Comment éviter les pertes de production dues au stress thermique chez les porcs


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 440/10
Date de publication : Novembre 2017
Commande no. 17-040
Dernière révision : Novembre 2017
Situation :
Rédacteur : Jaydee Smith, spécialiste de la production porcine, MAAARO, et par Laura Eastwood, spécialiste de la production porcine, MAAARO

Version PDF - 344 KB

Dans le cadre de la prestation d'un service à la clientèle accessible, veuillez envoyer un courriel à Centre d'information agricole (ag.info.omafra@ontario.ca) si vous avez besoin de supports de communication ou de formats alternatifs de cette publication.

Table des matières

Introduction

Les longs jours chauds et humides de l'été peuvent être une source de stress thermique dans les exploitations porcines. Selon une étude publiée en 2003 par l'Université de l'État de l'Ohio, le stress thermique (dû à la chaleur) coûte environ 300 millions de dollars par année à l'industrie porcine des États-Unis.

Bien que les porcs soient habituellement élevés dans des installations où les conditions environnementales sont contrôlées, il n'est pas toujours possible d'éviter les températures élevées dans les porcheries. Des températures supérieures à 23 °C peuvent avoir des conséquences néfastes sur la performance des animaux. Dans les cas extrêmes, le stress thermique chez les porcs peut même être fatal. Que ce soit pour des questions de bien-être animal ou pour des raisons économiques, il est justifié de prendre des mesures pour réduire l'effet des températures élevées sur les porcs.

Quand et comment survient le stress thermique?

Les porcs peuvent être victimes de stress thermique lorsque la température ambiante s'élève au point où le métabolisme de l'animal produit plus de chaleur, ou que ce dernier reçoit plus de chaleur de son environnement que son organisme en dégage dans le milieu ambiant.

Le stress thermique est préoccupant chez les porcs, car ces derniers ne possèdent pas de glandes sudoripares fonctionnelles pour les aider à réguler leur chaleur corporelle. Les porcs évacuent la chaleur dans le milieu environnant par conduction, rayonnement thermal, convection et évaporation de manière à maintenir une température corporelle optimale. Si la température et l'humidité relative sont trop élevées, les porcs ne sont plus en mesure de conserver leur température corporelle optimale.

La figure 1 montre les différents indices de stress thermique, applicables aux porcs d'engraissement-finition, qui ont été établis en fonction de la température et de l'humidité relative. Ces indices peuvent être utilisés pour évaluer les risques auxquels sont exposés les porcs sous différentes conditions.

Les indices correspondent aux carrés bleus dans le bas de la figure, aux carrés jaune pâle au-dessus, aux carrés beiges un peu plus haut et aux carrés rouges à l'extrémité supérieure. Aucun stress thermique correspond aux carrés bleus. Alerte correspond aux carrés jaunes. Danger correspond aux carrés beiges et Urgence, aux carrés rouges. Les différents pourcentages d'humidité relative sont écrits dans le haut, en commençant par 40 % à gauche et en augmentant de 5 % à chaque colonne pour atteindre 100 % à l'extrême droite. Les températures ambiantes sont données dans la colonne de gauche en commençant par 21 0C dans le bas à 21 0C et en augmentant de 1 degré centigrade par ligne jusqu'à 35 dans le haut.

Figure 1. Indice de stress thermique pour des porcs d'engraissement-finition. Adapté de H. Xin et J. Harmon, 1998.

Texte

Sous des conditions de stress, l'objectif est de minimiser le transfert de chaleur du milieu ambiant vers l'animal et de maximiser le transfert de chaleur de l'animal vers le milieu ambiant. La première étape pour aider les porcs à supporter un environnement chaud et humide consiste à reconnaître la possibilité d'un stress thermique chez les porcs ou le fait que ces derniers subissent un tel stress.

Signes de stress thermique

  • Inconfort ou détresse manifeste : les porcs sont étendus loin des autres, et leur corps est étiré;
  • Changement dans la consistance des déjections : les planchers des enclos deviennent humides et souillés;
  • Augmentation de la consommation d'eau;
  • Réduction notable de l'activité dans les enclos : les porcs sont lents et léthargiques;
  • Tremblement des muscles;
  • Chute rapide de la consommation alimentaire et diminution des gains de poids;
  • Rythme respiratoire très élevé (halètement).

Adaptation au stress thermique

Les porcs vont tenter d'accroître la dissipation de chaleur et de diminuer leur production de chaleur corporelle. Recommandations pour favoriser ce processus :

  • Veiller à ce que les porcs aient accès à volonté à une bonne quantité d'eau potable propre.
  • Installer un système de gicleur ou de brumisateur avec minuterie qui se déclenche en fonction de la température ambiante dans le cas des porcs logés en groupe (truies, porcs d'engraissement-finition). Les gicleurs doivent s'activer durant une à deux minutes toutes les 20 à 30 minutes afin de permettre à l'humidité de s'évaporer de la peau des porcs avant que le processus redémarre. Les plus grosses gouttelettes sont plus efficaces que la fine bruine.
  • Mettre en place un système de refroidissement goutte à goutte ou des coussins de refroidissement pour les truies en logement individuel.
  • S'assurer que le taux de renouvellement de l'air est approprié aux dimensions de la salle et au poids des porcs (tableau 1).
  • Ne pas surpeupler les enclos. Ceux-ci doivent être d'une superficie suffisante pour que tous les porcs qui s'y trouvent puissent s'étendre sans se toucher tout en ayant accès aux mangeoires, aux abreuvoirs et aux aires de déjection sans piler sur leurs congénères.
  • Travailler de concert avec le spécialiste en nutrition animale en vue de reformuler des rations plus riches en éléments nutritifs durant les périodes de température chaude.
  • Lorsque les porcs sont nourris à des moments prédéterminés, varier l'heure à laquelle la plus grande partie de l'alimentation est offerte. La distribution de la majorité des aliments durant les heures plus fraîches de la journée atténuera la diminution de la consommation.

Tableau 1.Taux de renouvellement d'air recommandés par le MAAARO

Type d'élevage
Taux de renouvellement d'air/animal
Temps froid
Temps douxa
Truies reproductrices et gestantes
10 pi3/min
200 pi3/min
Truies à la maternité et portées
15 pi3/min
400 pi3/min
Porcelets en pouponnière, 4-25 kg
1,0-3,0b pi3/min
15-35c pi3/min
Porcs d'engraissement, 25-60 kg
4,0-6,0 pi3/min
50-70 pi3/min
Porcs de finition, 60-120 kg
6,0-8,0 pi3/min
70-90 pi3/min

a Le taux de renouvellement d'air applicable à la ventilation estivale peut devoir être haussé à 1/minute durant les fortes chaleurs de l'été pour les porcs plus lourds.
b Pour une qualité d'air suffisamment bonne, il peut être nécessaire de hausser ce taux de renouvellement d'air minimal de manière à garantir au moins 3 ou 4 renouvellements d'air par heure.
c Limiter le taux maximal de renouvellement d'air durant l'été à 1/minute dans les bâtiments abritant des animaux sensibles.

Source : Manuel de ventilation des installations d'élevage de bétail et de volaille, Publ. 833F, MAAARO.

Il est important de repérer quand la température et l'humidité peuvent accroître le risque de stress thermique chez les porcs. En constatant que les porcs sont soumis à un tel stress, et en sachant les aider à s'y adapter, on peut prévenir ou réduire les pertes de production durant les périodes de forte chaleur.

Préparatifs

On ne peut rien faire pour modifier les conditions climatiques. Il est donc important de se préparer et de se doter de stratégies pour affronter les températures chaudes lorsqu'elles surviennent.

Les décès dus au stress thermique sont la plupart du temps attribuables à des pannes de courant dans les porcheries qui ne sont pas pourvues de dispositifs d'alimentation électrique de rechange ou de plan d'urgence. Tester chaque mois les génératrices d'urgence et les alarmes signalant les pannes de courant dans les porcheries avec ventilateurs. Vérifier le déclenchement des portes antipanique ou des rideaux de ventilation dans les porcheries ventilées naturellement. L'accumulation de chaleur dans les porcheries non ventilées peut causer des décès chez les porcs en toute saison.

Transport

Le transport peut être une source de stress thermique entraînant d'éventuels décès chez les porcs, en toute saison. Les producteurs peuvent atténuer ce risque en suivant les consignes ci-dessous :

  • Charger des groupes de moins de cinq porcs à la fois.
  • Planifier le transport pour qu'il se fasse tôt le matin ou la nuit durant l'été.
  • Charger moins de porcs par lot, les jours chauds et humides, en respectant les directives de l'Ontario Pork sur les densités de chargement (Loading Density Guidelines).
  • Utiliser des copeaux humides lorsque la température est supérieure à 15 °C; ne pas se servir de paille.
  • Asperger les porcs d'eau à l'aide d'un brumisateur ou d'un pulvérisateur avant le chargement, lorsque la température dépasse 27 °C.
  • Ne pas verser de grandes quantités d'eau froide sur un porc qui est sous l'effet d'un coup de chaleur.
  • Charger et décharger rapidement le camion pour éviter l'accumulation de chaleur.

Application « Stress dû à la chaleur chez le bétail et la volaille » du MAAARO

Entrer la température et l'humidité relative sur un téléphone intelligent Blackberry ou Android afin d'évaluer rapidement et facilement les risques de stress thermique grâce à l'application «Stress dû à la chaleur chez le bétail et la volaille». L'application suggère aussi des mesures à prendre pour réduire le stress thermique en vue de maintenir la consommation d'aliments et la productivité.

On peut télécharger gratuitement l'application « Stress dû à la chaleur chez le bétail et la volaille » à partir de Blackberry World ou de Google Play. L'application est offerte en anglais, en français et en espagnol.

Références

  • Programme TQA du National Pork Board
  • Loading Density Guidelines. www.ontariopork.on.ca. Sous « Industry - Resources -Transportation ».
  • St-Pierre, N.R., B. Cobanov et G. Schnitkey. « Economic Losses from Heat Stress by U.S. Livestock Industries », dans J. Dairy Sci. 86 : E52-E77, 2003.
  • University of Minnesota PorkBridge Educational Series
  • Manuel de ventilation des installations d'élevage de bétail et de volaille. Publ. 833F, MAAARO.
  • Xin, H. et J. Harmon, Livestock Industry Facilities and Environment: Heat Stress Indices for Livestock. Iowa State University, 1998.

La présente fiche technique a été rédigée par Jaydee Smith, spécialiste de la production porcine, MAAARO, Ridgetown, et par Laura Eastwood, spécialiste de la production porcine, MAAARO, Stratford.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca