Les morsures de la queue

Toute personne qui a déjà pénétré dans un enclos de porcs a pu se rendre compte à quel point ces animaux sont curieux, comment ils se servent de leur bouche pour explorer leur environnement et qu'ils ont tendance à beaucoup mâchouiller.Cette attitude peut toutefois poser des problèmes lorsque les animaux présentent des signes de morsures de queue.Ce comportement peut survenir sans cause apparente, parmi un ou deux porcs ou tout un enclos.On peut soit remédier à la situation en coupant simplement la queue des porcs qui subissent les morsures, mais le problème est parfois très complexe sans que l'on connaisse la cause ni de solutions. Certains enclos ne présentent aucun cas de morsures alors que dans d'autres cas, le problème est constant.

Les morsures de la queue peuvent se révéler très coûteuses dans une exploitation porcine et il n'y a pas de solution garantie pour prévenir ce problème ou y mettre fin.Le docteurMark Whitney, de l'Université du Minnesota, dans le cadre d'une série éducative intitulée « Pork-Bridge », a présenté un atelier sur le sujet.Voici les points saillants et les recommandations issues de cette présentation.

Contexte

  • Les porcs ont naturellement tendance à saisir des objets avec leur bouche et à les mâchouiller simplement pour explorer leur environnement.
  • La recherche a montré que les porcs sont attirés par la vue et le goût du sang. Si une morsure accidentelle fait jaillir du sang à la queue d'un porc, la blessure peut infecter le porc responsable de la morsure et, en l'absence de traitement, l'infection peut se répandre.
  • Les morsures de la queue coûtent cher à l'industrie porcine en raison despertes de productivité, des infections primaires et secondaires qui y sont associées, des décès et des carcasses condamnées.
  • Des études montrent qu'il existe un lien entre les morsures de la queue et les lésions pathologiques et condamnations dans les abattoirs.
  • Les comportements agressifs excessifs chez des porcs ont été répertoriés par BPEXau Royaume-Uni. Les morsures de la queue constituent le plus important problème en matière de comportement agressif.

Les causes

  • En présence de telles morsures, les producteurs doivent envisager tous les causes et déclencheurs possibles.
  • De nombreux facteurs peuvent être en cause, y compris l'environnement, le régime alimentaire ou des pratiques d'élevage auxquelles le porc réagit mal.
  • Il peut s'agir d'un cas isolé dans un enclos ou d'un problème répandu sans qu'on puisse identifier le porc responsable ni trouver la cause exacte.
  • Les conseils d'un vétérinaire sont indispensables pour aider à résoudre le problème.

Contexte

  • Les porcs ont naturellement tendance à saisir des objets avec leur bouche et à les mâchouiller simplement pour explorer leur environnement.
  • La recherche a montré que les porcs sont attirés par la vue et le goût du sang.Si une morsure accidentelle fait jaillir du sang à la queue d'un porc, la blessure peut infecter le porc responsable de la morsure et, en l'absence de traitement, l'infection peut se répandre.
  • Les morsures de la queue coûtent cher à l'industrie porcine en raison despertes de productivité, des infections primaires et secondaires qui y sont associées, des décès et des carcasses condamnées.
  • Des études montrent qu'il existe un lien entre les morsures de la queue et les lésions pathologiques et condamnations dans les abattoirs.
  • Les comportements agressifs excessifs chez des porcs ont été répertoriés par BPEXau Royaume-Uni. Les morsures de la queue constituent le plus important problème en matière de comportement agressif.

Les causes

  • En présence de telles morsures, les producteurs doivent envisager tous les causes et déclencheurs possibles.
  • De nombreux facteurs peuvent être en cause, y compris l'environnement, le régime alimentaire ou des pratiques d'élevage auxquelles le porc réagit mal.
  • Il peut s'agir d'un cas isolé dans un enclos ou d'un problème répandu sans qu'on puisse identifier le porc responsable ni trouver la cause exacte.
  • Les conseils d'un vétérinaire sont indispensables pour aider à résoudre le problème.

Déclencheurs des morsures de la queue

  • La curiosité et le comportement
  • Le type de système de production
  • Le protocole sur l'amputation de la queue
  • Le stress

La curiosité et le comportement

  • Les porcs qui mordent la queue de leurs congénères parce qu'ils ne peuvent pas satisfaire leur besoin d'explorer normalement leur environnement en utilisant leur bouche sont donc responsables des saignements de queue des autres porcs.
  • L'attirance pour le sang peut accroître la fréquence des morsures.
  • Certaines lignées génétiques ont tendance à manifester davantage cette tendance.
  • La recherche a montré aussi des différences d'attitude à cet égard selon le sexe, les mâles castrés présentant des morsures de queue 2,5 fois plus souvent que les cochettes.On pense que cela peut être dû au fait que les cochettes se retournent pour faire face aux nouveaux porcs dans l'enclos ou affronter les situations délicates, alors que les mâles castrés fuient les nouveaux venus ou les situations inquiétantes, exposant ainsi leur postérieur.

Le type de système de production

  • Des recherches britanniques ont évalué le pourcentage des porcs victimes de morsures de la queue dans différents systèmes de production utilisant de la paille ou des lattes, avec logement à l'intérieur ou dehors, dans des exploitations de naissage-finition, de sevrage-finition ou de finition.
  • Les porcs élevés sur de la paille présentaient le plus faible pourcentage de morsures comparativement aux porcs élevés sur caillebotis (0,4 % versus 2,1%).
  • La fréquence des morsures était 50 % plus élevée chez les porcs élevés à l'intérieur que chez les porcs élevés à l'extérieur (1,7 % versus 1,2 %).
  • Lenombre d'incidents était plus élevé dans les exploitations de finition, soit 1,6 %, contre 1,1 % dans les porcheries de naissage-finition et 0,9 % dans les pouponnières.
  • La paille aide à réduire les morsures de la queue en donnant aux porcs quelque chose à mâchouiller, mais elle n'est pas efficace dans la plupart des exploitations qui utilisent un caillebotis partiel ou total.

L'amputation de la queue

  • L'amputation de la queue constitue la meilleure méthode de réduire les morsures de la queue.On risque de se retrouver avec plus de problèmes de morsures, lorsque les queues sont gardées longues ou mal amputées. La dernière partie de la queue est moins sensible au toucher, et il est donc possibleque le porc ne ressente pas qu'un congénère mâchouille sa queue et ne cherche donc pas à fuir.
  • La longueur du bout de queue amputé doit être uniforme;on a signalé que dans le cas contraire, on observait parfois plus de problèmes de morsures dans le troupeau.
  • Lorsque les porcelets sont destinés à être abattus, on doit amputer les 2/3 de la queue pour laisser le 1/3.

Le stress

  • Tout facteur susceptible d'augmenter le stress chez un porc ou un groupe de porcs peut entraîner des morsures de la queue:

Densité de peuplement

  • Une densité élevée de peuplement ou un surpeuplement accroissent la compétition pour la nourriture, l'eau et l'espace dans l'enclos.Un espace réduit entre les mangeoires et les abreuvoirs peut entraîner des morsures au postérieur des animaux lorsque les porcs tentent d'y avoir accès.
  • Le manque d'espace dans l'enclos empêchant les porcs des'étendre ou de fuir le danger ou le fait de devoir piétiner d'autres porcs pour se rendre à la mangeoire ou à l'abreuvoir, ou une mauvaise conception des enclos ou un mauvais aménagement des mangeoires peut causer des problèmes.
  • Des recherches canadiennes ont monté que la taille du groupe de porcs a un effet sur les morsures, les enclos de dimensions moyennes (entre 20 et 40 porcs)présentant un taux de morsures plus élevé que les enclos plus petits ou plus grands.Cela est attribuable à la hiérarchie qui est plus difficile à définir dans les enclos de taille moyenne. En gros, il est préférable de respecter la superficie recommandée en fonction de la taille des porcs.

Variation de température

  • La chaleur ou le froid excessifs peuvent déclencher les mordillements.Une ventilation adéquate ou un apport complémentaire de chaleur en hiver ou la mise en place de brumisateurs durant les chaleurs de l'été peuvent être utiles.
  • Une mauvaise ventilation et la présence de courants d'air peuvent provoquer l'empilement des porcs, un excès d'humidité, une accumulation de poussière, une piètre qualité de l'airou le dégagement de gaz nocifs qui peuvent provoquer les morsures de la queue.

Nutrition

  • De nos jours, les rations des porcs sont équilibrées, mais l'alimentation peut aussi être une source de stress. Le fournisseur de moulée peut conseiller les producteurs à ce sujet.
  • Des aliments de qualité médiocre ou des périodes sans nourriture peuvent déclencher un comportement de mordillement de la queue.

Cofacteurs de santé

  • Tout trouble de santé au sein du troupeau comme la présence ou une éclosion de SRRP peut hausser le niveau de stress et accroître l'agressivité des porcs.
  • La dermite exsudative ou l'eczéma séborrhéique du porc peut causer des lésions sur la queue qui incitent les autres porcs à mordre ou à mâchouiller.
  • Les maladies diarrhéiques incitent les porcs à se déplacer davantage; leur queue est plus active, ce qui attire l'attention des autres.

Éclairage

  • L'éclairage peut être un facteur déclenchant et ne doit pas être trop faible ni trop fort.Le degré recommandé est de 60 lux.Si l'éclairage est trop intense et qu'il y aun problème de morsure, les porcs seront attirés davantage par la couleur du sang.
  • Il doit y avoir au moins six heures d'obscurité par jour dans les porcheries, ce qui aide à réduire les comportements agressifs excessifs chez les porcs.

Le traitement des morsures de la queue

  • Identifier avec un marqueur tout porc soupçonné de mordre ses congénères et le retirer de l'enclos si cela se confirme.
  • Retirer de l'enclos ou soigner immédiatement tout porc victime de morsure.
  • Tenter d'empêcher que les autres porcs soient mordus.
  • Utiliser si possible des vaporisateurs anti-morsure.
  • Appliquer du goudron de Stockholm ou un produit similaire sur la région mordillée.
  • Consulter le vétérinaire au sujet des produits permettant de réduire l'infection sur les queues mordues.
  • Les morsures de queue peuvent être dues à de nombreux facteurs.
  • Examiner tout ce qui pourrait être une source de stress ou de comportements déviantspour les porcs.

Dans l'ensemble, il faut s'assurer de répondre aux besoins biologiques des porcs et de réduire le stress au minimum.Tenter de repérer les problèmes, de les atténuer et d'intervenir rapidement à tout facteur susceptible de déclencher un comportement de mordillement, avant que cela ne se produise.Il peut être utile de mettre des objets d'enrichissement dans les enclos, mais il faut le faire avant que les morsures deviennent un problème.

Note: Le programme PorkBridgeest commandité par l'Université du Minnesota, l'Université du Dakota Sud, l'Université de l'Iowa, l'Université du Nebraska et l'Université de l'Ohio.La série éducative, « PorkBridge », offre aux propriétaires d'exploitations porcines, aux gérants et aux employés la possibilité d'améliorer leurs connaissanceset leurs habiletés dans les exploitations de croissance-finition, sans avoir à renoncer au confort de leur foyer ou de leur ferme.Je me suis inscrit au programme PorkBridgepour les exploitations de croissance-finition au coursdes deux dernières années. C'est un excellent programme qui traite des enjeux actuels de la production porcine.


Auteur : Doug Richards, spécialiste de l'engraissement et de la finition des porcs/OMAFRA
Date de création : 10 janvier 2013
Dernière révision : 17 février 2016

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca