Nourrir son troupeau

Les porcheries de naissage, qui doivent toujours composer avec les récoltes de qualité médiocre de 2009, recherchent des moyens d'améliorer le rendement des truies et la qualité de leurs porcelets sevrés.

Faute de nouveaux aliments de qualité, il reste à décrire toutes les mesures qu'un exploitant de porcherie de naissage pourrait envisager.

Je vous suggère pour commencer de consulter votre fournisseur d'aliments ou de prémélanges ou votre nutritionniste sur la possibilité de vous procurer des aliments non traditionnels. Les pois et le blé ne sont pas d'usage courant en Ontario, mais vous pourriez peut-être en obtenir. Demandez s'il est possible d'obtenir du blé et à quel prix. Il pourrait être raisonnable d'en ajouter une quantité limitée aux grains dont vous disposez déjà pour améliorer le rendement des animaux. Il faut ensuite déterminer quels aliments donner à chaque animal. Au départ, vous pourriez donner les aliments de la meilleure qualité possible aux truies en fin de gestation et en lactation et jusqu'à 28 jours après l'accouplement. Vous contribuerez ainsi à accroître le poids à la naissance, à améliorer la production de lait et à augmenter idéalement le poids au sevrage. Une meilleure alimentation des truies pendant le sevrage et l'accouplement permettrait d'obtenir un meilleur taux d'ovulation et de maintenir ainsi la taille des portées. Elle permettrait aussi de porter l'état corporel des truies à un niveau acceptable, favorisant ainsi le développement des embryons.

Il est temps également d'acheter ou de produire des rations complémentaires et des rations de sevrage de la meilleure qualité que vous puissiez formuler. En outre, vous devriez suivre toutes les procédures connues sur la façon de servir les aliments complémentaires afin d'en favoriser une ingestion précoce et continue. En général, commencez à en donner vers 10 jours. Mettez-en seulement une petite quantité dans une mangeoire, que vous remplissez ou dont vous remplacez le contenu plusieurs fois par jour. Veillez à ce qu'elle soit propre et sèche. Certaines portées refuseront d'en manger avant l'âge de 12 à 15 jours. Pour encourager les porcelets à en consommer, certains producteurs ont jugé bon d'ajouter de l'eau chaude et de former une pâte. Cette méthode exige toutefois une attention particulière, notamment par souci d'hygiène. L'objectif est d'accroître la consommation d'aliments du porcelet afin que les truies n'aient pas à produire autant de lait. Lorsque la portée a commencé à prendre des aliments solides, vous pouvez passer à des aliments de démarrage moins coûteux, à raison d'un tiers de nouveaux aliments et de deux tiers de vieux aliments pour commencer, en modifiant le mélange sur une période de plusieurs jours jusqu'à ce que vous n'utilisiez que les nouveaux aliments. Après le sevrage, continuez de donner des aliments de bonne qualité jusqu'à ce que les animaux parviennent à un poids d'environ 25 kg. C'est généralement à ce poids qu'ils passent à la finition, et ils ont alors la taille et la capacité intestinale nécessaires pour consommer les aliments que vous avez à votre disposition.

Les données des porcheries et les dates et poids d'expédition donnent à penser que certains troupeaux mettent deux ou trois semaines de plus à atteindre le poids marchand. Un certain nombre de producteurs soutiennent qu'en ce qui concerne le maïs à faible poids au boisseau, l'important est de donner à l'animal un poids suffisant d'éléments nutritifs pour qu'il atteigne son plein rendement. D'autres producteurs ont eu un problème de moisissures, qui fait en sorte que les animaux refusent de s'alimenter. Il serait donc bon pour les producteurs de recourir aux ressources de leurs fournisseurs pour vérifier si les grains contiennent des moisissures et déterminer leur teneur en éléments nutritifs. Les prémélanges et aliments peuvent être formulés de façon à procurer la meilleure alimentation possible avec les grains dont vous disposez. Les années où le maïs était de mauvaise qualité, certains producteurs ont jugé bon de rehausser le taux d'inclusion de protéines, de vitamines et de minéraux. Ce serait aussi le bon moment d'envisager d'ajouter du gras ou de l'huile aux rations, si cela peut se révéler utile pour les animaux en question.

Nous sommes actuellement à environ 90 jours de nouvelles récoltes de grains en Amérique du Nord. Les producteurs devraient envisager d'en acheter et de les mélanger aux grains stockés jusqu'à ce que l'ancienne récolte soit épuisée. En général, plus l'animal est gros et vieux, plus il est en mesure de composer avec une alimentation de moins bonne qualité.

Ce site sera disponible en français bientôt. Nous nous excusons de cet inconvénient. Pour tout renseignement sur ce site, veuillez vous adresser : Centre d'information agricole au ag.info.omafra@ontario.ca.


Auteur : Ed Barrie, spécialiste des truies et des porcelets sevrés/OMAFRA
Date de création : 05 novembre 2010
Dernière révision : 05 novembre 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca