe et le chirurgien doit avoir une formation plus poussée que pour les chirurgies ouvertes. Pour obtenir d'autres renseignements sur les techniques de chirurgie par laparoscopie, on peut s'adresser au Dr Ludovic Boure du Collège de médecine vétérinaire de l'Ontario, aux numéros (519) 823-8800 ou (519) 824-4120, poste 4037.

Complications

Des complications peuvent survenir pendant la castration normale tout comme pendant l'ablation de testicules non descendus. Lors de castrations ordinaires, les chevaux sont atteints à divers degrés d'enflure post-opératoire. Les hémorragies de l'incision chirurgicale sont peu abondantes. En cas d'inflammation ou d'hémorragie importante, veuillez communiquer avec votre vétérinaire. Il peut se produire des complications telles que le prolapsus intestinal, l'infection du cordon spermatique, la péritonite (infection de l'abdomen), l'hydrocèle (accumulation de liquide dans la tunique vaginale qui entoure les testicules), des dommages causés au pénis et le maintien du comportement d'étalon, mais elles sont rares (1).

Que faire dans les cas de comportement d'étalon

Lorsqu'un cheval sans testicules palpables a un comportement d'étalon, il peut être nécessaire de déterminer s'il est atteint de cryptorchidie bilatérale, s'il s'agit d'un animal cryptorchide dont le testicule descendu a été enlevé ou si c'est un hongre ayant des problèmes de comportement. Ces animaux peuvent causer de nombreux ennuis, ils harcèlent les juments en chaleur et sont dangereux pour les personnes qui les côtoient. Il peut alors être souhaitable de procéder à des tests hormonaux (analyse du plasma, concentrations de testostérone sérique ou de sulfate d'œstrone, concentration de testostérone après stimulation par la gonadotrophine chorionique humaine, ou HCG, concentration du sulfate d'œstrone fécal). Les concentrations de ces hormones sont plus faibles chez les hongres que chez les cryptorchides. Malheureusement, aucun des tests hormonaux ne donne des résultats parfaitement fiables et il est souvent nécessaire de procéder à une exploration chirurgicale de l'abdomen. Jusqu'à une date récente, la laparotomie était la seule méthode d'exploration de l'abdomen de ce type d'animaux. À l'heure actuelle, on peut aussi procéder par laparotomie. Comme nous l'avons dit, les principaux avantages de cette technique sont que les incisions chirurgicales sont de petite taille, que la douleur post-opératoire est peu importante et que l'animal peut reprendre ses activités peu de temps après l'opération. Si vous désirez vous informer à ce sujet ou sur toute autre question relative à la santé de votre cheval, veuillez consulter votre vétérinaire.

Références

  1. Searle D, Dart AJ, Dart CM, Hodgson DR. Equine castration: review of anatomy, approaches, techniques and complications in normal, cryptorchid and monorchid horses. Australian Veterinary Journal, 1999, July; 77 (7): 428-34.
  2. Trotter GW, Aanes WA. A Complication of Cryptorchid Castration in Three Horses. Journal of the American Veterinary Medical Association, 1981, Vol. 178, (3): 246-48.
  3. Hayes HM. Epidemiological features of 5009 cases of equine cryptorchidism. Equine Veterinary Journal, 1986, Nov.; 18 (6): 467-71.

| Haut de la page |


Auteur : Dr Bob Wright - scientifque vétérinaire,élevage des cheaux et d'animaux non traditionnels/MAAARO; Dr Ludovic Boure, Collège de médec ine vétérinaire de l'Ontario/Université de Guelph; Dr Dan Kenney - Collège de médecine vétérinaire de l'Ontario/Université de Guelph
Date de création : Juin 2000
Dernière révision : Juin 2000

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca