Mesures d'intervention à l'intention des entreprises de transformation sous contrôle fédéral qui sont touchées par le virus de la DEP

Ces renseignements ont été transmis lors d'une séance de planification tenue le 1 février 2014 sur les mesures de nettoyage et de désinfection que doivent prendre les transformateurs de porc de l'Ontario pour lutter contre la diarrhée épidémique porcine.

Principaux points à rappeler

  • Les enjeux sont grands!
  • La situation est grave pour nos fournisseurs et pour nous.
  • Les mesures que nous adoptons maintenant influeront sur la propagation et les répercussions économiques à long terme de cette maladie.
  • Le virus de la DEP n'est pas un problème de salubrité alimentaire pour les humains.
  • Il n'attaque que les porcs, bien que d'autres espèces puissent physiquement contribuer à sa propagation.

Notre engagement

  • Les usines inspectées par le gouvernement fédéral recevront des porcs que l'on sait atteints par le virus de la DEP, tant que ceux-ci ne montrent aucun signe clinique de la maladie au moment de l'abattage.
  • Nous exigerons que ces porcs soient livrés à des heures précises afin de permettre le nettoyage et la désinfection de nos installations, avant la livraison d'autres porcs.
  • Les producteurs qui ont obtenu des résultats positifs pour leurs porcs ne feront l'objet d'aucune discrimination, et nous collaborerons pleinement avec Ontario Pork, le MAAO et les producteurs.

Objectif des mesures de biosécurité

  • Notre but est de nous assurer que les camions passant par nos usines n'en sortent pas dans un pire état que celui dans lequel ils sont arrivés. Autrement dit, un camion non infecté à son arrivée doit repartir sans le virus.
  • Nous ne pouvons contrôler toute infection éventuelle par le virus de la DEP dans notre usine, et c'est pourquoi chaque aire de nos installations doit être examinée comme si elle pouvait être contaminée. Les locaux et les couloirs ne font pas exception.
  • Nous devons partir du principe que chaque camion peut porter le virus.
  • Pour le moment, nous pensons que peu de camions peuvent porter le virus, mais nous ignorons lesquels tant qu'ils n'ont pas été déchargés. Des tests doivent être effectués, et il faut parfois attendre jusqu'à 36 heures pour obtenir les résultats.

Tests visant les camions

  • Nous nous attendons à ce que des tests soient effectués pour chaque camion après le déchargement. Ainsi, nous pourrons identifier les nouveaux cas d'infection par le virus de la DEP.
  • Les résultats des tests peuvent être retournés rapidement, de façon à permettre aux producteurs d'apporter les mesures appropriées en matière de biosécurité.
  • À ce stade-ci de l'éclosion, des efforts intenses pourraient suffire à contenir la propagation.
  • Le virus de la DEP ne perd pas sa viabilité rapidement. Il faut attendre des semaines, voire des mois, par temps froid.

Voir la biosécurité autrement

  • Prenons l'exemple de la peinture fraîche.
  • Pensons à deux zones… L'une, verte, est propre et l'autre vient d'être peinte en rouge.
  • Mettons en « vert » les tracteurs et remorques transportant des porcs.
  • Imaginons que tout le reste, à l'intérieur et autour de l'usine de transformation, est recouvert d'une peinture rouge encore fraîche.
  • Ainsi, toutes les zones sont recouvertes d'une couche rouge encore fraîche : les aires autour des rampes de chargement, la réception, les voies d'accès, les allées, les quais de chargement, les coins-repas, les toilettes, les abattoirs, etc.
  • Votre but est de garder entièrement « vert » le secteur qui l'était au départ, sans qu'aucune trace de peinture rouge le tache.

Quai de chargement dans une usine

Il est important de garder intact le contenu « vert » de la remorque.

Figure 1. Il est important de garder intact le contenu « vert » de la remorque.

Texte équivalent

Dans notre exemple, les aires en rouge ou en rose sont contaminées et doivent être protégées lorsqu'on les traverse.

Les flèches indiquent les endroits qu'il faut absolument éviter de contaminer par des déplacements.

Comment éviter la propagation du rouge

  • Porter des bottes spéciales dans les aires en « rouge », et en mettre une autre paire lorsqu'on se rend dans celles en « vert ».
  • Le plan est bon, mais il suffit d'un pas dans la peinture rouge avec une botte réservée à l'aire « verte » pour entraîner une contamination.
  • Le trempage n'est pas efficace pour nettoyer des bottes « rouges ». Il faut éviter tout contact avec la peinture fraîche rouge.
  • Le rouge peut aussi se retrouver sur les palettes et les panneaux de séparation.
  • Il est important de garder intact le contenu « vert » de la remorque.

Mise en œuvre des procédures dans les usines sous contrôle fédéral

  • Chaque usine a introduit des procédures spéciales, et celles-ci seront adaptées en fonction de l'évolution de la situation.
  • Ces procédures, qui varient d'une usine à l'autre, peuvent inclure :
    • La remise de bottes réservées pour l'usine à la passerelle que doivent franchir les camions à leur arrivée et l'obligation pour les conducteurs de demeurer dans leur cabine jusqu'à la réception des bottes spéciales, qu'ils porteront pour se déplacer.
    • Ces bottes doivent être portées pendant les déplacements à pied dans la cour, au bureau ou au quai de chargement de l'usine (les « zones peintes en rouge »). L'usine devra consacrer des ressources supplémentaires pour la gestion des bottes réservées aux déplacements.
    • Les conducteurs doivent apporter un bac de manutention qui contiendra les bottes. Ce bac doit être aussi propre que l'intérieur de la remorque dont ils livrent le contenu.
    • Chaque conducteur doit mettre ses bottes propres lorsqu'il entre dans la remorque. Les bottes propres, « vertes », ne doivent jamais entrer en contact avec une aire « rouge ». Si le conducteur doit quitter la remorque, quelle que soit la raison, il doit remettre les bottes « rouges »laissées sur le quai.
    • Il n'est peut-être pas possible de suivre cette procédure dans toutes les usines, et il peut en résulter des retards.

Précisions

  • Les conducteurs doivent ranger les panneaux de séparation, les palettes, etc., à l'intérieur de la remorque. Aucun équipement fourni par l'usine ne doit pénétrer dans la remorque « verte ».
  • Les conducteurs et le personnel à la réception de l'usine doivent s'assurer qu'aucun animal ne quitte le quai pour revenir dans la remorque.
  • Les employés de l'usine et les inspecteurs ne doivent jamais entrer dans la remorque, sauf s'ils ont revêtu une combinaison de travail propre et mis des bottes préalablement nettoyées et désinfectées (pas de bottes « rouges »). Des combinaisons jetables devraient être utilisées pour éviter la réutilisation de combinaisons « enduites de rouge »plus tard.
  • À leur retour dans la cabine de leur camion, les conducteurs doivent retirer leurs bottes « rouges » et remettre celles qu'ils portaient pour conduire avant de franchir la passerelle. Ils doivent penser que la voie d'accès ainsi que la cour sont contaminées, comme si elles étaient encore recouvertes d'une peinture rouge fraîche. D'autres aires peuvent contenir du « rouge », par exemple les restaurants que fréquentent les conducteurs de bétail.

Autres précisions

  • Toutes les usines doivent prévoir un nettoyage quotidien ainsi que la désinfection des aires de réception et de déchargement.
  • Au moins une usine installera des treuils pour extraire les cadavres ou les porcs euthanasiés des camions.
  • Aucun visiteur n'a le droit de pénétrer dans une porcherie, ni de se déplacer autour.
  • Les restrictions relatives aux déplacements et la politique sur les bottes que doivent porter le personnel et les inspecteurs de l'ACIA seront introduites si ce n'est déjà le cas.
  • Les usines étudient la possibilité de recourir à des systèmes d'entrée différents (modèle danois) et à des mécanismes de nettoyage rapides de la surface des quai

Dernières réflexions

  • Si tous déploient des efforts héroïques, nous pourrons peut-être contenir cette maladie.
  • Chacun de nous doit contribuer en se montrant attentif aux moindres détails régissant la biosécurité.
  • Merci à tous les premiers répondants qui ont fait leurs devoirs et ont travaillé avec ardeur, sans relâche, ces deux dernières semaines.

Auteur : Dan Cohoe, Quality Meat Packers
Date de création : 14 février 2014
Dernière révision : 16 février 2016

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca