Choisir des races pour produire des agneaux de marché rentables


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 430/30
Date de publication : mars 2012
Commande no. 12-022
Dernière révision :
Situation :
Rédacteur : Delma Kennedy - spécialiste, programmes de génétique, de reproduction et de performance des moutons/MAAARO

Table des matières

L'industrie ovine ontarienne est encore à la recher-che du système de production optimal, ou de quelles races ou races croisées spécifiques pourraient rendre une entreprise d'élevage plus rentable et produire de nos jours un agneau de première qualité dans les conditions actuelles en Ontario. Les nouveaux arri-vants dans l'industrie ont le choix entre de nombreu-ses races mais peu de données objectives s'y rapportant. En conséquence, il importe pour les éle-veurs de formuler un solide plan d'affaires avant de choisir entre les races.

Pour commencer dans l'élevage des moutons, il faut d'abord déterminer quel système de production adop-ter et à quel produit du marché devrait se consacrer l'élevage, avant de choisir la ou les races de l'entreprise. Il est bien plus facile d'évaluer les res-sources agricoles d'une entreprise commerciale et de choisir un système de production, avant de déterminer quelle race de moutons peut convenir à ce système, que d'essayer d'adapter une race à un système de production auquel cette dernière n'était pas destinée au départ.

Systèmes de production

Les deux principaux programmes de production commerciale en Ontario sont l'agnelage de prin-temps annuel et l'agnelage accéléré.

Agnelage de printemps annuel

L'agnelage de printemps annuel est un programme d'élevage extensif à faible coût, basé sur un large trou-peau qui met bas au moment où les besoins alimentai-res les plus élevés sont comblés par les pâturages. Dans les entreprises d'agnelage de printemps annuel rentables :

  • l'agnelage se produit une fois l'an en avril ou en mai pour maximiser l'utilisation des pâturages, la performance reproductive et la fertilité des brebis;
  • le choix se porte plutôt sur des races rustiques ou des races croisées avec les caractères suivants :
    • aptitudes maternelles élevées;
    • excellentes aptitudes fourragères;
    • fécondité moyenne (pourcentage d'agnelage).

Agnelage accéléré

Ce programme d'agnelage est plus intensif et il est basé sur des brebis plus prolifiques et une production élevée, par le biais de la production d'agneaux de marché qui peut générer des revenus toute l'année. Les entreprises d'agnelage accéléré rentables :

  • reposent sur la mise bas de 3 à 5 fois par année, en vue de tirer avantage des meilleurs mois pour la conception et la fertilité des brebis et de maximiser l'usage des pâturages et des installations;
  • se fondent seulement sur des races prolifiques ou des races croisées avec les caractères suivants :
  • écondité élevée (pourcentage d'agnelage);
  • maturité précoce;
  • saison de reproduction prolongée.

Races communes

Les races les plus populaires mises à l'essai en Ontario par le programme d'évaluation génétique sont Polled Dorset (figure 1), Suffolk, Rideau Arcott et leurs croi-sements. Ces mêmes races sont les plus souvent enre-gistrées à la fois en Ontario et au Canada (tableau 1).

Figure 1: Brebis et agneau Dorset dans un pâturage.
Figure 1: Brebis et agneau Dorset

 

Tableau 1. Enregistrements des moutons
Race Ontario Canada
Nbre de moutons enregistrés % d'enregistrements Nbre de moutons enregistrés % d'enregistrements
Dorset
558
22,4
2 071
19,8
Hampshire
107
4,3
419
4,0
North Country Cheviot
162
6,5
485
4,6
Rideau Arcott
211
8,5
1 386
13,3
Romanov
0
0
1 075
10,3
Southdown
124
5,0
158
1,5
Suffolk
678
27,2
1 915
18,3
Texel
158
6,3
231
2,2
15 autres races
493
19,8
2 719
26,0
Total
2 491
100,0
10 459
100,0

Source : La société canadienne des éleveurs de moutons 2010

S'il choisit parmi les races communes pour consti-tuer son troupeau, l'éleveur bénéficie d'une plus grande disponibilité et de données plus précises sur les moyennes de rendement, c'est-à-dire plus d'animaux disponibles à l'achat, d'un plus grand choix d'éleveurs.

Performance de la race

Il importe de disposer de la bonne information rela-tivement à la performance prévue lors du choix des races et de la formulation du plan d'affaires. Le ta-bleau 2 donne l'information sur de nombreuses ra-ces. Rappelons que certaines races ne sont représentées dans un troupeau que par très peu de brebis. En conséquence, la performance indiquée pour les races avec peu de données peut ne pas reflé-ter avec exactitude la performance moyenne de la race.

Tableau 2. Performance moyenne par race pour 2011 - programme d'amélioration GenOvis
Races Nbre de brebis Nbre de naissances Nbre d'agnelages Naissances moyennes par agnelage Moyenne de sevrages par agnelage Poids moyen à la naissance
(kg)
Pds corr. moyen 50 jrs
(kg)
Pds corr. moyen 100 jrs
(kg)
GMQ moy. (kg) Nbre moyen agnelages/
brebis/an
Border Cheviot
32
50
32
1,56
1,50
4,3
21,2
35,7
0,28
1,00
Border Leicester
44
74
48
1,54
1,33
4,5
20,2
35,7
0,29
1,09
Canadian
283
537
308
1,74
1,56
5,6
27,1
39,8
0,25
1,09
Clun Forest
74
109
75
1,45
1,35
0,0
22,0
32,1
0,20
1,01
Charollais
80
153
84
1,82
1,68
5,0
26,8
46,8
0,40
1,05
Corriedale
10
14
10
1,40
1,40
5,2
28,4
44,7
0,31
1,00
Dorset-Horned
14
27
14
1,93
1,79
0,0
21,9
33,4
0,23
1,00
Dorper
139
251
168
1,49
1,34
3,9
20,0
35,7
0,30
1,21
Dorset-Polled
1 837
3 140
2,030
1,55
1,39
4,7
23,6
37,0
0,27
1,11
Finnish Landrace
32
89
37
2,41
2,19
3,1
21,6
36,2
0,29
1,16
Hampshire
325
542
361
1,50
1,32
5,1
26,0
45,1
0,37
1,11
Ile de France
103
178
112
1,59
1,44
4,4
25,2
41,4
0,31
1,09
Icelandic
100
178
100
1,78
1,68
3,9
19,1
29,8
0,22
1,00
Katahdin
34
58
34
1,71
1,50
4,2
19,0
39,0
0,38
1,00
North Country Cheviot
305
488
305
1,60
1,48
5,3
24,6
36,2
0,24
1,00
Oxford
8
13
8
1,63
1,63
5,9
23,2
43,9
0,41
1,00
Polypay
615
1 441
757
1,90
1,68
4,5
23,3
37,7
0,29
1,23
Rideau
4 082
10 522
4 507
2,33
1,90
3,8
22,5
38,9
0,33
1,10
Romanov
1 054
3 601
1 220
2,95
2,33
2,9
20,8
35,8
0,30
1,16
Shropshire
14
24
14
1,71
1,64
0,0
24,2
43,9
0,38
1,00
Suffolk
844
1 489
900
1,65
1,45
5,0
25,1
43,4
0,36
1,07
Tunis
9
11
9
1,22
0,89
5,6
20,5
27,3
0,14
1,00
Texel
243
349
243
1,44
1,31
4,6
23,8
34,1
0,20
1,00


Figure 2: Brebis Suffolk dans un pâturage

Figure 2. Brebis Suffolk.

Croisements

Un élevage de mouton commercial rentable doit pou-voir tirer avantage des croisements. Ces derniers aug-mentent l'efficacité de l'exploitation en croisant deux races qui montrent un mérite génétique élevé pour divers caractères. Les caractères maternels ou de re-production sont en général inversement proportionnels aux caractères de production et de conformation; un animal qui donne plus d'agneaux et plus de lait tend à être moins musculaire, avec une conversion alimentaire et une capacité d'engraissement plus faibles.

Il est difficile, sinon impossible, de produire un mouton qui possède à la fois des caractères mater-nels, des caractères de production ainsi que des ca-ractères de conformation exceptionnels. Il n'existe à peu près aucune race qui puisse produire autant de moutons par agnelage que la Romanov et être aussi musclée que la Texel. En conséquence, on recom-mande la sélection de brebis de race maternelle pour le troupeau de brebis, et d'accoupler ces brebis avec des béliers de race paternelle, qui introduisent d'excellents caractères de production et de confor-mation (figure 2).

Troupeau de brebis

En général, le troupeau de brebis devrait être consti-tué de brebis moyennes à petites avec de bons carac-tères de reproduction, plutôt que de grosses brebis qui engraissent vite. On maîtrise ainsi mieux le coût le plus important pour l'entreprise, celui des ali-ments. De grosses brebis coûtent plus cher à nourrir par année que des brebis plus petites.

Les échelles de poids approximatives sont :

  • petite : 50-65 kg (110-145 lb);
  • moyenne : 65-80 kg (145-175 lb);
  • grosse : 80+ kg (175+ lb).

Il faut planifier à l'avance pour maintenir le troupeau de brebis maternelles dans un programme de croi-sements. Utiliser des béliers de même race que les brebis pour obtenir des femelles de remplacement et conserver les avantages des croisements.

Exemples de races maternelles

Prolifique : Finn, Rideau, Polpay, Romanov, Outaouais
Rustique : North Country Cheviot, Border Leicester
Saison prolongée : Dorset, Finn, Rideau, Polypay, Romanov, Outaouais, Corriedale, Rambouillet, Columbia

Agneaux de marché

Le croisement peut servir à rajuster le taux de crois-sance et la taille des agneaux de marché. Choisir un géniteur pour compléter le troupeau de brebis et produire des agneaux avec de meilleurs caractères de conformité et d'indice de croissance pour le système de production et le marché cible souhaités.

L'Ontario possède un marché pour des agneaux de différentes classes de poids. Commercialiser les agneaux quand ils atteignent le niveau optimal de finition ou de gras de carcasse. La proportion de gras de carcasse est différente selon les races et le sexe mais elle est surtout affectée par le degré de maturité ou le pourcentage du poids adulte à l'abattage.

En 2002, Eric Bradford, Ph. D., de l'University of California a indiqué qu'il faut mettre en marché les agneaux à un maximum de 60 %-70 % du poids moyen des brebis adultes des races paternelles et maternelles pour éviter un excès de gras. L'American Sheep Industry Association définit l'agneau maigre comme ayant une épaisseur de gras dorsal au-dessus du muscle long dorsal entre les 12e et 13e côtes de 2,54-6,35 mm (0,10-0,25 po).

Le marché américain recherche des carcasses avec un peu plus de gras que les marchés ontariens. En conséquence, en Ontario il semble que 50 % du poids adulte conviendrait mieux.

Les tableaux 3 et 4 indiquent les poids d'abattage approximatifs selon le poids des brebis adultes de la race. Ces tableaux ont été élaborés à l'aide de don-nées sur des brebis et des agneaux châtrés de la race avec des régimes alimentaires à teneurs énergétiques relativement élevées. Le tableau 3 donne les poids en livres et le tableau 4 en kilogrammes.

 

Tableau 3. Poids d'abattage ciblés pour brebis et agneaux châtrés issus de géniteurs et de reproductrices de divers poids adultes (lb)
Poids de la brebis adulte (lb) Poids du géniteur adulte (lb)
240 230 220 210 200 190 180 170 160 150 140 130 120
240
120,0
117,5
115,0
112,5
110,0
107,5
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
230
117,5
115,0
112,5
110,0
107,5
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
220
115,0
112,5
110,0
107,5
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
210
112,5
110,0
107,5
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
200
110,0
107,5
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
190
107,5
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
180
105,0
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
170
102,5
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
72,5
160
100,0
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
72,5
70,0
150
97,5
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
72,5
70,0
67,5
140
95,0
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
72,5
70,0
67,5
65,0
130
92,5
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
72,5
70,0
67,5
65,0
62,5
120
90,0
87,5
85,0
82,5
80,0
77,5
75,0
72,5
70,0
67,5
65,0
62,5
60,0
Poids d'abattage ciblé = ([poids du géniteur adulte + poids de la brebis adulte]/2) x 0,50

 

Tableau 4. Poids d'abattage ciblé pour brebis et agneaux châtrés issus de géniteurs et de reproductrices de divers poids adultes (kg)
Poids de la brebis adulte (kg) Poids du géniteur adulte (kg)
110 105 100 95 90 85 80 75 70 65 60 55 50
110
55,0
53,8
52,5
51,3
50,0
48,8
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
105
53,8
52,5
51,3
50,0
48,8
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
100
52,5
51,3
50,0
48,8
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
95
51,3
50,0
48,8
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
90
50,0
48,8
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
85
48,8
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
80
47,5
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
75
46,3
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
31,3
70
45,0
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
31,3
30,0
65
43,8
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
31,3
30,0
28,8
60
42,5
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
31,3
30,0
28,8
27,5
55
41,3
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
31,3
30,0
28,8
27,5
26,3
50
40,0
38,8
37,5
36,3
35,0
33,8
32,5
31,3
30,0
28,8
27,5
26,3
25,0

Poids d'abattage ciblé = ([poids du géniteur adulte + poids de la brebis adulte]/2) x 0,50

 

Usage du tableau

Si le plan de production prévoit produire des ag-neaux de 90 lb pour le marché de l'agneau maigre (80-94 lb) et que vos brebis adultes ont un poids moyen de 160 lb, utiliser un bélier de race dont les brebis pèsent en moyenne 200 lb.

Estimations des poids moyens de brebis adultes de certaines races américaines

104,4 kg (230 lb) - Suffolk

95,3 kg (210 lb) - Hampshire

90,7 kg (200 lb) - Columbia

81,7 kg (180 lb) - Dorset, Lincoln, Oxford, Shropshire

77,1 kg (170 lb) - Border Leicester, Corriedale, Dorper, East Friesian, Montadale, Romney, Targhee

72,6 kg (160 lb) - North Country Cheviot, Polypay, Rambouillet, Texel

68 kg (150 lb) - Coopworth, Romanov, Southdown, Tunis

63,5 kg (140 lb) - Cheviot, Clun Forest, Finnsheep, Katahdin, Merino, Perendale, St. Croix

59 kg (130 lb) - Cheviot, Scottish Blackface

54,4 kg (120 lb) - Barbados, Karakul

49,9 kg (110 lb) - Jacob

40,8 kg (90 lb) - Shetland

Rappelons que la performance moyenne de la pro-géniture sera l'équivalent d'à peu près le rendement moyen des deux parents. Le taux de croissance des agneaux de marché peut être facilement amélioré avec un bélier de race paternelle de croissance ra-pide.

Par exemple, un troupeau de reproductrices de race Finn avec un taux de croissance moyen de 0,25 kg (0,55 lb)/jour croisé avec un bélier de race paternelle Suffolk dont le taux de croissance est de 0,50 kg (1,1 lb)/jour donnent une progéniture dont la crois-sance moyenne est de 0,375 kg (0,83 lb)/jour.

Exemples de races paternelles

Canadian, Charollais, Southdown, Texel, Oxford, Hampshire, Suffolk, Ile de France

Brebis de remplacement

Pour utiliser les croisements de façon efficace, il importe aussi de considérer comment produire les brebis de remplacement. Si elles sont produites à l'intérieur du troupeau, il ne faut pas garder les bre-bis issues du bélier de race paternelle. Pour obtenir des brebis à conserver dans le troupeau de reproduc-trices, l'éleveur choisira un bélier pour ses caractères de reproduction, s'assurant ainsi de conserver les caractères maternels. Autrement, ces caractères peu-vent se perdre de plus en plus avec le temps.

Par exemple, un troupeau de brebis Finn peut avoir 2,5 agneaux par agnelage et celui de brebis Suffolk une moyenne de 1,6 agneau par agnelage. Les brebis de remplacement adultes auraient en moyenne 2,05 agneaux par agnelage et une taille adulte plus grosse que le troupeau de race Finn. Après quelques géné-rations, le troupeau de reproductrices ne serait plus spécialisé et pourrait avoir des caractères maternels très différents de ceux prévus à l'origine.

Hétérosis

Le croisement résulte aussi en hétérosis - une aug-mentation de la performance de la progéniture com-parée à celles de la moyenne des parents. C'est donc à dire que, si un géniteur et une brebis, de races dif-férentes, gagnaient tous les deux 0,50 kg (1,1 lb)/jour, le gain moyen de la progéniture pour-rait être de 0,55 kg (1,2 lb)/jour.

Rappelons que si les deux races parentales ne sont pas similaires quant à la performance d'un caractère, le mouton ne sera pas mieux que les deux parents, il ne sera meilleur que la moyenne des deux parents.

Par exemple, le croisement d'une race avec un taux de croissance de 0,25 kg (0,55 lb)/jour avec une autre dont le taux de croissance est de 0,50 kg (1,1 lb)/jour pourrait donner des agneaux avec une moyenne de 0,40 kg (0,88 lb)/jour, ce qui est supé-rieur à la moyenne des parents (0,375 kg (0,83 lb)/jour). Dans la littérature, les effets positifs de l'hétérosis ont été rapportés de façon constante pour la survie avant le sevrage et les caractères de croissance. Peu de preuves attestent d'un effet d'hétérosis quant aux caractères de carcasse. Les rares effets d'hétérosis sur les divers caractères quand on utilise des agneaux croisés s'accumulent et peuvent conduire à d'importantes différences dans la productivité globale.

Conclusions

Il est de toute première importance de formuler votre plan d'affaires de l'entreprise agricole et de choisir votre système de production avant de décider quelle race ou quelles races de moutons conviendront le mieux à votre exploitation. La meilleure race de brebis sera celle de petite à moyenne taille qui peut produire de la façon la plus efficace selon votre sys-tème de production. Le système le plus efficace tire avantage du croisement et utilise une race de géni-teur pour produire des agnelles de remplacement pour le troupeau, et une race différente de géniteur pour produire des agneaux de marché.

Références

Bradford, G.E. 2002. Relationships Among Traits: Growth Rate, Mature Size, Carcass Composition and Reproduction. Sheep and Goat Research Journal 17:38-41.

Leymaster, K.A. 2002. Fundamental Aspects of Crossbreeding of Sheep: Use of Breed Diversity to Improve Efficiency of Meat Production. Sheep and Goat Research Journal 17:50-59.

Thomas, David L. Breeds of Sheep in the U.S. and Their Uses in Production. Article. 23 décembre 2008.